Liens d'accessibilité

Washington exige la libération d'un journaliste détenu en Azerbaïdjan


Le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, 7 octobre 2011.

La diplomatie américaine a exigé samedi la libération d'un journaliste d'opposition azerbaïdjanais enlevé cette semaine en Géorgie, remis de force à l'Azerbaïdjan et placé en détention dans son pays.

L'Azerbaïdjan est régulièrement critiqué par des ONG internationales et le département d'Etat américain pour des atteintes aux droits de l'homme et à liberté de la presse, le régime du président Ilham Aliev rejetant ces accusations.

"Les Etats-Unis sont troublés par les informations sur l'enlèvement à Tbilissi, en Géorgie, et l'arrestation qui s'en est suivie en Azerbaïdjan du journaliste azerbaïdjanais Afgan Moukhtarli le 30 mai", a protesté la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Heather Nauert.

Elle s'est dite tout aussi "troublée par l'arrestation le 25 mai en Azerbaïdjan du vice-président du parti du Front populaire, Gozal Bayramli".

"Nous exhortons le gouvernement azerbaïdjanais à libérer tous ceux qui sont incarcérés pour l'exercice de leurs libertés fondamentales, en vertu de ses engagements internationaux et vis-à-vis de l'OSCE", a réclamé le département d'Etat.

Washington a également promis de suivre "étroitement" l'enquête de la Géorgie sur l'enlèvement du journaliste Moukhtarli, 43 ans. Tbilissi a affirmé n'avoir "rien à voire avec cet enlèvement".

Le journaliste, qui résidait depuis 2015 en Géorgie après s'être enfui d'Azerbaïdjan où enquêtait sur le président Aliev, a été enlevé le 30 mai à Tbilissi par des inconnus, battu et remis de force aux autorités de son pays, avait annoncé mercredi son avocat, Elchine Sadykhov.

M. Moukhtarli a été placé ensuite en détention provisoire pour trois mois par un tribunal azerbaïdjanais, qui l'accuse d'avoir franchi illégalement la frontière et d'y avoir tenté de faire passer de l'argent.

L'organisation Amnesty International, qui a appelé à sa libération, a affirmé que les autorités géorgiennes semblaient "complices de cet enlèvement atroce". Le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Nils Muiznieks, a également exigé la libération "sans délai" du journaliste.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG