Liens d'accessibilité

Un drone abattu près de la capitale au Yémen


Houthi affichant sa fierté que son mouvement possède des drones lors d'un rassemblement pro-Houthi à Sanaa, au Yémen, le 3 mars 2017.

Les rebelles houthis ont affirmé dimanche que leur défense anti-aérienne avait abattu un drone qui s'est écrasé à la sortie nord de la capitale yéménite Sanaa sans faire de victimes.

Les débris de l'appareil en feu éparpillés sur un terrain vague ont suscité la curiosité de nombreux habitants qui ont accouru sur place, selon un photographe de l'AFP.

Ces débris ne portaient aucun drapeau ou aucune indication susceptible d'identifier son origine.

La télévision Al-Masirah, contrôlée par les Houthis, a affirmé qu'il s'agissait d'un drone MQ-9 de fabrication américaine. Des habitants ont dit que l'appareil appartenait aux forces armées saoudiennes.

L'agence Saba, contrôlée par les Houthis, a elle assuré que le drone était américain.

Les rebelles houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme), se sont emparés de la capitale du Yémen en 2014 avec l'aide de forces restées fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh. Ils sont soutenus par l'Iran, qui nie toutefois toute aide militaire.

Depuis 2015, l'Arabie saoudite conduit une coalition militaire arabe qui soutient les forces progouvernementales au Yémen et dont l'aviation mène régulièrement des raids contre des positions rebelles autour de Sanaa.

Depuis le début de cette campagne, le conflit a fait quelque 8.500 morts, 49.000 blessés et a provoqué une grave crise humanitaire, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce bilan inclut à la fois des combattants et des civils.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a pour sa part annoncé vendredi évaluer désormais à 900.000 le nombre de cas suspects de choléra d'ici la fin de l'année au Yémen, où l'effondrement des infrastructures a favorisé la propagation de l'épidémie.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG