Liens d'accessibilité

Aider les femmes enceintes au Togo


La ville togolaise de Sokodé expérimente une nouvelle approche pour aider les femmes à sortir de la pauvreté. L'une des missions du programme "Global alliance against community emporwement" (GACE) de l’ONG Alaffia est de réduire le taux de mortalité maternelle et infantile.

Dans les préfectures de Tchaoudjo et de Tchamba, au centre du Togo, certaines femmes sont particulièrement exposées aux complications lors de l’accouchement car elles sont excisées ou financièrement vulnérables.

Conscient de cette vulnérabilité, GACE s’occupe, grâce à son volet santé maternelle, de la prise en charge médicale des patientes et de leurs accouchements.

"Nous prenons en charge les femmes enceintes démunies et les femmes excisées. Nous les aidons à avoir les bonnes informations et les appuyons financièrement"."

Hortense Santos est la directrice nationale des opérations d’appui communautaire à l’ONG Alaffia. "Nous prenons en charge les femmes enceintes démunies et les femmes excisées. Nous les aidons à avoir les bonnes informations et les appuyons financièrement", explique-t-elle à VOA Afrique.

Depuis le début de ses activités en 2012, le programme GACE a apporté son assistance à près de 5.000 femmes enceintes dans les deux préfectures qui constituent sa zone de couverture.

Marlène Tagba, 45 ans, est mère de 4 enfants. Elle fait partie des bénéficiaires de GACE.

Marlène Tagba, bénéficiaire du programme GACE, à Sokodé, au Togo, le 13 mai 2017. (VOA/Kayi Lawson)
Marlène Tagba, bénéficiaire du programme GACE, à Sokodé, au Togo, le 13 mai 2017. (VOA/Kayi Lawson)

"J'ai enfin accouché dans les bonnes conditions", témoigne-t-elle, confiant qu'elle a perdu un enfant.

Pour accompagner ces femmes vivant dans des situations d’extrême pauvreté, Alaffia les embauche dans son unité de production de beurre de karité à Sokodé.

Issiftènè Tcha-Djobo est employée dans cette unité de production : "Alaffia a changé nos vies. Grâce à notre travail, nous arrivons à nous occuper de nos enfants. Ils ne sont plus renvoyés de l’école pour le non paiement des frais de scolarité. Nos problèmes financiers sont réduits. Nous disons merci à Alaffia".

Les actions communautaires menées par l’ONG Alaffia dans les préfectures de Tchaoudjo et de Tchamba permettent aux femmes d’être en bonne santé, mais aussi de les autonomiser financièrement.

Kayi Lawson, envoyée spéciale à Sokodé

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG