Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Venezuela: élection présidentielle le 20 mai

Nicolas Maduro lors d’une rencontre les membres du parti communiste à Caracas, au Venezuela le 26 février 2018. Miraflores Palace/ REUTERS

L'élection présidentielle au Venezuela aura lieu le 20 mai le chef de l'Etat sortant Nicolas Maduro briguant un second mandat de six ans, a-t-on annoncé de source officielle.

"La date de l'élection a été fixée pour le 20 mai", a dit à la presse la présidente de la Commission électorale nationale, Tibisay Lucena.

Initialement cette date avait été avancée au 22 avril.

La nouvelle date est le résultat d'un accord avec un adversaire de Nicolas Maduro visant à rassurer la communauté internationale.

Pressenti depuis plusieurs jours, après la révélation par le dissident chaviste Henri Falcon de négociations secrètes avec le gouvernement, l'accord inclut plusieurs garanties sur le scrutin.

"Nous proposons que soient organisées de façon simultanée les élections présidentielle" et des conseils législatifs régionaux, selon l'accord négocié, validé par le Conseil national électoral (CNE).

>> Lire aussi : Maduro officiellement candidat au Venezuela

Le scrutin présidentiel, traditionnellement organisé en décembre, avait été avancé à avril par les autorités électorales. Une décision critiquée par une partie de la communauté internationale et la principale coalition d'opposition qui a choisi de boycotter l'élection.

Face au président Maduro, qui brigue un nouveau mandat pour rester au pouvoir jusqu'en 2025, se présentent Henri Falcon, militaire en retraite de 56 ans, et quatre candidats quasi-inconnus du grand public.

La coalition de la Table de l'unité démocratique (MUD) avait refusé de présenter un candidat, arguant que le camp présidentiel ne lui avait pas apporté toutes les garanties nécessaires à l'organisation du scrutin.

La MUD réclamait notamment la présence d'observateurs internationaux "indépendants", la tenue du scrutin au "second semestre 2018", la désignation d'un Conseil national électoral "équilibré ", le vote des Vénézuéliens de l'étranger et un égal accès aux médias.

L'accord dévoilé jeudi inclut justement une requête auprès de l'ONU d'une mission d'observation électorale, la réalisation d'audits du vote, l'allongement du délai d'inscription sur les listes électorales pour les Vénézuéliens émigrés et l'"équité dans l'accès aux médias publics et privés, ainsi qu'aux réseaux sociaux" pendant la campagne.

"Cet accord confirme qu'au Venezuela on élit nos dirigeants et représentants avec les plus larges garanties constitutionnelles et démocratiques", a assuré Tibisay Lucena, présidente du CNE, institution accusée par l'opposition de soutenir le président Maduro.

Pour la politologue Francine Jacome, les autorités "cherchent à donner une apparence de légitimité à ce vote, surtout face à la communauté internationale".

- 'Election sur mesure' -

Plusieurs gouvernements d'Amérique latine, les Etats-Unis et l'Union européenne avaient questionné ces dernières semaines l'élection anticipée du 22 avril, dénonçant un manque de transparence et menaçant de ne pas reconnaître les résultats.

Pour Mme Jacome, "l'accord (noué avec M. Falcon) complique encore plus la stratégie (de boycott) de l'opposition", qui pourrait en outre perdre la majorité au Parlement, seule institution qu'elle contrôle, lors des législatives anticipées attendues cette année.

Mais si des gages ont été accordés, le CNE a aussi confirmé la fin jeudi du délai d'enregistrement des candidats, qui devraient donc se limiter aux six déjà inscrits.

"Il s'agit de garantir une élection sur mesure pour Maduro, à la carte. Cela reste un scrutin sans l'opposition qui lui fait concurrence, cela ne change pas", prévient le politologue Luis Salamanca.

Au final, "c'est un montage pour que cela ressemble à une élection démocratique".

Jeudi matin, la MUD, affaiblie par ses divisions internes et sa perte de crédibilité populaire, avait appelé Henri Falcon à retirer sa candidature, l'accusant de jouer "le jeu" de Maduro dans ses "velléités totalitaires".

Car le candidat, accusé de traîtrise tant par le gouvernement que par l'opposition, sème le flou: militant socialiste pendant dix ans, il a claqué la porte du chavisme en 2010 en critiquant la révolution menée par Chavez. Puis il a viré de bord en devenant chef de campagne d'Henrique Capriles, défait de justesse face à Maduro à l'élection de 2013.

Pour l'instant, l'Institut vénézuélien d'analyses de données (privé) le crédite de 24% d'intentions de vote, contre 18% pour Maduro. Il se dit persuadé de remporter ce scrutin, en s'appuyant sur la forte impopularité du chef de l'Etat, jugé coupable du naufrage économique du pays pétrolier.

Mais les analystes estiment que ses chances réelles de succès sont infimes, faute de soutien de la MUD et face à l'hégémonie institutionnelle du gouvernement socialiste.

L'accord, selon Mme Jacome, "prouve que (les autorités) ont fabriqué un candidat d'opposition sur mesure".

Car les garanties négociées "sont des éléments cosmétiques", tranche Félix Seijas, directeur de la société de sondages Delphos.

Avec AFP.

See all News Updates of the Day

Annexion du Golan: Trump rompt de nouveau avec le consensus international

Le président Donald Trump lors d'un point de presse au jardin Rose de la Maison Blanche, Washington, 25 janvier 2019.

En se disant favorable à la reconnaissance de la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, Donald Trump rompt de nouveau avec le consensus international, au risque de justifier l'expansionnisme d'autres pays, selon les experts.

Israël a conquis une grande partie du Golan lors de la guerre des Six Jours en 1967 et l'a annexée en 1981, mais la communauté internationale n'a jamais reconnu cette annexion. Jeudi, le président américain a tweeté que "52 ans après", il était "temps" pour les Etats-Unis de la reconnaître.

Le droit international "interdit d'accroître son territoire par la guerre", a rappelé vendredi l'ancien diplomate Richard Haas, président du centre de réflexion Council on foreign relations (CFR).

"C'est un des principes les plus fondamentaux de l'ordre international et c'est ce qui a servi de base à l'opposition américaine à la conquête du Koweït par Saddam Hussein et de la Crimée par Poutine", a-t-il ajouté.

Il faisait référence à la guerre du Golfe qui a permis de bouter l'ex-dictateur irakien hors du Koweït en 1991 et le rattachement de la région ukrainienne de la Crimée par le président russe Vladimir Poutine en 2014.

Les Etats-Unis, qui ont imposé des sanctions à la Russie après son annexion de la Crimée, mènent-ils une politique internationale à deux vitesses? "Pas du tout", a répondu le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo dans un entretien à Sky News.

"Ce que le président Trump a fait avec le plateau du Golan est de reconnaître la réalité du terrain et la situation sécuritaire nécessaire à la protection de l'Etat israélien. C'est aussi que simple que cela", a-t-il expliqué.

- "Loi de la jungle" -

Ce n'est pas la première fois que M. Trump balaie de la main les conventions internationales pour apporter son soutien au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, aujourd'hui confronté à une réélection incertaine: en décembre 2017, il avait reconnu unilatéralement Jérusalem comme la capitale d'Israël.

Mais cette fois-ci, Washington va plus loin, a estimé l'ancien chef de la diplomatie suédoise Carl Bildt. "C'est de nouveau la loi de la jungle", a-t-il tweeté. "Le Kremlin va applaudir et appliquer le même principe à la Crimée, Pékin va applaudir et appliquer le même principe à la mer de Chine méridionale".

Les Européens et les pays arabes se sont de fait inquiétés de l'intention affichée par M. Trump, qui n'a pas encore été formalisée.

La France a immédiatement estimé que la reconnaissance de cette annexion serait "contraire au droit international", rappelant que "cette situation a été reconnue comme nulle et non avenue par plusieurs résolutions du Conseil de sécurité" des Nations unies.

La Syrie l'a rejetée vendredi comme "une violation flagrante du droit international", jurant que "le Golan est et restera arabe et syrien".

A New York, l'ambassadeur de Syrie à l'ONU, Bashar Ja'afari, a affirmé que le régime de Damas n'hésiterait pas à faire usage de la force pour récupérer le plateau du Golan. "C'est notre territoire, et nous le récupèrerons tôt ou tard", a-t-il dit.

Le président turc a jugé que la région était au bord d'une "nouvelle crise". "Nous n'autoriserons jamais la légitimation de l'occupation du plateau du Golan", a ajouté Recep Tayyip Erdogan qui, bien qu'hostile au président syrien Bachar al-Assad, ne cesse de dire son attachement à l'intégrité territoriale de la Syrie, craignant l'émergence d'une entité kurde dans les zones frontalières de la Turquie.

Pour Ilan Goldenberg, du Center for a new american security, la décision de M. Trump sur le Golan "aura un goût amer: elle affaiblit la sécurité d'Israël et affecte les intérêts des Etats-Unis au Moyen-Orient et au-delà, tout en donnant un coup de pied dans une fourmilière qui n'en avait vraiment pas besoin".

"Si Washington cesse de respecter les principes internationaux, il faut s'attendre à ce que d'autres Etats annexent des territoires de leurs voisins", a ajouté cet expert, évoquant la possibilité que l'Arabie saoudite envahisse le Qatar.

Pour Steven Cook, un expert du Proche-Orient au CFR, Donald Trump aurait mieux fait de s'abstenir: le statu quo satisfaisait tout le monde, y compris la Syrie, alors que reconnaître officiellement l'annexion du Golan "va créer de l'opposition, là où il y avait jusque là de l'acceptation".

"Israël est sur le Golan pour ses propres raisons, et rien de ce que l'administration Trump décidera n'y changera quoi que ce soit", conclut-il.

Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam

Une tortue sacrée embaumée pour l'éternité au Vietnam
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:35 0:00

Réaction d'un législateur australien après une attaque à l'oeuf

Réaction d'un législateur australien après une attaque à l'oeuf
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

"Ne laisser personne de côté "

"Ne laisser personne de côté "
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

L'appel à la prière diffusé vendredi dans toute la Nouvelle-Zélande

L'appel à la prière diffusé vendredi dans toute la Nouvelle-Zélande
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG