Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un membre présumé de l'EI tué dans une frappe américaine en Libye


Des migrants africains dans la ville de Bani Walid, à la lisière du désert, à 170 km au sud-est de la capitale libyenne, Tripoli, le 12 décembre 2017.

Un ancien dirigeant présumé du groupe Etat islamique (EI) en Libye, a été tué mardi dans une frappe aérienne américaine à environ 170 kilomètres de Tripoli, selon des sources locales et le commandement militaire américain pour l'Afrique (Africom).

L'Africom a indiqué dans un communiqué avoir mené "une frappe aérienne de précision près de Bani Walid (...) tuant un terroriste de l'EI en Libye".

Cette opération menée "en coordination avec le gouvernement libyen d'union nationale (GNA)", basé à Tripoli, était destinée à "affaiblir, perturber et détruire des organisations terroristes et à stabiliser la région", a ajouté l'Africom.

Selon une source au sein des services de sécurité libyens à Bani Walid un "avion inconnu" a visé un pick-up à 13h locale (11h TU) dans la région d'Al-Dhahra, à 4 km du centre de Bani Walid, tuant son chauffeur identifié comme Walid Hariba.

La source a précisé à l'AFP que M. Hariba était un ancien dirigeant de l'EI à Syrte (600 km à l'est de Tripoli), avant de fuir quand le groupe ultra-radical a perdu le contrôle de cette ville en décembre 2016.

Un responsable de l'hôpital de Bani Walid a indiqué avoir reçu les restes du corps de M. Hariba --remis plus tard à sa famille--, tout en confirmant son identité.

L'EI a profité du chaos qui règne en Libye depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi pour s'implanter à Syrte en juin 2015. Le GNA a assuré avoir repris le contrôle de la cité en décembre 2016, mais l'EI reste actif en Libye et les Etats-Unis frappent régulièrement ses bases.

L'armée américaine a ainsi mené une frappe le 6 juin contre l'EI également près de Bani Walid, tuant quatre jihadistes, selon l'Africom.

Elle a également annoncé avoir mené une opération contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), tuant un de ses membres présumés le 14 juin, à 80 km au sud-est de Bani Walid, ville située aux portes du désert.

Le 24 mars, un haut responsable d'Aqmi, Moussa Abou Daoud, avait été tué dans un raid aérien près d'Oubari, dans le sud du pays.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG