Liens d'accessibilité

Un opposant nigérien condamné à trois mois de prison avec sursis


Un tribunal a condamné le président de la coalition des partis de l'opposition, Front pour la restauration de la démocratie et la Défense de la république. Amadou Djibo Ali dit Max est accusé d'organiser un complot visant à renverser le régime du président Mahamadou Issoufou.

Les avocats d’Amadou Djibo Ali ont aussitôt décidé d'interjeter appel de la décision du tribunal de première instance de Niamey.

"Nous ne sommes pas d'accord qu'un Nigérien puisse être poursuivi pour une infraction politique au registre d'atteinte à la sûreté de l'état," a déclaré Me Souley Oumarou, un de ses avocats.

Amadou Djibo Ali dit Max, président du Front pour la restauration de la démocratie et la Défense de la république, la coalition des partis de l'opposition, Niamey, Niger. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa )
Amadou Djibo Ali dit Max, président du Front pour la restauration de la démocratie et la Défense de la république, la coalition des partis de l'opposition, Niamey, Niger. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa )

Me Oumarou espère beaucoup que la décision ne soit pas retenue au niveau de la cour d'appel où la décision est collégiale. "Ici, nous avons été jugé par un juge unique," a-t-il fait remarquer.

Le président du Front pour la restauration de la démocratie et la Défense de la république va donc regagner son domicile ce lundi après 23 jours passés entre la police judiciaire et la prison civile de Niamey.

Il a en effet été arrêté le 15 Mai dernier à son domicile et poursuivi pour un délit présumé de proposition de complot visant à renverser le régime lors d'un meeting du parti de monsieur Hama Amadou, le chef de file de l'opposition en exil en France.

Reportage d’Abdoul-Razak Idrissa à Niamey pour VOA Afrique

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG