Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Une Africaine noire sur le toit du monde

L'expédition de nettoyage au mont Everest

Une cheffe d'entreprise sud-africaine a réussi jeudi l'ascension du mont Everest et est devenue ainsi, selon les organisateurs de son expédition, la première femme africaine noire à poser le pied sur le toit du monde.

Saray Khumalo, 47 ans, a atteint le sommet de l'Himalaya, haut de 8.848 m, après avoir échoué lors de trois tentatives les années précédentes.

Le département népalais du Tourisme a confirmé que l'alpiniste était parvenue au sommet, sans préciser s'il s'agissait de la première Africaine noire à réussir cet exploit.

"Saray N'kusi Khumalo est la première femme africaine à gravir l'Everest pour promouvoir l'accès à l'éducation des enfants d'Afrique", a salué le président sud-africain Cyril Ramaphosa sur Twitter. "Elle nous prouve que le courage et la persévérance permettent de réaliser les plus grandes ambitions."

L'alpiniste utilise la publicité de ses expéditions pour lever des fonds qui servent à financer des bibliothèques pour les enfants.

En 2017, la Sud-Africaine avait dû renoncer à quelques mètres du sommet à cause de forts vents et d'engelures. Deux ans plus tôt, son expédition avait été annulée après le grand tremblement de terre qui avait secoué le Népal.

Lors de sa première tentative en 2014, toutes les cordées en route vers le sommet avaient été contraintes de rebrousser chemin après une avalanche qui avait tué 16 guides.

Mme Khumalo s'est fixée pour défi de gravir les plus hauts sommets de tous les continents. Elle a déjà gravi le Kilimandjaro (Tanzanie), l'Aconcagua (Argentine) et le mont Elbrouz en Russie.

"Mon rêve est d'aller toujours plus haut et toujours plus loin aussi longtemps que je vivrai. Afin de tracer la route de mes enfants et des gens ordinaires pour qu'ils prennent conscience et acceptent que des gens ordinaires peuvent atteindre des sommets insoupçonnés", a-t-elle déclaré sur son site internet.

En 2003, un alpiniste sud-africain, Sibusiso Vilane, était devenu le premier homme noir à gravir l'Everest.

Chaque année, des centaines d'alpinistes venus du monde entier se pressent au Népal entre avril et mai, la saison la plus favorable, pour gravir l'Everest. L'ascension reste extrêmement dangereuse et fait régulièrement des victimes.

Toutes les actualités

2 civils et 4 miliciens tués à Beni, un centre de triage d'Ebola pillé

Le centre de traitement Ebola à Beni en RDC le 16 juillet 2019.

Deux civils et quatre miliciens ont été tués dans la nuit de dimanche à lundi dans une offensive pour chasser des membres présumés du groupe armé musulman ougandais Forces démocratiques alliées (ADF), dans l'est de la RDC, a-t-on appris de sources militaire et administrative.

"Dans l'offensive dans le nuit de dimanche à lundi menée par l'armée contre les ADF à Magboko, quatre ADF ont été tués", a déclaré à l'AFP le major Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans le Nord-Kivu.

"Dans la localité de Mayimoya située à 15 km de Magboko, un autre groupe d'ADF a malheureusement tué deux civils dans une attaque dans le nuit de dimanche à lundi. Ces ADF ont aussi enlevé trois personnes au cours de leur incursion à Mayimoya", a ajouté M. Kibwana, indiquant que "le calme est revenu après la panique".

Par ailleurs, à Bashu, près de Butembo, des inconnus ont saccagé un centre de santé chargé du triage des cas d'Ebola. "Ils ont également pillé des médicaments", a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni (nord-Kivu).

Miliciens musulmans ougandais présents dans l'est de la RDC depuis 1995, les ADF sont accusés par le gouvernement congolais et la mission de l'ONU, la Monusco, d'être responsables des massacres des civils dans la région de Beni, ayant fait plus de mille morts depuis octobre 2014.

Selon un rapport du Groupe d'étude sur le Congo (GEC) de l'Université de New York, les ADF portent effectivement une part très importante de responsabilité dans ces tueries, mais au côté d'autres éléments armés, parmi lesquels des soldats de l'armée régulière.

Dans l'est congolais, plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers sont actifs depuis plus de deux décennies.

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme

Des prédicateurs luttent contre le jihadisme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:02 0:00

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue

Enquête en cours après le décès de 11 personnes en garde à vue
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI

Gouvernement et opposition en désaccord sur l'application des mesures du FMI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse

Le premier ministre burkinabé s'est exprimé devant la presse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG