Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un tueur d'homosexuels inculpé d'un sixième meurtre au Canada


Bruce McArthur, accusé d'avoir tué et caché les restes humain dans des pots de fleurs.

Un jardinier-paysagiste de Toronto, accusé d'avoir tué des homosexuels, a été inculpé vendredi d'un sixième meurtre à la suite de l'identification des restes d'un corps découverts dans des jardinières.

Bruce McArthur, 66 ans, a été arrêté mi-janvier et inculpé de la disparition et du meurtre au printemps 2017 de deux hommes qui fréquentaient le quartier homosexuel de Toronto.

La police a pour l'instant réussi à identifier les restes de trois des six victimes, l'une grâce à ses "empreintes digitales" et les deux autres grâce à leurs "fiches dentaires", a déclaré Hank Idsinga, responsable de l'enquête de la police de Toronto.

Des analyses d'ADN se poursuivent pour identifier les restes de trois autres victimes retrouvés dans le même jardin d'une maison dont les propriétaires avaient mis une dépendance à disposition de Bruce McArthur pour entreposer son matériel de jardinage.

>> Lire aussi : Un Canadien accusé d'avoir tué et éparpillé les restes de ses victimes dans des pots de fleurs

Les victimes identifiées sont Andrew Kinsman, 49 ans, qui avait eu une longue liaison avec Bruce McArthur, Skandaraj Navaratnam, 40 ans, porté disparu depuis 2010 et Soroush Mahmudi, 50 ans, porté disparu depuis près trois ans.

M. McArthur est également accusé des meurtres de Majeed Kayhan, Dean Lisowick et Selim Esen.

"Je ne peux pas vous dire où les meurtres ont été commis. Nous croyons cependant avoir affaire à plusieurs scènes de crime", a ajouté M. Idsinga lors d'une conférence de presse.

"Nous nous intéressons de près à au moins deux ou trois propriétés", où des restes humains auraient pu être enterrés, a-t-il précisé.

La police réexamine aussi "de multiples de meurtres non résolus" et des "centaines de cas de personnes portées disparues", remontant parfois à plusieurs décennies, a-t-il souligné.

La police s'attend à découvrir des restes d'autres victimes présumées de Bruce McArthur mais "n'a aucune idée" de leur nombre, selon M. Idsinga.

L'enquête pourrait s'étendre sur plusieurs mois, voire des années, a souligné le policier.

Les policiers ont passé au crible une vingtaine de jardinières et de gros pots de fleurs dans le jardin de la maison de l'Est de Toronto, où Bruce McArthur entreposait son matériel.

Ils prévoient de retourner sur les lieux avec des chiens renifleurs au printemps lorsque le sol sera dégelé pour tenter de retrouver d'autres restes humains.

Des corps de police d'ailleurs dans le monde participent à l'enquête, plusieurs des victimes étant des immigrants.

La police n'a pas révélé comment Bruce McArthur aurait tué ses victimes. "Nous disposons d'éléments pour certaines d'entre elles", a dit l'enquêteur Idsinga en refusant d'élaborer.

Selon des médias locaux, c'est en voyant un jeune homme pénétrer dans l'appartement du suspect que la police a décidé le 18 janvier de procéder immédiatement à l'arrestation de ce dernier. Le jeune homme était ligoté au lit dans la chambre du suspect mais n'a pas été blessé.

Bruce McArthur avait déjà été reconnu coupable d'agression en 2001 sur des homosexuels et avait depuis une interdiction de fréquenter le quartier gay de Toronto ou des prostitués.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG