Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Un tribunal suspend l'expulsion de tous les Irakiens pour 14 jours aux États-Unnis

Des agents d'ICE, police de l'immigration, Atlanta, Georgie, le 9 février 2017.

Un juge américain a suspendu pour deux semaines toutes les expulsions de ressortissants irakiens des Etats-Unis, estimant qu'ils risquaient d'être torturés ou tués en cas de retour dans leur pays d'origine.

Le juge fédéral Mark Goldsmith a étendu lundi la portée d'une précédente décision qui ne concernait que des chrétiens chaldéens d'Irak arrêtés mi-juin lors d'un coup de filet de la police de l'immigration (ICE) dans le Michigan (nord), plongeant l'ensemble de la communauté irakienne de la région dans l'émoi.

Le magistrat siégeant dans un tribunal du Michigan a précisé que sa décision de lundi suspendait temporairement les procédures d'expulsion engagées contre 1.444 personnes au maximum, y compris dans les Etats du Tennessee (sud) et du Nouveau-Mexique (sud-ouest), où 85 ressortissants devaient être renvoyées des Etats-Unis à partir de mardi.

Sa décision intervient au moment où le gouvernement fédéral s'apprête à interdire aux ressortissants de six pays à majorité musulmane d'entrer sur le sol américain, après la remise en vigueur partielle lundi par la Cour suprême du décret migratoire très controversé du président Donald Trump.

En mars, Washington et Bagdad ont conclu un accord en vertu duquel l'Irak a été retiré de la liste, en échange de quoi il s'engageait à reprendre ses citoyens expulsés des Etats-Unis. Il avait jusqu'alors pour politique de ne pas les accepter.

Plus d'une centaine d'Irakiens avec un casier judiciaire --motif d'expulsion du territoire américain pour des étrangers-- ont été arrêtés dans la région de Detroit mi-juin, ce qui a donné lieu à un recours en justice pour leur éviter d'être renvoyés chez eux.

La semaine dernière, le juge Goldsmith avait accordé un délai aux immigrés afin qu'ils puissent démontrer que leur vie serait en danger s'ils retournaient en Irak.

"Des accusations étayées ont été émises selon lesquelles les détenus risquent des conséquences extrêmement graves: mort, persécution et torture", a écrit le juge lundi, en donnant une portée nationale à sa décision pour 14 jours.

La puissante organisation de défense des droits civiques ACLU, à l'origine du recours, avait affirmé que la plupart de ces personnes, qui vivaient aux Etats-Unis depuis des décennies, n'avaient commis que des infractions mineures et n'avaient pas récidivé.

L'ICE a affirmé qu'elle se conformerait à la décision du juge. "ICE examine actuellement la décision du juge pour déterminer la marche à suivre", a écrit Khaalid Walls, porte-parole de la police de l'immigration, dans un email à l'AFP.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Enquête Mueller: revigoré, Trump se dit "totalement disculpé"

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 24 mars 2019. REUTERS / Carlos Barria

Donald Trump s'est dit dimanche "totalement disculpé" par le procureur spécial Robert Mueller, lequel a conclu à l'absence d'éléments prouvant qu'il se soit entendu avec la Russie à la présidentielle 2016, et levé ainsi une lourde hypothèque sur son avenir politique.

De "très bonne humeur", selon l'un de ses porte-parole s'exprimant à son retour de son luxueux club en Floride, le président américain devait lundi et mardi recevoir à Washington un allié, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu puis, déjà en campagne pour 2020, reprendre dès jeudi ses meetings.

Les conclusions de l'enquête Mueller ont été rendues publiques dimanche par le ministre de la Justice Bill Barr. Et elles procurent une immense bouffée d'oxygène au milliardaire républicain dans la perspective de la prochaine présidentielle où il entend briguer un second mandat de quatre ans.

"Pas de collusion, pas d'obstruction, DISCULPATION complète et totale", a tweeté le locataire de la Maison Blanche. Il dénonçait depuis des mois une "chasse aux sorcières" orchestrée par les démocrates qui n'auraient pas digéré sa victoire-surprise face à Hillary Clinton.

"Honnêtement, c'est une honte que votre président ait eu à subir cela", a-t-il ensuite déclaré, dénonçant une "entreprise de démolition illégale qui a échoué".

