Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Une enquête ouverte après des accusations d'évasion fiscale contre Trump

Le président américain entouré de son fils Eric Trump, de sa fille Ivanka et de son fils Donald Trump Jr. avant une conférence de presse à la Trump Tower, à Manhattan, à New York, aux États-Unis, le 11 janvier 2017.

Le service des impôts de l'Etat de New York a ouvert mardi une enquête après la publication par le New York Times d'informations selon lesquelles Donald Trump aurait reçu plus de 400 millions de dollars de ses parents, en partie grâce à des manoeuvres d'évasion fiscale.

Les informations du quotidien ont été démenties par un avocat du président américain et par la porte-parole de la Maison Blanche.

Selon un article du New York Times publié mardi sur la fortune de M. Trump, l'ex-magnat de l'immobilier est loin de s'être fait tout seul, comme il le raconte volontiers à ses supporters ou dans ses livres, comme son bestseller "L'art de la négociation".

Citant des déclarations d'impôts et des documents financiers confidentiels, le quotidien affirme que, depuis son plus jeune âge et jusqu'à aujourd'hui, l'ancien magnat de l'immobilier a bénéficié, comme ses quatre frères et soeurs, de revenus provenant de l'empire immobilier de son père Fred.

Le montant total de ces revenus équivaut à quelque 413 millions de dollars d'aujourd'hui, selon le New York Times.

D'après le quotidien, Donald Trump a reçu depuis l'âge de trois ans 200.000 dollars par an (en dollars actuels), et à huit ans il était déjà millionnaire.

A la suite de la parution de ces informations, le service des impôts de l'Etat de New York "passe en revue les accusations dans l'article du New York Times et explore avec détermination toutes les pistes d'enquête", a déclaré un de ses porte-parole à l'AFP.

Le New York Times affirme qu'une partie de cet argent aurait été perçu grâce à de l'évasion fiscale: le président et ses frères et soeurs auraient ainsi établi une société écran avec pour seul objectif de dissimuler les dons de leurs parents.

Donald Trump aurait également aidé son père à profiter indûment de millions de dollars de déductions fiscales, et à sous-évaluer ses avoirs immobiliers pour réduire les impôts à payer lors de leur transfert à leurs enfants.

Les enfants Trump auraient reçu au total "une somme bien supérieure à un milliard de dollars" de leurs parents.

Au taux d'imposition de 55% sur les héritages et les dons en vigueur à l'époque, ils auraient pu payer 550 millions de dollars, mais n'ont versé que 52,2 millions, selon le journal.

- "Attaques fallacieuses" -

"Il est triste d'assister aux attaques fallacieuses d'un New York Times défaillant", a réagi la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders. "Il y a plusieurs décennies, le fisc a examiné et approuvé ces transactions", a-t-elle ajouté.

Un avocat de M. Trump, Charles Harder, cité par le journal, a également qualifié de "100% fausses et hautement diffamatoires" les allégations de fraude et d'évasion fiscale avancées par le New York Times. "Il n'y a pas eu de fraude ou d'évasion fiscale par qui que ce soit", a-t-il dit.

L'avocat a assuré que M. Trump lui-même "n'avait quasiment pas été impliqué dans ces histoires", qui avaient été gérées par d'autres membres de sa famille, aidés par des professionnels.

Le New York Times dit avoir exploité des centaines de déclarations d'impôt de Fred Trump et de ses sociétés pour son enquête.

Il n'a cependant pas eu accès aux déclarations d'impôts de Donald Trump lui-même, que ce dernier a toujours refusé de publier.

La société-holding qui réunit les intérêts financiers du magnat new-yorkais, la Trump Organization, est une société familiale qui ne publie pas non plus ses résultats. Depuis l'investiture de Donald Trump, elle est dirigée par ses deux fils Eric et Donald Trump Junior.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Comprendre la fête de Thanksgiving

Comprendre la fête de Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:01 0:00

Thanksgiving: les aéroports grouillent de monde

Thanksgiving: les aéroports grouillent de monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Joe Biden ramène des anciens cadre de l'administration Obama

Joe Biden ramène des anciens cadre de l'administration Obama
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:15 0:00

Donald Trump accorde une grâce présidentielle à son ancien collaborateur Michael Flynn

Le conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, fait une déclaration lors d'un briefing quotidien à la Maison Blanche à Washington, le 1er février 2017.

Le président américain Donald Trump a gracié mercredi son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn qui avait plaidé coupable d'avoir menti au FBI lors de l'enquête sur l'ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016.

"C'est un grand honneur pour moi d'annoncer que le général Michael T. Flynn a obtenu une grâce complète. Félicitations à @GenFlynn et à sa merveilleuse famille, je sais que vous allez maintenant passer un Thanksgiving vraiment fantastique !", a écrit M. Trump sur Twitter.

Général d'armée à la retraite, M. Flynn a plaidé coupable en 2017 d'avoir menti au FBI sur les interactions qu'il a eues avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis dans les semaines précédant l'inauguration de Trump en janvier 2017.

Il a depuis lors cherché à retirer son plaidoyer, arguant que les procureurs avaient violé ses droits et l'avaient dupé pour qu'il accepte de plaider coupable. Sa condamnation a été reportée à plusieurs reprises.

Il s'agit de la grâce la plus médiatisée accordée par M. Trump depuis son entrée en fonction. Entre autres controverses, le président américain avait auparavant suscité un tollé en graciant les militaires accusés de crimes de guerre en Afghanistan. Il a aussi essuyé des critiques en accordant la grâce présidentielle à Joe Arpaio, ancien shérif du comet de Maricopa, en Arizona, accuse de racism notoire.

Le général Flynn, 61 ans, a été le premier conseiller à la sécurité nationale du président Trump. Il est limogé en 2017 après 24 jours à son poste à cause d’une controverse liée aux contacts de l'ancien général avec l'ambassadeur russe à Washington de l'époque, Sergei Kislyak.

Avant d’intégrer l’équipe de M. Trump, Michael Flynn était à la tête de l'Agence de renseignement du Pentagone, un poste qu’il est contraint de quitter en 2014, en partie à cause de son style de gestion et de ses opinions sur la manière de lutter contre le militantisme islamiste.

C’est en 2016 qu’il entre dans l’équipe de campagne de M. Trump.

Outre le general Flynn, d'autres anciens collaborateurs du president ont été condamnés pour divers crimes à l’échelle fédérale, notamment Roger Stone, conseiller et ami de longue date de M. Trump, et Paul Manafort, son ancien directeur de campagne.

Selon le quotidien USA Today, la grâce accordée à M. Flynn a suscité une réaction rapide de la famille du général qui a salué cette decision, que l'opposition démocrate a vite fait de condamner.

Voir plus

XS
SM
MD
LG