Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Moyen-Orient

Les autorités tchadiennes explorent l'ouverture d'une ambassade à Jérusalem

Benyamin Netanyahu et Idriss Deby Itno signant l'accord sur le rétablissement de relations diplomatique entre le Tchad et Israël, le 20 janvier 2019, à N'Djamena au Tchad. (VOA/André Kodmadjingar)

Une délégation tchadienne conduite par l'un des fils du président Idriss Déby Itno a rencontré mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter de "l'ouverture possible" d'une ambassade du Tchad à Jérusalem.

La délégation menée par Abdelkerim Idriss Déby, l'un des fils du président tchadien, et le chef du renseignement Ahmed Kogri, a rencontré Benjamin Netanyahu et le chef du Conseil national de sécurité, Meir Ben-Shabbat.

Nous avons discuté de la nomination des ambassadeurs et de l'ouverture de missions diplomatiques, y compris la possibilité d'ouvrir une ambassade à Jérusalem", a déclaré sur Twitter M. Netanyahu, dont les services ont aussi fait état de discussions à propos de terrorisme, de cybersécurité et d'agriculture.

M. Netanyahu a annoncé la reprise de relations diplomatiques avec le Tchad en janvier 2019, après 47 ans d'interruption, lors d'une visite à N'Djamena.

La visite tchadienne intervient moins d'un mois après l'annonce d'un accord entre Israël et les Emirats arabes unis, appelés à devenir le troisième pays arabe, après l'Egypte et la Jordanie, et le premier du Golfe, à normaliser ses relations avec l'Etat hébreu.

Toutes les actualités

Minute Eco: Le Cameroun exporte le gaz naturel en Asie et en Europe

Minute Eco: Le Cameroun exporte le gaz naturel en Asie et en Europe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:32 0:00

Se sentant trahie, la Palestine abandonne la présidence de la Ligue arabe

Le président palestinien Mahmoud Abbas s'exprime lors d'une réunion de dirigeants à Ramallah, en Cisjordanie, le 19 mai 2020. (Photo Reuters)

La normalisation des pays arabes avec Israël a déclenché un élan de solidarité entre les factions palestiniennes. La Ligue arabe compte 22 États membres, dont une dizaine sont des pays africains.

La Palestine a quitté sa présidence actuelle des réunions de la Ligue arabe, a déclaré mardi le ministre palestinien des Affaires étrangères, condamnant comme déshonorant tout accord arabe visant à établir des liens formels avec Israël.

Les Palestiniens considèrent les accords que les Émirats arabes unis et le Bahreïn ont signés avec Israël à Washington il y a une semaine comme une trahison de leur cause et un coup porté à leur quête d'un État indépendant dans le territoire occupé par Israël.

Au début de ce mois, les Palestiniens n'ont pas réussi à persuader la Ligue arabe de condamner les nations qui rompent les rangs et normalisent leurs relations avec Israël.

La Palestine était censée présider les réunions de la Ligue arabe pendant les six prochains mois, mais le ministre des affaires étrangères Riyad al-Maliki a déclaré lors d'une conférence de presse dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, qu'il ne voulait plus de ce poste.

"La Palestine a décidé de concéder son droit à présider le conseil de la Ligue (des ministres des affaires étrangères) lors de sa session actuelle. Il n'y a aucun honneur à voir les Arabes se précipiter vers la normalisation pendant sa présidence", a déclaré M. al-Maliki.

Dans ses remarques, il n'a pas nommé spécifiquement les Émirats ou le Bahreïn, pays arabes du Golfe qui partagent avec Israël des préoccupations sur l'Iran. Il a déclaré que le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a été informé de la décision palestinienne.

La normalisation des pays arabes avec Israël a déclenché un élan de solidarité entre les factions palestiniennes. Mardi des responsables de la faction Fatah du président Mahmoud Abbas basée en Cisjordanie et du mouvement islamiste Hamas devaient tenir des discussions de réconciliation en Turquie.

La Ligue arabe compte 22 États membres, dont une dizaine sont des pays africains : Algérie, Comores, Djibouti, Égypte, Libye, Maroc, Mauritanie, Somalie, Soudan et Tunisie.

En outre, le Tchad et l'Érythrée ont un statut d'observateur : ils peuvent partager leurs points de vue mais ne peuvent pas voter.

Nucléaire iranien: nouvelles sanctions américaines

Nucléaire iranien: nouvelles sanctions américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:08 0:00

La Maison Blanche hôte des accords historiques israëlo-arabes

La Maison Blanche hôte des accords historiques israëlo-arabes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Israël: Un système pour détruire les ballons explosifs lancés depuis Gaza

Israël: Un système pour détruire les ballons explosifs lancés depuis Gaza
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG