Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Une technologie innovante pour sauver des Syriens des raids aériens

Des membres de la défense civile syrienne, connus sous le nom de Casques blancs, retirent une victime des décombres d'un bâtiment détruit suite à une attaque aérienne à Idlib, Syrie, 15 mars 2017

Khaled et son frère ont tout juste eu le temps d'enfourcher leur moto et de filer à toute allure. Grâce à système d'alerte, ils ont échappé à un raid aérien qui a détruit la maison des voisins dans la province syrienne d'Idleb.

Ce journaliste citoyen de 23 ans et son frère auraient bien pu être tués si, quelques minutes plus tôt chez eux, ils n'avaient pas été avertis via une notification sur leur téléphone portable d'une frappe imminente sur leur quartier de Maaret al-Chourine, dans la province d'Idleb, ultime bastion insurgé menacé d'une vaste offensive du régime et de son allié russe.

Ils ont été sauvés par le système Sentry, lancé il y a deux ans par deux Américains et un programmeur syrien. Dans la province du nord-ouest du pays en guerre, ce système pourrait jouer un rôle crucial en cas d'assaut.

Quand les avions de combat syriens ou russes décollent, Sentry calcule et localise la cible potentielle de frappes à venir, en analysant les trajectoires de vols, à partir de données fournies par des observateurs humains sur le terrain mais aussi un réseau de capteurs.

Le système déclenche des alertes près de la zone concernée, et les utilisateurs reçoivent l'avertissement via des applications gratuites sur leur téléphone portable, notamment via Telegram, ce qui leur donne quelques minutes pour se mettre à l'abri.

Le jour de la frappe, Khaled était chez lui pour récupérer des affaires abandonnées après avoir fui un premier raid. "J'ai reçu une alerte sur Telegram, me disant qu'un nouvel avion avait décollé et se dirigeait vers le même secteur", raconte-t-il à l'AFP.

Avec son frère, ils ont vite pris la fuite à bord d'une moto. "Seuls trois enfants ont été blessés ce jour-là" dans le raid.

- Pic d'utilisation -

Selon les concepteurs, le dispositif d'alerte lancé en août 2016, profite actuellement à quelque deux millions de personnes en Syrie, la plupart d'entre elles à Idleb.

L'initiative a prouvé son efficacité, assurent les créateurs, y compris lors de la vaste offensive menée plus tôt cette année contre le fief rebelle de la Ghouta orientale, où des bombardements, principalement aériens, ont fait plus de 1.700 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Nous avons observé un pic important d'utilisation (du système) lors de cette campagne" militaire, a indiqué à l'AFP John Jaeger, co-fondateur de la société Hala Systems qui a développé Sentry.

Ce geek et ancien diplomate cherchait à développer de nouveaux moyens d'empêcher des morts de civils en Syrie. Il a créé le système épaulé par un entrepreneur américain, Dave Levin, et un codeur syrien dont l'identité est gardée secrète.

Si des statistiques fiables sont difficiles à obtenir, l'analyse des données montre que l'utilisation de Sentry réduit de 27% le nombre de personnes tuées dans les raids, affirme M. Jaeger.

Le système, financé par le Royaume-Uni, le Canada, les Pays-Bas et le Danemark selon lui, nécessite un réseau humain sur le terrain, pour surveiller les zones couvertes et installer les capteurs.

- Huit minutes -

En recevant l'avertissement via les réseaux sociaux, les radios locales ou les sirènes d'alerte déclenchées à distance par Hala Systems, les résidents ont en moyenne huit minutes pour trouver un refuge, selon le co-fondateur de la société.

Le système est très utilisé par les secouristes en zones rebelles, les Casques blancs, impliqués dans le développement du système.

"Les techniciens de la défense civile tentent de rendre le service accessible aux civils dépourvus d'Internet", a affirmé à l'AFP le coordinateur du système d'alerte dans le nord syrien, Ibrahim Abou Laith.

Selon lui, près de 200 sessions de sensibilisation ont eu lieu ces dernières semaines dans le nord du pays pour apprendre à la population disposant d'Internet à se servir du système.

Selon l'OSDH, parmi les plus de 350.000 personnes tuées depuis le début de la guerre en 2011, 33.000 civils ont péri dans des raids syriens ou russes.

Reste que le système Sentry peut parfois ne pas avoir les résultats escomptés, admet M. Jaeger. "Nous cherchons à prévenir le maximum de morts possible".

Avec AFP

Toutes les actualités

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Journée violente à Hong Kong

Journée violente à Hong Kong
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le président bolivien Evo Morales a démissionné

Le président bolivien Evo Morales a démissionné
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Le président bolivien Evo Morales démissionne, arrestations d'ex-dirigeants

Le président bolivien Evo Morales lors d'une conférence de presse le 10 novembre 2019.

Le président bolivien Evo Morales a démissionné dimanche après trois semaines de protestations contre sa réélection, tandis qu'une foule joyeuse célébrait la nouvelle dans les rues et que les premières arrestations d'anciens dirigeants avaient lieu.

"Je renonce à mon poste de président", a déclaré à la télévision le leader indigène de 60 ans, au pouvoir depuis 2006, au terme d'une journée marquée par de nouveaux affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ainsi que des démissions en série de ministres et députés.

"Le coup d'Etat a eu lieu", a ajouté, à ses côtés, le vice-président Alvaro Garcia Linera, lui aussi démissionnaire.

En début de soirée, la police a arrêté la présidente du Tribunal électoral de Bolivie (TSE), Maria Eugenia Choque, sur ordre du parquet, qui enquête sur des irrégularités commises dans le scrutin d'octobre, ainsi que le vice-président du TSE, Antonio Costas.

Des milliers d'habitants ont déferlé dans les rues du pays pour célébrer cette annonce, agitant le drapeau bolivien entre rires et larmes après la violente vague de contestation au cours de laquelle trois personnes ont été tuées et 383 blessées.

"Cet imbécile (Morales), qui ne sait pas réfléchir, est parti par la fenêtre, quelle bonne nouvelle, on est heureux", confiait à l'AFP Reggina Sojas, commerçante de 61 ans, venue faire la fête sur l'avenue El Prado, principal axe de La Paz.

"Quel moment de gloire pour nous, on est vraiment contents, vive la démocratie", se réjouissait aussi Ricardo Revilla, employé de banque de 37 ans.

"Leçon au monde"

"Nous avons donné une leçon au monde, demain la Bolivie sera un nouveau pays", s'est exclamé Luis Fernando Camacho, dirigeant le plus visible et radical de l'opposition, qui s'était rendu plus tôt au siège du gouvernement à La Paz pour y remettre symboliquement une lettre de démission à signer par Evo Morales, ainsi qu'un exemplaire de la Bible.

Retranché dans son fief politique, la zone de production de feuille de coca de Chimoré, dans la région de Cochabamba (centre), Evo Morales a finalement cédé aux appels au départ en fin d'après-midi.

Dénonçant comme une "décision politique" l'appel de l'Organisation des Etats américains (OEA) à l'organisation d'un nouveau scrutin, il a affirmé: "Mon péché (est) d'être indigène, d'être producteur de coca".

Né dans la misère, cet ancien berger de lamas avait gravi les échelons syndicaux jusqu'à devenir il y a 13 ans le premier chef d'Etat indigène du pays.

Il est l'un des derniers représentants de la "vague rose" qui a déferlé au tournant des années 2000 sur l'Amérique latine, faisant virer à gauche le Brésil, l'Argentine, le Chili, l'Equateur et le Venezuela, la majorité de ces pays ayant depuis rebasculé à droite.

Dimanche soir, il a d'ailleurs reçu le soutien immédiat des présidents cubain et vénézuélien, Miguel Diaz-Canel et Nicolas Maduro, qui ont dénoncé un "coup d'Etat" et exprimé leur solidarité envers leur "frère président" Evo Morales.

Le président élu argentin Alberto Fernandez a également condamné "un coup d'Etat". Le Mexique à offert l'asile à Evo Morales et accueilli dans son ambassade à La Paz des fonctionnaires et des parlementaires boliviens.

De son côté, le président brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro a estimé que les dénonciations de fraude avaient poussé Evo Morales à démissionner.

Au fil de la journée, le dirigeant bolivien s'était retrouvé de plus en plus isolé alors que la crise politique s'accélérait brutalement dans le pays andin, où grève générale et manifestations paralysaient l'activité depuis une dizaine de jours.

Le coup fatal a été porté par l'armée et par la police, qui lui ont retiré leur soutien dans l'après-midi, l'appelant à démissionner "pour le bien de la Bolivie"

Démissions en série

L'annonce dans la matinée par le président d'un nouveau scrutin - une option qu'il rejetait jusque-là - visait à "pacifier la Bolivie" mais n'a pas réussi à apporter le calme.

Le président de l'Assemblée nationale, Victor Borda, le ministre des Mines, César Navarro, ainsi que celui des Hydrocarbures, Luis Alberto Sanchez, et une dizaine de députés, ont renoncé à leur poste.

Durant la journée, plusieurs dirigeants de l'opposition avaient exhorté le chef de l'Etat à lui aussi démissionner.

"S'il lui reste une once de patriotisme il devrait se retirer", avait plaidé le centriste Carlos Mesa, principal adversaire de M. Morales au premier tour de la présidentielle du 20 octobre.

"Evo Morales a brisé l'ordre constitutionnel et doit démissionner", avait renchéri Luis Fernando Camacho.

Le président avait promis de "renouveler l'ensemble des membres du Tribunal électoral suprême (TSE)", puis de "convoqu(er) de nouvelles élections", sans spécifier la date de ce nouveau scrutin, ni s'il s'y représenterait.

L'Organisation des Etats américains (OEA) avait demandé dimanche matin l'annulation du scrutin, entaché d'irrégularités selon elle.

Elle appelait aussi à la convocation d'un nouveau scrutin avec comme garantie nécessaire "la composition d'un nouvel organe électoral", allusion au TSE, dont sept membres ont été visés dimanche par des poursuites du parquet pour participation présumée aux irrégularités.

Le gouvernement colombien a demandé dimanche une "réunion urgente" du conseil permanent de l'OEA "afin de chercher des solutions à la complexe situation institutionnelle" qui se présente en Bolivie, a indiqué le ministère colombien des Affaires étrangères.

Le scrutin du 20 octobre avait abouti à l'élection d'Evo Morales pour un quatrième mandat allant jusqu'en 2025, une option pourtant rejetée par la population lors d'un référendum en février 2016.

Son score annoncé par le TSE, dépassant de plus de 10 points celui de Carlos Mesa, avait aussitôt été qualifié de frauduleux par l'opposition.

Voir plus

XS
SM
MD
LG