Dans un courrier de quatre pages, M. Barr a indiqué que les investigations du procureur spécial n'avaient pas démontré que "l'équipe de campagne Trump ou qui que ce soit associé à celle-ci se soit entendu ou coordonné avec la Russie dans ses efforts pour influencer l'élection présidentielle américaine de 2016".

- "Excellente journée" pour Trump -

Les leaders démocrates du Congrès ont exigé dimanche soir la publication du rapport "complet", estimant que le ministre de la Justice n'était "pas un observateur neutre". "La lettre du ministre de la Jutice (Bill) Barr pose autant de questions qu'elle apporte de réponses", ont écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité au Sénat, Chuck Schumer. "Il est urgent que le rapport complet et tous les documents associés soient rendus publics", ont-ils ajouté.

"Loin de la +disculpation complète+ revendiquée par le président, le rapport Mueller n'innocente clairement pas le président", ont de leur côté réagi les démocrates Jerrold Nadler, Adam Schiff et Elijah Cummings, qui dirigent trois puissantes commissions parlementaires du Congrès. Ils ont insisté sur le fait que, sur l'autre question centrale de l'enquête russe, celle d'une éventuelle entrave à la justice de la part du président américain, M. Mueller n'avait pas livré de conclusion définitive.

Mais M. Barr, premier destinataire du rapport d'enquête tant attendu, a conclu de son côté que le document, qu'il a passé en revue depuis vendredi, ne mentionnait aucun délit susceptible d'entraîner des poursuites judiciaires sur le fondement de l'entrave à la justice.

"Excellente journée pour le président Trump et son équipe (...) Mauvaise journée pour ceux qui espéraient que l'enquête Mueller ferait tomber le président Trump", a tweeté le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a joué au golf ce week-end en Floride avec le président.

- 675 jours d'enquête -

Robert Mueller a mis un terme à ses investigations à l'issue d'une enquête de 675 jours sur laquelle très peu d'éléments ont fuité mais qui a tenu le pays en haleine, rappelant celle du Watergate qui a poussé Richard Nixon à la démission en août 1974.

Image forte: le discret et méthodique ancien patron du FBI s'est rendu dimanche matin à l'église épiscopalienne Saint-John, situé juste en face de la Maison Blanche. Il a brièvement souri aux photographes, sans dire un mot.

Comme pour préparer le terrain à l'absence de révélations fracassantes, certains élus démocrates s'étaient employés dimanche à souligner les limites de l'enquête menée par l'ancien patron du FBI.

"Le procureur spécial enquêtait dans un cadre restreint (...) Ce que le Congrès doit faire, c'est avoir une vue d'ensemble", a souligné sur CNN Jerry Nadler, président démocrate de la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants.

Forts de leur nouvelle majorité à la Chambre, les démocrates ont lancé plusieurs enquêtes parlementaires allant des soupçons de collusion avec Moscou aux paiements pour acheter le silence de maîtresses supposées en passant par d'éventuelles malversations au sein de l'empire Trump.

- "Mettre fin au trumpisme" -

Le chef d'inculpation de "collusion" n'a jamais été retenu pour les 34 personnes mises en cause dans ce dossier, parmi lesquelles six proches collaborateurs de Trump.

L'enquête a notamment entraîné la spectaculaire déchéance judiciaire de son ex-chef de campagne, Paul Manafort, ou encore de son ex-avocat personnel, Michael Cohen, tous deux condamnés à la prison pour des malversations diverses et des déclarations mensongères.

Pour Pete Buttigieg, jeune maire de la ville de South Bend (Indiana) et candidat aux primaires démocrates pour la présidentielle, le document tant débattu est important mais son camp ne doit pas perdre de vue l'échéance de novembre 2020.

"La façon la plus claire de mettre fin au trumpisme est de le battre de manière massive dans les urnes", a-t-il expliqué.

Avec AFP

Des dizaines de serpents retirés dans une maison au Texas

Des dizaines de serpents retirés dans une maison au Texas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:42 0:00

Un chat paniqué aidé par une équipe de secours

Un chat paniqué aidé par une équipe de secours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

La Syrie et les autres pays arabes réagissent sur le Golan

La Syrie et les autres pays arabes réagissent sur le Golan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Trump jette un pavé dans la mare

Trump jette un pavé dans la mare
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG