Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un opposant au président égyptien Sissi en garde à vue


L'opposant arrêté Abdel Moneim Aboul Fotouh lors d'une conférence de presse au Caire, le 4 février 2015.

Le procureur de la sécurité d'Etat en Egypte a ordonné la détention pour 15 jours d'un dirigeant de l'opposition Abdel Moneim Aboul Foutouh, au lendemain de son arrestation par la police, selon des sources judiciaires et de sécurité.

Célèbre critique du gouvernement et ancien candidat à la présidentielle, M. Aboul Foutouh a été arrêté mercredi mais aucune raison n'a été avancée par les autorités.

Un membre du bureau politique de "L'Egypte Forte", la formation dirigée par M. Aboul Foutouh, a indiqué jeudi à l'AFP que ce dernier était accusé de "diriger une organisation terroriste" et de "diffuser de fausses informations".

M. Aboul Foutouh a été transféré jeudi à l'hôpital de la prison, a indiqué Abderrahman Hariri, sans fournir d'autres détails.

Candidat à la présidentielle de 2012, M. Aboul Foutouh avait été arrêté avec cinq de ses adjoints, selon des sources de sécurité.

Cette arrestation est intervenue à la suite d'un appel qu'il a lancé ainsi que d'autres figures politiques d'opposition à boycotter la présidentielle de mars, accusant le régime "d'empêcher toute compétition loyale".

En réaction, "L'Egypte Forte" a annoncé jeudi dans un communiqué la "cessation temporaire" de ses activités, dénonçant une "atmosphère d'oppression, de tyrannie et de répression des opposants pacifiques par le régime au pouvoir".

>> Lire aussi : Un conseiller d'un ex-prétendant à la présidentielle arrêté en Egypte

M. Aboul Foutouh est un opposant au président Abdel Fattah al-Sissi, qui dirige l'Egypte d'une main de fer depuis 2014 et reste le seul candidat sérieux à sa propre succession.

Le parquet militaire a par ailleurs ordonné la détention de l'ancien chef de l'Autorité de contrôle des comptes publics Hicham Geneina, selon les médias d'Etat. Conseiller d'un ex-prétendant à l'élection présidentielle exclu par les autorités, M. Geneina avait été arrêté mardi.

Hicham Geneina était le conseiller pour les droits de l'Homme du général Sami Anan, ancien chef d'état-major de l'armée égyptienne, lui-même arrêté et exclu en janvier de la course à la présidence après avoir été accusé par les autorités de ne pas "avoir respecté les procédures" et de semer la "division".

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG