Liens d'accessibilité

Zidane prône la "normalité" malgré le "contexte" catalan


Cristiano Ronaldo et son entraîneur Zinedine Zidane, lors de la victoire du Real Madrid à la Ligue des champions de l'UEFA, le 28 mai 2017.

L'entraîneur du Real Madrid Zinédine Zidane a espéré samedi que le déplacement de son équipe dimanche à Gérone, en plein fief indépendantiste, sera empreint de "normalité" malgré la crise politique aiguë qui secoue la Catalogne.

Interrogé en conférence de presse de veille de match, le technicien français a assuré n'avoir reçu aucune information de la Ligue espagnole de football (LaLiga) faisant état d'un possible report du match pour raison de sécurité, comme évoqué vendredi par certains médias.

"Rien, aucune nouvelle. Tout se passe avec normalité. Nous allons voyager (à Gérone) cette après-midi et y jouer demain à 16h15", a fait valoir Zidane.

"Il ne faut pas que ce soit spécial pour nous. C'est un match de championnat qu'on va jouer demain, et c'est tout. Il faut penser à ça, pas au contexte. Bien sûr, on suit et on regarde ce qu'il en est de la situation. Mais nous, on se concentre uniquement sur le match", a-t-il ajouté.

Après la déclaration d'indépendance catalane prononcée vendredi, puis la reprise en main de la région par Madrid, l'Espagne du football s'attend à un match lourd de symboles dimanche entre le Real, équipe favorite du président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, et Gérone, le club du dirigeant indépendantiste Carles Puigdemont.

Par précaution, le Real devrait se rendre au stade de Montilivi (13.200 places) dans un car banalisé, comme pour le clasico face au FC Barcelone, ont rapporté cette semaine les médias espagnols.

"Il y a beaucoup de bruit alentour, je ne vais pas m'en mêler. Je ne considère que le match de demain (dimanche). Nous allons nous déplacer et ce qui m'importe, c'est ce que nous allons faire sur le terrain", a souligné Zidane.

Alors que le gardien costaricien Keylor Navas souffre des adducteurs, l'entraîneur français devrait titulariser dimanche dans la cage le Catalan Kiko Casilla, né près de Tarragone et resté six ans à l'Espanyol Barcelone. Et pour Zidane, la crise que vit la Catalogne ne doit pas affecter le portier.

"Il est tranquille, il prépare son match indépendamment de l'endroit où il est né, il ne peut pas changer ça", a conclu le Français. "Nous connaissons tous la situation mais nous n'en avons pas parlé."

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG