Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Couvre-feu pour les moins de 18 ans à Milwaukee après deux nuits de violence

La police a répondu à un feu à une station d'essence où une douzaine de personnes manifestaient à Milwaukee, États-Unis, le 13 août 2016.

Un couvre-feu nocturne pour les moins de 18 ans a été décidé lundi dans la ville de Milwaukee (Wisconsin, nord), après une deuxième nuit de violences à la suite de la mort d'un jeune homme noir armé tué samedi par la police.

Samedi soir puis de nouveau dimanche, les forces de l'ordre de cette ville du Midwest ont été confrontées à des habitants du quartier de Sherman Park, protestant contre la mort de Sylville Smith et contre la violence policière dont sont victimes les Noirs.

Selon la police, le jeune de 23 ans était en possession d'une arme à feu.

Au cours des incidents qui ont agité le week-end, des véhicules et des commerces ont été incendiés, et les policiers ont été visés par des tirs et des jets de pierres et de bouteilles.

Quatorze personnes ont été arrêtées dimanche et trois véhicules de police ont été endommagés, selon les autorités locales.

"Il y avait des groupes de jeunes gens en particulier, qui circulaient dans les rues", a indiqué Tom Barrett, le maire de la ville, lors d'une conférence de presse lundi.

"Ces gens, selon moi, essayaient de manière délibérée de nuire à un quartier fantastique, dans une ville fantastique", a-t-il poursuivi.

- 'Que paix et tranquillité reviennent' -

Le couvre-feu pour les moins de 18 ans doit commencer lundi à 22h00 heure locale (03H00 GMT), a précisé le maire. "Nous allons nous assurer que paix et tranquillité reviennent dans ce quartier".

Tout a commencé samedi après-midi lorsque deux policiers ont arrêté deux suspects en voiture qui se sont ensuite enfuis à pied. "Lors de cette course poursuite, l'un des policiers a tiré sur un suspect armé d'un pistolet semi-automatique" qui est mort sur place, selon la police de Milwaukee.

Sylville Smith avait un casier judiciaire fourni et l'arme dont il disposait avait été volée lors d'un cambriolage en mars, avait précisé la police.

Les images filmées par la caméra individuelle du policier, non encore rendues publiques, "montrent sans aucune hésitation qu'il avait une arme en main, les gens doivent savoir cela", avait souligné plus tôt le maire.

Selon les autorités, le jeune homme venait de faire demi-tour pour faire face à son poursuivant lorsque celui-ci l'a abattu.

L'agent de police à l'origine du tir mortel, lui-même noir, a été placé en congé administratif, comme il est d'usage dans ce type d'affaire, et il loge chez des proches en dehors de la ville par crainte pour sa sécurité, selon Edwards Flynn, le chef de la police.

Les événements ont ensuite dégénéré dans la soirée de samedi quand la police a tenté de disperser au moins 200 manifestants exaspérés, certains jetant des pierres et des briques. Une adolescente de 16 ans a été blessée et hospitalisée, mais ses jours ne sont pas en danger.

Le quartier de Sherman a connu une seconde nuit d'agitations entre dimanche et lundi au cours de laquelle sept policiers ont été blessés et 11 personnes arrêtées.

- Garde nationale réquisitionnée -

Les policiers, en tenue antiémeute, ont été visés par des pierres et des coups de feu. Selon le chef de la police, une trentaine de coups de feu ont été entendus dans la nuit mais, par souci d'apaisement, les forces de l'ordre n'ont, elles, pas ouvert le feu.

Un agent a essuyé le tir d'un "projectile" non identifié, mais s'en est tiré sans trop de dommages grâce à son casque, a précisé la police.

Malgré ces incidents, le chef de la police a considéré que ses hommes avaient davantage maîtrisé la situation que la nuit précédente.

Quatre policiers avaient été conduits à l'hôpital et 17 personnes arrêtées au cours de cette première nuit de violences.

Au moins six commerces avaient été incendiés, dont une station-service, selon la police. Parmi ces commerces figuraient également une banque, une boutique de produits de beauté et un magasin de pièces automobiles, selon le journal local, le Milwaukee Journal Sentinel.

Des policiers ont été pris pour cibles dans plusieurs endroits des Etats-Unis ces dernières semaines --notamment à Dallas (Texas) et Baton Rouge (Louisiane) où plusieurs ont été abattus par des tireurs-- dans un contexte de tensions raciales ravivées après la mort de plusieurs Noirs victimes de violences policières.

"Nous n'avions plus été défiés de cette manière depuis des années", a dit Tom Barrett.

Environ 125 membres de la garde nationale avaient été réquisitionnés et étaient prêts à intervenir, mais ils n'ont finalement pas été mis à contribution.

Appelant à l'apaisement, le gouverneur Scott Walker avait rappelé dimanche que le Wisconsin "possède une loi requérant une enquête indépendante à chaque fois qu'il y a des tirs mortels effectués par un officier des forces de l'ordre".

Avec AFP

Toutes les actualités

Biden nomme une responsable transgenre ministre adjointe de la Santé, une première

Une serveuse regarde un briefing télévisé du Dr Rachel Levine, secrétaire d'État à la santé de Pennsylvanie, au restaurant Penrose Diner, le 17 novembre 2020, dans le sud de Philadelphie.

Le président élu des Etats-Unis Joe Biden a annoncé mardi qu'il nommait ministre adjointe de la Santé Rachel Levine, une experte transgenre en pédiatrie et psychiatrie, actuellement directrice de la Santé dans l'Etat de Pennsylvanie, une première "historique".

"Elle représente un choix historique et extrêmement qualifié pour aider à mener les politiques de santé de notre administration", a écrit Joe Biden, qui deviendra le 46e président des Etats-Unis mercredi.

Rachel Levine "apportera le leadership ferme et l'expertise cruciale dont nous avons besoin pour guider les gens à travers cette pandémie, peu importe d'où ils viennent, leur race, religion, orientation sexuelle, identité de genre ou leur handicap", a-t-il ajouté.

Aujourd'hui directrice de la Santé de la Pennsylvanie et professeure d'université en pédiatrie et psychiatrie, Rachel Levine "est sur le point d'être la première responsable fédérale ouvertement transgenre à être confirmée par le Sénat américain", a précisé l'équipe de Joe Biden dans un communiqué.

Les démocrates prendront cette semaine le contrôle de la chambre haute, qui doit confirmer les nominations présidentielles.

Le président sortant Donald Trump a été critiqué pour ses politiques à l'encontre des personnes transgenres.

Il avait notamment annoncé en 2017 sa décision d'interdire aux personnes transgenres de servir dans l'armée, mettant en avant "le fardeau des coûts médicaux énormes" et des "perturbations".

Le Pentagone avait finalement autorisé début 2018 les personnes transgenres à s'enrôler, à condition de remplir certains critères physiques et médicaux.

Joe Biden a choisi le procureur général de Californie, Xavier Becerra, comme ministre de la Santé.

Le démocrate a promis d'enclencher la vitesse supérieure pour lutter contre la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis, pays le plus touché au monde avec 24 millions de cas et près de 400.000 morts.

Investiture de Biden et Harris: Programme des événements

Les préparatifs vont bon train avant la prestation de serment de Joe Biden et Kamala Harris au Capitole, le 18 janvier 2021 à Washington, DC.

Joe Biden prête serment mercredi à Washington, une journée historique au protocole strict dont l'intensité culminera à midi quand il deviendra officiellement le 46e président des Etats-Unis.

Nuit à Blair House

Le président élu et son épouse, Jill, passeront mardi soir la nuit à Blair House, la résidence officielle des invités étrangers du président américain, située en face de la Maison Blanche, aux abords de la Place Lafayette.

Office religieux

Dans la matinée du 20 janvier, Joe Biden assistera à une messe à la cathédrale Saint-Matthieu l'Apôtre, saint patron des fonctionnaires, à Washington. Il a invité les chefs de file des deux chambres du Congrès: les démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer et les républicains Kevin McCarthy et Mitch McConnell. Cette messe "est une partie importante du respect de la tradition", a expliqué le sénateur Chris Coons à CNN, un proche de M. Biden qui est un fervent catholique.

Prestation de serment

Le président élu se rendra ensuite en convoi vers le Capitole où la cérémonie d'investiture commencera à 11H00 locale (16H00 GMT) sur une grande estrade installée face à la vaste esplanade du "National Mall".

L'hymne national sera chanté par la vedette de la pop Lady Gaga. La chanteuse Jennifer Lopez effectuera également une "prestation musicale".

Joe Biden et sa vice-présidente Kamala Harris prêteront serment à 12H00 (17H00 GMT), puis le président fera son discours inaugural dans lequel il doit affirmer sa vision pour "battre la pandémie, mieux reconstruire et unifier et guérir la nation" selon le comité d'organisation.

Dépôt de gerbe à Arlington

En début d'après-midi, Joe Biden se rendra au cimetière national d'Arlington, près de Washington, pour déposer une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu, en compagnie des anciens présidents Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton et de leurs épouses. Il reviendra en convoi vers la capitale.

Entrée à pied

Le convoi doit stopper à quelques dizaines de mètres de la Maison Blanche pour y laisser Joe Biden entrer à pied et entouré d'une escorte militaire. C'est là qu'il doit signer dans l'après-midi ses premiers décrets présidentiels.

Soirée télévisée

Joe Biden et Kamala Harris s'adresseront à la nation lors d'une émission spéciale présentée par le comédien américain Tom Hanks et diffusée sur toutes les grandes chaînes américaines à partir de 20H30.

Intitulée "Pour fêter l'Amérique", elle comptera de nombreux invités musicaux comme Jon Bon Jovi, Foo Fighters, John Legend, Demi Lovato, Bruce Springsteen, Justin Timberlake et Luis Fonsi, entre autres.

Covid-19: Seuls 4 Afro-Américains sur 10 acceptent de se faire vacciner

Covid-19: Seuls 4 Afro-Américains sur 10 acceptent de se faire vacciner
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Investiture de Joe Biden: Le spectre de la violence plane encore

Investiture de Joe Biden: Le spectre de la violence plane encore
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:37 0:00

Une Américaine soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de Pelosi

Riley June Williams, originaire de la Pennsylvanie, identifiée le 17 janvier 2021 par le FBI, est soupçonnée d'avoir voulu vendre aux Russes l'ordinateur de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. FBI / Document via REUTERS.

Aux Etats-Unis, une femme de 22 ans est soupçonnée d'avoir voulu, sans succès, vendre aux renseignements russes l'ordinateur de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi. L’ordinateur avait été dérobé lors de l'attaque du Capitole, le 6 janvier.

Selon l'acte d'accusation, Riley June Williams, originaire de Pennsylvanie, faisait partie des émeutiers qui se sont introduits au Capitole.

Des images diffusées par la chaîne britannique ITV montrent une jeune femme, dont la mère a confirmé l'identité auprès de la chaîne, enjoignant à la foule de se rendre à l'étage du bâtiment.

Un témoin anonyme, interrogé par les autorités américaines, affirme avoir vu d'autres vidéos dans lesquelles Riley Williams se saisit d'un ordinateur (ou d'un disque dur) dans le bureau de Nancy Pelosi.

Selon ce même témoin cité dans l'acte d'accusation, qui affirme être un ex-partenaire de la jeune femme, cette dernière avait prévu d'envoyer le matériel à un contact en Russie afin qu'il le vende aux services de renseignements extérieurs russes (SVR).

L'opération aurait finalement échoué, pour des raisons non précisées, et Riley Williams serait donc toujours en possession de l'ordinateur ou l'aurait détruit.

Un mandat d'arrêt a été émis à l'encontre de la jeune femme, dont la mère a indiqué qu'elle avait quitté le domicile familial.

L'acte d'accusation n'a pour l'instant retenu contre Riley Williams que les chefs d'effraction et de trouble à l'ordre public, mais pas de vol.

Près de 70 personnes ont déjà été inculpées suite aux événements du 6 janvier, selon le ministère américain de la Justice.

Les autorités ont encore procédé ces derniers jours à une série d'interpellations en lien avec ces inculpations.

Les chefs d'inculpation vont d'effraction à port d'armes prohibé en passant par trouble à l'ordre public et agression d'agents de la force publique.

Voir plus

XS
SM
MD
LG