Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Une Guinéenne accusée de donner de fausses grossesses


Une femme enceinte dans un hôpital de Minakaman, au Soudan du Sud, le 26 juin 2014.

En Guinée, une femme accusée d’escroquerie a été présentée mardi à la presse devant plusieurs dizaines de jeunes femmes se disant victimes de faux traitements contre l’infertilité.

Certaines de ces présumées victimes ont attendu près de deux ans avec espoir de faire un enfant jusqu’à ce que les examens révèlent le contraire.

Après des échographies, 47 femmes avec des ventres ronds, sont surprises d’apprendre qu’elles ne sont pas enceintes. Un rêve brisé pour ces mariées qui ont tourné le dos à l’hôpital, toutes attirées par la notoriété de la guérisseuse tradithérapeute.

Après 13 mois de fausse grossesse, une jeune femme a arrêté d’aller voir la vieille femme, a-t-elle confié à VOA Afrique.

Chaque malade doit débourser 300 000 francs guinéens pour bénéficier du traitement qui consiste à boire des décoctions de racines et de plantes.

Après avoir découvert qu’elle a été trompée, cette trentaine veut maintenant se débarrasser de la rondeur de son ventre à défaut d’avoir un enfant.

Après l’arrestation de la présumée auteure de fausse grossesse, les victimes réclament justice.

Pour les services spéciaux chargés de la lutte contre le crime organisé, il s’agit d’une escroquerie, selon Moussa Tiegboro Camara, patron du service.

Quant à la guérisseuse, elle ne nie pas les faits, mais reste convaincue que ces femmes finiront par accoucher d’un bébé.

C'est suite à une plainte collective déposée par plusieurs femmes que l'office central chargé de lutte contre le crime organisé a interpellé la la vieille femme et deux de ses complices. Les trois ont nié les faits d'escroquerie.

Zakaria Camara, correspondant à Conakry

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG