Liens d'accessibilité

Un Syrien bienfaiteur des orphelins d'Alep soupçonné d'escroquerie


Rami Adham offre des jouets aux enfants syriens dans un camp de réfugiés près de la ville d'Alep déchirée par la guerre en février 2016. (Photo fournie par Rami Adham)

Un Finno-Syrien surnommé "le passeur de jouets" en raison de ses bonnes oeuvres en faveur des orphelins d'Alep est soupçonné de détournement de fonds, a-t-on appris vendredi auprès de la police finlandaise.

Installé en Finlande depuis 1988, Rami Adham, 42 ans, revient fréquemment dans sa ville natale pour apporter ours en peluches, poupées, médicaments et argent aux enfants de la cité assiégée, dont les quartiers Est sont soumis à un déluge de feu des aviations russe et syrienne.

Mais la police finlandaise a indiqué avoir reçu des informations de personnes accusant ce père de six enfants d'avoir détourné des dons à son profit. Selon le quotidien Helsingin Sanomat, l'orphelinat syrien Alkefah ferait partie des accusateurs.

"Une procédure préliminaire est en cours et nous déterminerons dès que possible s'il y a matière ou non à enquêter sur un délit", a indiqué à l'AFP l'inspecteur-chef Tero Haapala, du Bureau central de la police criminelle.

Les enquêteurs s'intéressent également aux écrits de Rami Adham sur les réseaux sociaux pour savoir s'il a pu y proférer des "propos haineux" ou tombant sous le coup de "l'incitation à la haine contre un groupe ethnique" après que, d'après des médias locaux, il eut visé les chiites.

Helsingin Sanomat affirme par ailleurs qu'il aurait inventé de toutes pièces, photo truquée à l'appui, une blessure subie d'après lui lors d'un bombardement afin d'attirer l'attention médiatique et encourager les dons.

Rami Adham récuse ces allégations. L'AFP a cherché en vain à le joindre.

D'autres médias ont révélé qu'il avait été condamné à plusieurs reprises par le passé pour violence et dans des affaires de dopage.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG