Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un hebdomadaire tchadien suspendu 3 mois pour "fausses informations"


Pas de journaux dans la rue à N'Djamena, au Tchad, le 19 février 2018. (VOA/André Kodmadjingar)

L'hebdomadaire tchadien Al-Chahed a été samedi suspendu trois mois pour plagiat et "diffusion de fausses informations", des accusations dont il se défend, ont déclaré dimanche l'organe de régulation des médias et la publication concernée.

La Haute autorité des médias et de l'audiovisuel (Hama) a sanctionné l'hebdomadaire pour des articles publiés sur son site récemment, dans lesquels le Qatar et le Soudan sont notamment accusés d'être liés à des groupes armés tchadiens rebelles, a rapporté la radio d'Etat.

La suspension a été motivée par le fait qu'"il ressort de l’analyse de ces articles qu’ils ne contiennent aucun fait ou élément matériel permettant de publier des propos accusateurs à l’encontre de pays qui entretiennent des relations de coopération et d’amitié avec le Tchad", a précisé à la radio le président de l'Hama, Dieudonné Djonabaye.

Contacté par l'AFP, le journal publié en arabe et en français s'est défendu.

"Nous sommes victimes de fausses accusations portées à notre égard parce que les articles incriminés sont issus de sources fiables et nous avons des preuves qui peuvent attester la véracité de nos écrits que nous pouvons mettre à la disposition de l’Hama", a déclaré le rédacteur en chef de la section française d'Al-Chahed, Jules Daniel Yohounkilam.

Le Tchad était en 2018 classé 123e sur 180 dans le classement de la liberté de la presse de l'ONG Reporters sans frontières (RSF).

Avec AFP

XS
SM
MD
LG