Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

Une manifestation d'étudiants tchadiens réprimée à N’Djamena

Perturbation des cours dans les campus université de N'Djamena, le 10 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Lundi au Tchad, les étudiants ont lancé un mouvement d’humeur après que les autorités n'aient pas réagi à leur ultimatum de trois jours visant à obtenir de meilleures conditions d’études. Une manifestation réprimée par la police.

Dix étudiants se sont évanouis sous le crépitement de gaz lacrymogènes tirés par la police, selon un étudiant rencontré à la faculté d’Ardep-Djoumal, dans le 3e arrondissement de N’Djamena, la capitale. Au moins un autre étudiant aurait été blessé.

A l'origine, les manifestants réclamaient le rétablissement des bourses d’études et de restauration, l’installation d'une connexion wifi dans les campus et l’augmentation du nombre de bus pour leur transport.

Aserpé Dickréo Amos président national de l'UNET, à N'Djamena, le 10 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).
Aserpé Dickréo Amos président national de l'UNET, à N'Djamena, le 10 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Déplorant "la violence" des agents de la police, Amos Aserpé Dickréo, le président de l’Union nationale des étudiants tchadiens, demande au gouvernement de prendre en charge les blessés et de libérer les étudiants qui ont été arrêtés.

"Le Tchad est un pays de droit, donc il faudrait que les gens commencent à respecter le droit", lamente Guirayo Jérémie, président du Syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS).

Guirayo Jérémie, président du SYNECS, à N'Djamena, le 10 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).
Guirayo Jérémie, président du SYNECS, à N'Djamena, le 10 février 2020. (VOA/André Kodmadjingar).

Il décrie la descente musclée des forces de l'ordre dans les locaux des universités "au mépris des textes" qui garantissent leur inviolabilité. Le SYNECS est logé dans l’un des bâtiments qui ont été investis par la police.Pour exprimer le mécontentement de ses membres, le syndicat entend organiser une journée de protestation dans la semaine.

Les tentatives de VOA Afrique d’avoir la réaction des autorités rectorales sont restées vaines.

Les responsables de la police affirment que dans de telles manifestations, la police ne peut pas faire la différence entre étudiants et enseignants-chercheurs. Et donc ces enseignants sont brutalisés par confusion.

Pour le réseau des associations qui œuvre pour la protection des enfants, la manière de réprimer les manifestations des étudiants, traumatise non seulement les enfants des établissements primaires et secondaires, mais enfreint au respect de leur intégrité physique et psychologique.

Toutes les actualités

Une marche de soutien à la junte autorisée à N’Djamena

Une marche de soutien à la junte autorisée à N’Djamena
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:52 0:00

L'armée tchadienne annonce la fin des opérations contre les rebelles

L'armée tchadienne annonce la fin des opérations contre les rebelles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:54 0:00

VOA60 Afrique du 10 mai 2021

VOA60 Afrique du 10 mai 2021
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Mahamat Idriss Deby au Niger, rencontre ses soldats et le président Bazoum

Le général Mahamat Idriss Deby aux funérailles d'État du défunt président tchadien Idriss Deby Itno, à N'Djamena, le 23 avril 2021.

Le général Mahamat Idriss Déby, chef du Conseil militaire de transition au Tchad, s'est entretenu lundi à Niamey avec le président du Niger Mohamed Bazoum et doit se rendre dans l'ouest de ce pays où sont stationnés 1.200 soldats tchadiens qui combattent les jihadistes.

Le général Mahamat Idriss Déby, qui dirige la junte au pouvoir depuis la mort fin avril de son père, est arrivé en début de matinée à Niamey.

Il "est venu pour voir ses troupes à Téra et il en a profité pour discuter avec le président du Niger Mohamed Bazoum", a indiqué une source à la présidence nigérienne, sans préciser le contenu de l'entretien.

"Nous sommes venus ici pour affirmer notre amitié (...) pour remercier le président Bazoum pour tous ses soutiens depuis la mort du maréchal (Idriss Déby Itno). Nous sommes venus aussi pour soutenir nos Forces à Téra", a de son côté brièvement déclaré Mahamat Idriss Déby aux médias publics nigériens.

Mohamed Bazoum a été désigné en avril par le G5-Sahel qui regroupe cinq pays de la région - Tchad, Niger, Burkina, Mali et Mauritanie - comme "facilitateur" entre les nouvelles autorités tchadiennes et un groupe rebelle, le Front pour l'alternance et la concorde au Tchad (FACT).

L'armée tchadienne a affirmé dimanche que l'opération contre ces rebelles qui mènent depuis un mois une offensive était "finie" et que "la situation est revenue à la normale".

Fin avril, la présidence nigérienne avait affirmé que le président Bazoum prendrait "un certain nombre d'initiatives très prochainement", pour mener cette facilitation.

Extraits du premier message du général Mahamat Idriss Déby
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Un contingent de 1.200 soldats tchadiens a été déployé à Téra, ville nigérienne située dans la zone dite des "trois frontières" entre Niger, Burkina et Mali, pour lutter contre les groupes jihadistes, dans le cadre de la force multinationale du G5 Sahel, dont les cinq pays membres s'efforcent depuis 2017 de coopérer dans cette lutte.

Énième manifestation violemment réprimée à N'Djamena

Énième manifestation violemment réprimée à N'Djamena
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG