Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le changement climatique est une théorie gauchiste croit savoir Ted Cruz candidat aux primaires républicaines

Le Candidat présidentiel républicain sénateur Ted Cruz , parle lors d'une interview avec l'Associated Press à Washington , le 1 décembre 2015 .

Le changement climatique n'a aucun fondement scientifique selon lui. Son 'objectif est d'imposer un contrôle important de l'économie et du secteur énergétique par les gouvernements.

C'est ce qu'a estimé Ted Cruz, candidat a l'investiture républicaine à la Maison Blanche en 2016.

"Dans le débat sur le réchauffement climatique, bien trop souvent, les politiques à Washington et un grand nombre de scientifiques recevant des subventions publiques importantes, ignorent la science et les données et avancent au lieu de ça une idéologie politique", a déclaré M. Cruz, sur la radio publique américaine NPR.

Selon lui, il y a quelques décennies "les libéraux et certains scientifiques nous disaient qu'il y avait un problème de refroidissement climatique".

"Ce qu'ils disaient a été réfuté par les données" donc, a-t-il affirmé, "ces mêmes gauchistes et un certain nombre de ces mêmes scientifiques ont changé leur théorie en réchauffement climatique".

Et "ils ont changé leur théorie une troisième fois parce qu'il y a un problème: les données scientifiques ne montrent pas un réchauffement mondial", a poursuivi le sénateur ultra-conservateur du Texas (sud).

"Maintenant c'est le +changement climatique+, et le changement climatique est la parfaite théorie pseudoscientifique pour un grand gouvernement qui veut davantage de pouvoirs", a-t-il estimé. "Pourquoi ? Parce que cette théorie ne peut jamais être réfutée".

"Qu'il se réchauffe ou se refroidisse, qu'il s'assèche ou s'humidifie, le climat va toujours changer", a relevé M. Cruz.

Et d'ajouter: "Il est intéressant de noter que la solution proposée face au changement climatique -un contrôle massif par le gouvernement de l'économie dans tous les aspects de notre vie- est exactement la même solution qu'ils proposaient pour le réchauffement climatique (...) et pour le refroidissement climatique".

Avec AFP

Toutes les actualités

Arrivée d’un navire-hôpital à New York

Arrivée d’un navire-hôpital à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

La convention du parti démocrate reportée

La convention du parti démocrate reportée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Un commandant américain limogé après avoir alerté sur le Covid-19 à bord d'un porte-avions nucléaire

Le USS Theodore Roosevelt à l'entrée du port de Da Nang, au Vietnam, le 5 mars 2020. (Photo: Reuters)

Le commandant du porte-avions nucléaire américain USS Theodore Roosevelt, qui avait lancé un appel aux accents dramatiques pour faire évacuer son navire contaminé par le coronavirus, a été démis de ses fonctions, a annoncé jeudi le secrétaire à l'US Navy, Thomas Modly.

"Nous ne sommes pas en guerre. Il n'y a aucune raison que des marins meurent", avait écrit le capitaine de vaisseau Brett Crozier dans une lettre à sa hiérarchie publiée mardi par le San Francisco Chronicle.

"Nous ne sommes peut-être pas en guerre dans le sens traditionnel du mot, mais nous ne sommes pas non plus complètement en paix", a noté M. Modly au cours d'une conférence de presse. "Et nous demandons à nos commandants de faire preuve de jugement, de maturité, de leadership et de calme sous la pression."

Or le commandant Crozier a "fait preuve d'un très mauvais jugement en période de crise", a-t-il jugé.

Il sera remplacé par son prédécesseur immédiat, le vice-amiral Carlos Sardiello, qui lui avait transmis le commandement du Theodore Roosevelt en novembre dernier et qui connait donc parfaitement le navire.

"Le commandant Crozier a laissé la complexité du défi posé par l'épidémie de Covid à bord prendre le dessus sur son professionnalisme, au moment où le plus urgent était d'agir avec professionnalisme", a estimé M. Modly.

"Je ne doute absolument pas que le commandant Crozier ait fait ce qu'il croyait nécessaire pour le bien-être de son équipage", a-t-il poursuivi.

Mais cette lettre et l'écho qu'elle a recueilli ont "alarmé inutilement les familles de nos marins", a-t-il regretté. Elle a aussi "semé le doute sur les capacités et la sécurité opérationnelles du navire, ce qui aurait pu encourager nos adversaires à en profiter".

"C'est pour ces raisons que j'ai perdu confiance dans sa capacité à continuer à commander ce navire de guerre alors qu'il combat ce virus pour remettre l'équipage sur pied", a-t-il conclu.

Le secrétaire à l'US Navy a souligné que ce n'était pas le fait que le commandant du porte-avion ait lancé une alerte qui méritait son limogeage, mais le fait qu'il ait envoyé un e-mail aussi alarmiste au commandement régional avec une trentaine de personnes en copie.

C'est ce qui a apparemment permis que la lettre soit parvenue au San Francisco Chronicle, a-t-il ajouté sans accuser directement le commandant de l'avoir fait fuiter lui-même.

L'US Navy a commencé à évacuer les trois quarts de l'équipage du Theodore Roosevelt, un porte-avions nucléaire immobilisé à Guam depuis le 28 mars.

Les marins malades ou testés positifs seront placés en quarantaine sur la grande base navale américaine de Guam, qui abrite plusieurs milliers de marins et leurs familles, et ceux qui ne sont pas atteints par le coronavirus dans des hôtels de l'île, pour donner plus d'espace au millier de marins restant à bord et leur permettre de respecter une certaine distanciation sociale.

Le nombre de marins testés positif au Covid-19 est désormais de 114 et "il y en aura probablement des centaines", a indiqué M. Modly, soulignant qu'aucun des marins n'était gravement malade.

Le coronavirus représente un dilemme pour l'armée américaine, qui est fortement mobilisée aux Etats-Unis, où elle participe aux efforts du gouvernement fédéral pour lutter contre l'épidémie, mais qui veut rester opérationnelle pour continuer à démontrer la puissance militaire des Etats-unis à l'étranger.

Voir plus

XS
SM
MD
LG