Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

En quarante ans, Apple a imprimé sa marque sur la vie moderne

Le groupe informatique américain Apple, qui fête vendredi ses quarante ans, a contribué à changer nombre d'aspects de la vie moderne comme la manière dont les gens utilisent un ordinateur ou écoutent de la musique tout en créant un culte pour sa marque.

"Apple a défini le mode de vie moderne lié à internet", assure Tim Bajarin, président de la société d'analyse Creative Strategies. "Si Intel a été essentiel pour les semi-conducteurs et IBM pour le PC, Apple a eu la plus grande influence sur le plus large éventail d'appareils électroniques grand public."

Comme beaucoup de légendes de la Silicon Valley, celle d'Apple commence dans un garage, dans la ville californienne de Cupertino où la société naît officiellement le 1er avril 1976. Et comme plusieurs autres grands noms du secteur technologique, ses fondateurs Steve Jobs, génie du marketing aujourd'hui décédé, et Steve Wozniak, inventeur de l'ordinateur Apple, ont abandonné leurs études universitaires avant même d'être diplômés pour entreprendre à la place de transformer l'usage des technologies informatiques.

Allégeance

Bien avant les écrans tactiles et les applications mobiles de l'iPhone et l'iPad, la première grande révolution d'Apple, c'est l'ordinateur Macintosh, lancé en 1984, qui met l'informatique à la portée du grand public.

Le "Mac" se contrôle en cliquant sur des icônes sur l'écran grâce à un nouvel accessoire, la souris: beaucoup plus simple que les commandes à taper sur les ordinateurs de l'époque, qui utilisent un langage quasi incompréhensible pour qui n'est pas programmateur informatique.

"Apple a lourdement influencé le marché avec le Mac, en introduisant la souris et l'interface graphique pour l'utilisateur", souligne Tim Bajarin.

Suivront le baladeur iPod en 2001, qui couplé avec la boutique en ligne iTunes joue un rôle majeur dans le virage numérique du marché de la musique; l'iPhone en 2007, qui contribue largement à faire du smartphone l'appareil électronique de base pour le grand public qu'il est devenu aujourd'hui; et l'iPad en 2010, qui initie le boom du marché des tablettes.

La marque à la pomme n'a inventé ni le baladeur numérique, ni le smartphone, ni la tablette, ni même la montre connectée, dernière catégorie de produit dans laquelle le groupe s'est lancé l'an dernier avec son Apple Watch. Mais en mettant l'accent sur l'esthétique, la facilité d'utilisation et les fonctionnalités de ses produits, le groupe a créé une importante communauté de fans, d'autant plus fidèles qu'il est difficile une fois conquis de sortir de son écosystème très fermé.

Frank Gillett, un analyste du cabinet Forrester, évoque "l'attention obsessionnelle d'Apple aux détails" et ses "produits haut de gamme, qui pour certains sont des symboles de prestige".

"Les appareils Apple ne se contentent pas de bien fonctionner, ils inspirent l'allégeance", indique-t-il à l'AFP. "La marque Apple inspire des passions", poursuit-il, rappelant l'époque où la loyauté au Mac ou au PC pouvait provoquer des disputes dans les cafés de San Francisco.

Des hauts et des bas

Malgré une brève tentative de Google pour l'en détrôner plus tôt cette année, Apple est aujourd'hui l'entreprise affichant la valorisation boursière la plus élevée au monde.

Mais le chemin pour y arriver est passé par des hauts et des bas. Il y a eu des flops, comme l'ordinateur "Lisa", qui avait précédé le Mac, ou l'agenda personnel "Newton"; et une traversée du désert après une crise interne entraînant en 1985 l'éviction de Steve Jobs, finalement rappelé en 1997 pour sauver un groupe que certains disaient au bord de la faillite.

La fin d'une époque semble à nouveau se profiler, avec les incertitudes soulevées par le recul attendu pour la première fois cette année des ventes de l'iPhone, principal moteur de croissance du groupe.

Beaucoup d'analystes disent toutefois qu'Apple est en train d'évoluer, pour passer d'un fabricant d'appareils superstar à une société recentrée sur les services (vente d'applications, de musique en ligne, paiements...) susceptibles de continuer à lui rapporter des revenus importants et réguliers.

Apple, "c'est une remarquable histoire de réinvention", commente Frank Gillett, qui se demande si le récent bras de fer avec le FBI sur l'accès au contenu de l'iPhone d'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino entrera dans la liste des événements marquants de l'histoire du groupe.

La trêve annoncée cette semaine par les autorités américaines, qu'Apple refusait d'aider à pirater le téléphone, risque en effet de seulement retarder une bataille inévitable sur le cryptage et la protection des données privées.

Avec AFP

Toutes les actualités

Israël et Bahreïn ont scellé dimanche un accord établissant des relations diplomatiques

Israël et Bahreïn ont scellé dimanche un accord établissant des relations diplomatiques
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Vote anticipé sans précédent aux élections américaines

Vote anticipé sans précédent aux élections américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Afflux sans précèdent des Américains aux urnes pour le vote anticipé

Afflux sans précèdent des Américains aux urnes pour le vote anticipé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Le rappeur américain P. Diddy lance un nouveau parti politique

L'artiste discographique Sean "P. Diddy" Combs rend hommage à la chanteuse Whitney Houston lors d'un gala à l'hôtel Beverly Hilton de Beverly Hills, en Californie, le 11 février 2012. (Photo: REUTERS/Danny Moloshok )

Le rappeur et homme d’affaires P. Diddy a annoncé vendredi la création d'un nouveau parti politique aux États-Unis.

C’est sur le réseau social Twitter que Diddy – de son vrai nom Sean Combs – en a fait l'annonce.

"Je lance un parti politique des Noirs avec de jeunes élus et militants noirs. Il s'appelle Our Black Party (notre parti noir)", a écrit le rappeur sur son compte. "Peu importe que vous soyez républicain ou démocrate", a-t-il ajouté.

Diddy, 50 ans, a déclaré que sa priorité numéro un est d'empêcher la réélection du président américain Donald Trump. "Nous sommes au bord d'une guerre entre races", a-t-il tweeté.

Selon le quotidien USA Today, le parti dispose déjà d'un site internet : OurBlackParty.org (Notre parti des Noirs).

Une visite sur ce site web montre que sa direction est composée de cinq personnes, tous des Afro-Américains. La présidente nationale est Candace Hollingsworth, première maire afro-américaine de Hyattsville, une ville de l'État du Maryland située près de la capitale américaine, Washington.

"Ce parti déclare notre indépendance vis-à-vis des structures politiques qui ne servent pas nos intérêts et nous exigeons que nos voix soient entendues", peut-on lire sur le site web du parti.

L'annonce de Diddy intervient quelques jours seulement après qu'un autre rappeur afro-américain, Ice Cube, a été fustigé sur les réseaux sociaux parce qu’il ne soutient pas les candidats du Parti démocrate à l'élection présidentielle du 3 novembre. Il s’agit de l'ancien vice-président Joe Biden (en service aux côtés du tout premier président afro-américain, Barack Obama) et Kamala Harris, la première femme noire jamais choisie comme candidate à la vice-présidence par l’un des deux grands partis américains.

Mercredi, l'administration de Trump a annoncé que Ice Cube participait à la création de son plan "Platinum" qui injecterait 500 milliards de dollars dans les communautés noires et offrirait un meilleur accès à l'éducation et à l'emploi, selon le site TMZ.

"Le progrès des Noirs est une question bipartisane", a tweeté Ice Cube jeudi. "Nous ne pouvons pas dépendre d'un seul parti", a-t-il déclaré à TMZ.

Le président américain élu Donald Trump serre la main de la star de la télévision Steve Harvey après leur rencontre à la Trump Tower à New York, aux États-Unis, le 13 janvier 2017. (Photo: REUTERS/Shannon Stapleton)
Le président américain élu Donald Trump serre la main de la star de la télévision Steve Harvey après leur rencontre à la Trump Tower à New York, aux États-Unis, le 13 janvier 2017. (Photo: REUTERS/Shannon Stapleton)

Ce n'est pas la première fois qu'une personnalité noire de premier plan est critiquée pour son implication dans la politique.

L'humoriste Steve Harvey s'était vu reprocher d'avoir rencontré Donald Trump avant son investiture en janvier 2017. Pourtant les deux hommes avaient discuté de la manière dont la nouvelle administration pourrait aider les minorités en leur offrant des logements abordables, selon le quotidien The Hill.

A ce jour, l'administration Trump ne compte qu'un seul Afro-Américain avec rang de ministre. Il s’agit du Dr Ben Carson, un chirurgien renommé qui est en charge du ministère du logement depuis le tout cabinet ministériel du président Trump.

Duel Trump-Biden: les grands électeurs dans le viseur

Duel Trump-Biden: les grands électeurs dans le viseur
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG