Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Un humanitaire et cinq personnes portées disparues dans le nord-est du Nigeria

Une camionnette de patrouille de police brûlée reste abandonnée sur le bord d'une route déserte à Damaturu, dans l'État de Yobe, le 7 novembre 2011.

Six personnes, dont un humanitaire, sont portées disparues depuis l'attaque de leur convoi jeudi dans le nord-est du Nigeria, en proie à l'insurrection de groupes djihadistes, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

"Un convoi de véhicules a été attaqué (jeudi) sur la route" entre la capitale du Borno, Maiduguri, et la ville de Damasak, a indiqué l'ONG Action contre la faim (ACF) dans un communiqué.

"Un des chauffeurs a été tué, tandis qu'un employé d'Action contre la faim, deux autres chauffeurs, et trois travailleurs du secteur de la santé sont portés disparus", poursuit l'ONG.

ACF est "profondément attristée par ce tragique incident".

Deux sources humanitaires de la région ont confirmé sous couvert de l'anonymat cette attaque qui s'est produite au niveau du village de Kennari, faisant état de quatre personnes enlevées parmi les passagers.

"Quatre personnes, trois hommes et une femme, ont été enlevées hier (jeudi) vers 16H30 (15H30 GMT) par des hommes armés que nous suspectons fortement d'être des insurgés", a dit l'une de ces sources.

Selon la deuxième source humanitaire, le convoi de trois véhicules rentrait d'un village voisin où ACF dirige une clinique, lorsque des hommes armés ont ouvert le feu. L'un des véhicules a alors fait une sortie de route et s'est écrasé contre un arbre, causant la mort de son chauffeur.

Les quatre passagers, "coincés dans le véhicule, ont alors été +pris+ par les assaillants", a ajouté la deuxième source. "Les occupants des autres véhicules ont abandonné leurs véhicules et fui à pied vers Damasak", située à quelques km de là.

Le conflit a fait plus de 27.000 morts et 2 millions de déplacés depuis dix ans dans le nord-est du Nigeria, où interviennent de nombreuses ONG qui tentent d'enrayer une grave crise humanitaire.

L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), affilié au groupe Etat islamique (EI), est particulièrement actif dans cette région reculée proche du lac Tchad et frontalière avec le Niger, où il mène depuis un an des attaques répétées contre les forces de sécurité nigérianes.

Les humanitaires sont régulièrement pris pour cible par les djihadistes, qui pratiquent les enlèvements contre rançon pour financer leurs opérations ou pour échanger avec le gouvernement nigérian leurs captifs contre des membres de leur groupe faits prisonniers, menaçant de tuer leurs victimes si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

L'an dernier, l'Iswap avait tué deux employées du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Une troisième femme, travaillant pour l'Unicef, est toujours retenue en otage par le groupe.

Elles avaient été enlevées lors d'une attaque de la ville de Rann ayant fait trois morts parmi les employés locaux de l'Unicef et huit parmi les soldats nigérians présents sur place.

Toutes les actualités

Un réseau de 80 arnaqueurs sévissant sur des sites de rencontre démantelé

Un réseau de 80 arnaqueurs sévissant sur des sites de rencontre démantelé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Investiture du nouveau gouvernement Buhari

Investiture du nouveau gouvernement Buhari
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Buhari présente officiellement un nouveau gouvernement qui ressemble au précédent

Le président nigérian Muhammadu Buhari salue à descente d’avion, de retour des vacances du Royaume-Uni, à Abuja, Nigeria, 18 août 2018. (Twitter/Bashir Ahmad)

Le président nigérian Muhammadu Buhari, réélu en février, a officiellement présenté mercredi son nouveau gouvernement, qui voit ses principaux ministres conserver leurs portefeuilles.

Fort de 43 membres, le gouvernement a été présenté lors d'une cérémonie à la résidence présidentielle d'Abuja, presque trois mois après la prestation de serment du chef de l'Etat pour un nouveau mandat de quatre ans.

Les portefeuilles des Affaires étrangères (Geoffrey Onyeama), des Finances (Zanaib Ahmed), des Transports (Rotimi Amaechi) et du Logement (Babatunde Fasholane) ne changent pas de titulaires

Muhammadu Buhari, 76 ans, a décidé de continuer à s'attribuer le ministère stratégique du Pétrole, avec comme vice-ministre Timipre Silva, ancien gouverneur de l'Etat riche en pétrole de Bayelsa (Sud).

Le président Buhari a été vivement critiqué ces dernières semaines par les commentateurs politiques, qui ont regretté que 14 des ministres choisis appartenaient déjà au précédent gouvernement (2015-2019), ne laissant ainsi présager aucune réforme de fond ou changement de cap

Et les autres sont dans leur quasi-totalité des anciens de la scène politique nigériane, issus du parti présidentiel, le Congrès de tous les progressistes (APC).

Le clientélisme est une des composantes essentielles de la politique nigériane depuis la fin de la colonisation britannique, souvent aux dépens du développement du pays et de la lutte anti-corruption.

Il n'y a que sept femmes dans le gouvernement, dans un pays qui détient déjà le record de la plus faible représentation des femmes au Parlement pour toute l'Afrique subsaharienne, selon un rapport de l'ONG américaine International Republican Institute (IRI) de 2019.

Réseaux sociaux et médias ont aussi dénoncé la moyenne d'âge des ministres, 60 ans, dans un pays jeune où l'âge médian est de 18 ans.

Le Nigeria, un pays de 190 millions d'habitants gangrené par la corruption et à l'économie fragile malgré une production de deux millions de barils de pétrole par jour, est l'objet de nombreux défis sécuritaires, dont l'insurrection meurtrière des islamistes de Boko Haram.

"Notre pays continue d'être confronté à d'âpres difficultés mais nous sommes prêts à y faire face", a assuré Muhammadu Buhari lors d'un discours retransmis à la télévision.

Le ministre des Finances Zanaib Ahmed a précisé à l'AFP qu'accroître les revenus de l'Etat sera l'une des priorités du gouvernement.

"Le gouvernement tout entier se vouera à améliorer nos revenus", a-t-il expliqué.

Le retour-surprise vendredi de Sheikh Ibrahim El Zakzaki, chef du mouvement shiite du pays

Le retour-surprise vendredi de Sheikh Ibrahim El Zakzaki, chef du mouvement shiite du pays
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

La science-fiction fait son entrée à Nollywood

La science-fiction fait son entrée à Nollywood
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG