Liens d'accessibilité

Le président burkinabè décrète un deuil national de 48 heures

  • VOA Afrique

Des agents médicaux évacuent des corps au café Aziz Istanbul, à Ouagadougou, le 14 août 2017.

Après l'attaque d'un café-restaurant à Ouagadougou, entraînant la mort de 18 personnes, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a décrété 48 heures de deuil national à partir de mardi.

Roch Marc Christian Kaboré s'est adressé à la nation, décrétant 48 heures de deuil national au Burkina Faso à partir de mardi.

Dans le communiqué de lundi matin, le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré "condamne avec la plus grande énergie l'attentat ignoble qui a endeuillé Ouagadougou". Il a adressé ses "condoléances aux familles des victimes", saluant aussi "la bravoure" des forces armées.

"La lutte contre le terrorisme est un combat de longues haleines", appelant à la "vigilance, à la solidarité et l'unité nationale pour faire face à la lâcheté de nos adversaires".

Le ministre des Affaires étrangères burkinabè, Alpha Barry, a salué "le professionnalisme de nos Forces de défense et de sécurité : 2 terroristes tués et 15 personnes libérées".

Plus tôt dans la matinée, le ministre a "condamné l'acte barbare des terroristes ce dimanche soir au Restau Istanbul de Ouagadougou."

Plusieurs autres pays ont réagi après l'attaque qui a touché le Burkina.

Guinée

L'attaque "terroriste" dimanche soir au Burkina Faso "montre l'importance de rendre opérationnelle" la force des pays du G5 Sahel selon le chef de l'Union africaine (UA), le président guinéen Alpha Condé.

"Les terroristes s'attaquent aux restaurants fréquentés par les étrangers, non seulement pour porter atteinte à la vie de la population, mais aussi à l'économie du pays", a déclaré M. Condé à la télévision France 24.

"Il faut qu'on accélère l'opérationalisation du G5 afin que les Africains soient en première ligne pour défendre la sécurité de leurs citoyens et des expatriés", a-t-il souligné, appelant ses partenaires européens à trouver "les 400 millions de fonds qui manquent".

France

A la suite de l’attaque terroriste à Ouagadougou dans la nuit du 13 au 14 août 2017, Jean-Yves Le Drian s’est entretenu par téléphone avec son homologue du Burkina Faso, Alpha Barry selon un communiqué de presse.

Il a fait part de la pleine solidarité de la France face à l’épreuve que traverse le Burkina Faso et a réitéré l’engagement de notre pays en soutien des pays de la région du Sahel, face à la menace du terrorisme.

Le président français Emmanuel Macron a condamné "l'attaque terroriste" qui a fait 18 morts dont un Français.

"Les autorités françaises et burkinabè sont restées en contact étroit dans le courant de la nuit", indique la présidence, et le chef de l'Etat doit s'entretenir "dans la journée" avec son homologue burkinabè pour évaluer la situation.

Dans un tweet, le président français a écrit : "Solidarité avec le peuple et les autorités du Burkina Faso, @rochkaborepf. Ensemble, la France reste engagée contre le terrorisme. #G5Sahel"

Rwanda

La ministre des Affaires étrangères au Rwanda, Louise Mushikiwabo, a également réagi sur Twitter : "A Travers mon frere @AlphaBarry20, solidarité fraternelle du #Rwanda au #Burkina et familles touchées, suite à attaque meurtrière à Ouaga!"

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG