Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Rwanda

Vers une large victoire du parti de Kagame lors des législatives au Rwanda

Le président rwandais, Paul Kagame, prend la parole lors de la cérémonie d’ouverture du Forum sur la coopération Chine-Afrique au Grand Palais du Peuple à Beijing, le 3 septembre 2018.

Les Rwandais votaient lundi pour élire leurs députés, des élections législatives qui devraient voir se prolonger l'hégémonie au Parlement du parti du chef de l'Etat Paul Kagame, réélu avec plus de 98% des voix à la présidentielle d'août 2017.

Le Front patriotique rwandais (FPR), au pouvoir depuis 24 ans, ses alliés et un parti d'opposition briguent ce lundi 53 des 80 sièges de la chambre basse du Parlement. Les 27 sièges restants sont réservés aux femmes, aux jeunes et à des handicapés physiques élus par des conseils, comités et organisations spécifiques.

Dans le Parlement sortant, ces 53 sièges sont détenus par le FPR et ses alliés ou des partis soutenant la politique du gouvernement.

"Nous avons bon espoir de gagner au moins dix sièges au Parlement", a toutefois assuré Frank Habineza, le président du seul parti d'opposition autorisé à participer, le Parti démocratique vert, au moment de voter dans la capitale Kigali.

"Notre parti est dans une bonne dynamique, malgré de nombreux obstacles", a ajouté celui qui n'avait remporté que 0,48% des suffrages lors de l'élection présidentielle remportée par Paul Kagame en 2017.

De longues files d'électeurs s'étiraient devant les bureaux de vote dès l'ouverture de ceux-ci à 07 heures (05 heures GMT). Ils fermeront à 17H00 (15H00 GMT) et des résultats préliminaires sont attendus tard dans la soirée.

"La participation est conforme à ce que nous attendions et les élections se déroulent de manière pacifique", a assuré à l'AFP Charles Munyaneza, secrétaire exécutif de la Commission électorale. "Au total, nous attendons plus de six millions de votants et de nombreux jeunes qui voteront pour la première fois".

Les électeurs ne votent pas pour des députés individuels, mais pour des partis, qui décident en interne qui les représentera au Parlement. Un parti doit obtenir au moins 5% des voix pour siéger au Parlement.

Le président Kagame a lui voté dimanche à l'ambassade du Rwanda à Pékin, où il participe à un sommet sur la coopération sino-africaine.

Paul Kagame est l'homme fort du Rwanda depuis que le FPR a renversé en juillet 1994 le gouvernement extrémiste hutu ayant déclenché un génocide qui a fait 800.000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement parmi la minorité tutsi.

M. Kagame est crédité du spectaculaire développement, principalement économique, d'un pays exsangue au sortir du génocide. Mais il est aussi accusé de bafouer la liberté d'expression et de réprimer toute opposition.

En 2015, une réforme de la Constitution adoptée par référendum a permis à Paul Kagame de se présenter pour un nouveau mandat et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

Rwanda: ouverture des bureaux de vote pour les législatives (vidéo)
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

Avec AFP

Toutes les actualités

Paul Kagame salue "un esprit nouveau" entre la France et le Rwanda

Le président rwandais Paul Kagame et son homologue français Emmanuel Macron lors d'une conférence de presse à l'Elysée, à Paris, le 23 mai 2018. (AFP PHOTO / POOL / Francois Mori)

Le président rwandais Paul Kagame a salué un "esprit nouveau" et une "amélioration" dans les relations entre Paris et Kigali, longtemps empoisonnées par le génocide de 1994, dans un entretien au magazine Le Point paru jeudi.

"Le président Macron est un chef d'État dont le point de vue n'est pas marqué par le passé", estime M. Kagame, homme fort du Rwanda qu'il préside depuis 2000.

"Il y a un esprit nouveau. Certains indices révèlent une amélioration des relations entre nos deux pays", relève-t-il, citant notamment ses deux visites officielles en France à l'invitation du président Emmanuel Macron - en mai 2018 et août 2019 - et la désignation de son ex-ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo à la tête de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF).

M. Kagame s'est également félicité de la visite à Kigali de l'Agence française de développement (AFD) et d'hommes d'affaires à la recherche d'investissements.

"Tout cela est très positif. Si vous regardez le passé, vous ne pardonnez pas (...) On ne peut pas toujours attendre les excuses des uns ou des autres. C'est à tout un chacun de prendre ses responsabilités et de s'excuser s'il l'estime nécessaire", ajoute le président rwandais.

Ce dernier a longtemps accusé la France de "complicité" dans le génocide de 1994 qui fit 800.000 morts selon l'ONU, principalement dans la minorité tutsi. Des accusations réfutées par Paris qui a toujours défendu son opération militaire Turquoise, dépêchée en juin 1994 au Rwanda pour y créer une zone humanitaire.

Bien que le poste d'ambassadeur de France à Kigali reste vacant depuis 2015, les relations entre les deux pays se sont réchauffées ces dernières années.

Convié à Kigali pour la 25e commémoration du génocide en 2019, Emmanuel Macron ne s'y est finalement pas rendu mais il a envoyé un représentant personnel et a annoncé "une journée de commémoration" du génocide en France le 7 avril.

Le président français a également mis en place une commission d'historiens et de chercheurs afin de faire la lumière sur le rôle controversé de Paris dans cette tragédie.

Parmi les points les plus disputés figurent l'ampleur de l'assistance militaire apportée par la France au régime du président rwandais hutu Juvénal Habyarimana, dont la mort dans un attentat le 6 avril 1994 fut un élément déclencheur du génocide.

L'armée française a aussi été accusée par des survivants d'avoir tardé à secourir des centaines de Tutsi qui ont été massacrés sur les collines de Bisesero, fin juin 1994.

Le Rwanda et l'Ouganda ont conclu à Luanda un accord d’échange de prisonniers

Le Rwanda et l'Ouganda ont conclu à Luanda un accord d’échange de prisonniers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

HRW dénonce la détention abusive des enfants de rues à Kigali

HRW dénonce la détention abusive des enfants de rues à Kigali
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Six personnalités de l’opposition condamnées à de lourdes peines d'emprisonnement

Six personnalités de l’opposition condamnées à de lourdes peines d'emprisonnement
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le Rwanda soutient la RDC dans sa traque des rebelles hutus

Le Rwanda soutient la RDC dans sa traque des rebelles hutus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG