Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Le mystère s'épaissit autour des impôts de Trump

Le candidat républicain Donald Trump en campagne le 27 septembre 2016. (AP /John Locher)

Donald Trump, milliardaire volontiers fanfaron sur sa fortune a-t-il réussi à ne pas payer d'impôts ? La question a rebondi après sa curieuse réponse lors du débat présidentiel américain, alors qu'il refuse toujours de rendre publiques ses déclarations de revenus.

Lors de ce débat, regardé par 84 millions d'Américains, sa rivale démocrate Hillary Clinton n'a pas raté l'occasion d'en reparler, et émis plusieurs hypothèses pour son refus : "peut-être n'est-il pas aussi riche qu'il le dit. Peut-être n'est-il pas aussi généreux qu'il le dit (...) Ou peut-être ne veut-il pas que les Américains (...) sachent qu'il n'a rien payé en impôts fédéraux", a-t-elle déclaré.

Hillary Clinton et Donald Trump lors du premier débat présidentiel le 26 septembre 2016.
Hillary Clinton et Donald Trump lors du premier débat présidentiel le 26 septembre 2016.

"Cela prouve que je suis intelligent", a répondu du tac au tac le candidat républicain à la Maison Blanche, sans démentir.

Quelques minutes plus tôt, il avait affirmé avoir déclaré à la commission fédérale électorale 694 millions de revenus pour l'an dernier. Cette déclaration est obligatoire pour les candidats, mais moins précise que leur déclaration de revenus à de nombreux égards.

Après le débat, il a semblé revenir en arrière : "bien sûr que je paye des impôts fédéraux", a-t-il déclaré à des journalistes. Tout en ajoutant : "je déteste la façon dont notre gouvernement dépense notre argent. Il le jette par la fenêtre".

Les démocrates depuis des mois insistent pour qu'il rende publique sa déclaration de revenus, une tradition respectée depuis 40 ans par tous les candidats des grands partis à l'élection présidentielle.

Et ils ont immédiatement exploité sa réponse au débat. "Il a reconnu qu'il ne payait pas d'impôts parce qu'il a dit qu'il était intelligent. Dites ça au concierge ici qui paye des impôts", s'est indigné le vice-président Joe Biden, en campagne mardi pour Mme Clinton à l'université Drexel à Philadelphie. "Dites ça à vos parents, qui s'épuisent pour vous envoyer ici et payent des impôts. Cela me met très en colère".

- Déclaration de 12.000 pages -

Selon un récent sondage Quinnipiac, 75% des Américains souhaitent que Donald Trump publie sa déclaration de revenus (60% des républicains, 92% des démocrates).

Mais il s'abrite derrière un audit fiscal en cours pour ne pas le faire, affirmant attendre la fin de cet audit. L'IRS, le service des impôts américains, a pourtant affirmé que "rien" ne l'empêchait de le faire.

Selon son fils Donald Jr, sa déclaration de revenus fait... 12.000 pages.

Selon certains experts, il est probable que le magnat de l'immobilier a profité de tous les abattements fiscaux légaux et échappatoires existant pour les promoteurs immobiliers, particulièrement aidés en la matière.

"Sa feuille d'impôts montrera jusqu'où il a poussé le bouchon, pour transformer un revenu ordinaire en augmentation de capital, retarder le paiement d'impôts" en utilisant certaines dispositions légales "et créer un labyrinthe impénétrable pour les contrôleurs de l'IRS", déclarait récemment Jack Blum, responsable de l'ONG Tax Justice Network USA et ancien avocat de la commission antitrust au Sénat, au site MarketWatch.

La seule fenêtre sur la façon dont M. Trump déclare ses revenus remonte à la fin des années 70, quand il avait demandé une autorisation pour un casino dans le New Jersey.

Il avait payé 71.000 dollars d'impôts de 1975 à 1977, mais avait ensuite déclaré des revenus déficitaires de 406.379 dollars en 1978 et 3,4 millions en 1979, selon le New York Times, ce qui lui avait permis de ne pas payer d'impôts fédéraux, alors même qu'il affirmait peser des centaines de millions de dollars.

Selon le groupe "Citizens for Tax Justice" (CTJ), il pourrait faire passer en "frais professionnels" son style de vie somptueux.

Donald Trump revendique une fortune de 10 milliards de dollars. Le magazine Forbes, spécialisé dans ces sujets, l'estime à 4,5 milliards de dollars.

Avec AFP

Toutes les actualités

Pour Herman Cohen, Joe Biden a le vent en poupe

Pour Herman Cohen, Joe Biden a le vent en poupe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Le président Donald Trump et son challenger Joe Biden ont croisé le fer à Nashville

Le président Donald Trump et son challenger Joe Biden ont croisé le fer à Nashville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Dernier débat entre Trump et Biden: pas de vainqueur ni de vaincu

Le président américain Donald Trump et l'ancien vice-président Joe Biden lors du débat présidentiel final au Curb Event Center de l'Université Belmont à Nashville, Tennessee, États-Unis, le 22 octobre

Le président américain Donald Trump, candidat du parti républicain et son challenger démocrate, l'ancien vice-président Joe Biden, ont engagé lors d'un débat animé jeudi soir, avant l'élection présidentielle du 3 novembre, présentant à la nation des points de vue très divergents.

Pendant 90 minutes, les deux adversaires ont défendu chacun ses positions et attaqué celle de l'autre sur les grandes thématiques du jour. Entre autres: la gestion de la crise du coronavirus, l'assurance santé, l'immigration, les inégalités économiques, la criminalité, et les tensions raciales, ainsi que le changement climatique.

En fin de compte, le président Trump a déclaré qu'il méritait un deuxième mandat à la Maison Blanche parce que lui seul est capable de relancer la plus grande économie du monde. Par contre, a-t-il ajouté, si Joe Biden gagne, le pays connaitra "une dépression comme personne n'en a jamais vu."

Pour sa part l'ancien vice-président Biden, un incontournable de la scène politique américaine pendant près d'un demi-siècle, a assailli à plusieurs reprises l'administration Trump comme étant malavisée, indifférente et chaotique. Il a promis de réunifier le pays.

"Nous allons avoir la science plutôt que la fiction et l’espoir plutôt que la peur", a déclaré Joe Biden. "Cette élection porte sur la décence, l’honneur, le respect et le traitement des personnes avec dignité. Vous n’avez pas obtenu cela ces quatre dernières années."

Bien que les deux candidats aient marqué des points importants lors de ce dernier débat, aucun ne semblait avoir pris le dessus ou avoir porté un coup révélateur qui pourrait immédiatement modifier le cours de la campagne.

Plus civil, moins rancunier

Même avec des attaques pointues l'un contre l'autre, leur deuxième et dernier débat, 12 jours avant les élections, a été plus civil et moins rancunier que la première fois qu'ils se sont affrontés fin septembre. La modératrice du débat, la correspondante de NBC News à la Maison Blanche, Kristen Welker, a gardé la discussion sous contrôle.

Les deux candidats, tous deux âgés de plus de 70 ans, se sont interrompus mutuellement, mais pas autant qu'il y a trois semaines.

Les enjeux du dernier débat Trump-Biden
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Entre temps, plus de 47 millions d'Américains ont déjà voté tôt par courrier ou en personne.

Lors du débat présidentiel du 22 octobre 2020 à Nashville, dans le Tennessee.
Lors du débat présidentiel du 22 octobre 2020 à Nashville, dans le Tennessee.

Article traduit et adapté de l'anglais par VOA Afrique. Lire l'original: "Trump, Biden Engage in Spirited Last Debate Before Election"

Dernier débat plutôt respectueux entre Trump et Biden

Dernier débat plutôt respectueux entre Trump et Biden
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:12 0:00

"Sembene à travers l’Afrique": entretien avec le professeur Samba Gadjigo

"Sembene à travers l’Afrique": entretien avec le professeur Samba Gadjigo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:20 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG