Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Un fugitif soupçonné de terrorisme arrêté par des Syriens en Allemagne

Les enfants migrants jouent dans un camp de réfugiés en Allemagne, le 15 octobre 2015.

La police allemande a mis la main lundi sur le Syrien soupçonné de préparer un attentat islamiste grâce à l'aide de deux de ses compatriotes, au terme d'une chasse à l'homme qui relance les appels à un contrôle accru des demandeurs d'asile dans le pays.

"Nous avons réussi, l'homme soupçonné de terrorisme (Jaber) Albakr a été arrêté au cours de la nuit à Leipzig", en Saxe (est), a annoncé la police, en précisant qu'il avait été dénoncé par des Syriens l'ayant accueilli.

"La police a reçu un renseignement indiquant que des compatriotes du suspect le retenaient dans un appartement", a-t-elle ajouté.

Selon plusieurs médias, l'homme en cavale était aux abois et s'était résolu à aborder "à reculons" et "la mine décomposée" un autre Syrien en gare de Leipzig pour lui demander un hébergement.

Ce n'est que dimanche soir, lorsque l'avis de recherche des autorités a été publié en arabe sur internet, que le Syrien a compris que l'homme qu'il abritait était recherché par toutes les polices du pays, selon Bild. Avec l'aide d'un co-locataire, de même nationalité que lui, il l'a alors ligoté avec une corde et l'un d'eux s'est rendu dans un commissariat pour le dénoncer.

Quand les forces de l'ordre sont arrivées, l'un des locataires était en train de maintenir au sol à genou le fugitif, qui commençait à défaire ses liens, ajoute le journal.

La chancelière Angela Merkel, par la voix d'une porte-parole, a exprimé lundi sa "gratitude à l'égard du Syrien qui a informé la police sur la présence du suspect et apporté ainsi une contribution décisive à son arrestation".

Jaber Albakr devait se faire notifier dans la journée son inculpation et être écroué. Selon le parquet anti-terroriste allemand, "tout indique que le suspect avait l'intention de commettre un attentat islamiste". Selon plusieurs médias allemands, un aéroport ou une "plateforme de transport" étaient visés.

L'homme était en lien avec l'organisation Etat islamique (EI) qui l'avait formé à la fabrication et à l'utilisation d'explosif, selon certains médias.

Appels à mieux surveiller les réfugiés

L'interpellation marque l'épilogue d'une course-poursuite qui a tenu le pays en haleine pendant deux jours.

Tout a commencé vendredi lorsque le renseignement intérieur, qui surveillait Jaber Albakr, a conseillé à la police de Chemnitz, située à 260 km au sud de Berlin, de l'arrêter en raison d'un risque imminent de passage à l'acte.

Les forces de l'ordre sont intervenues samedi matin mais l'ont manqué de peu, l'homme parvenant à leur échapper. Elles ont en revanche découvert dans l'appartement qu'il occupait une importante quantité d'explosifs.

Selon plusieurs médias, il s'agit de 500 grammes de TATP, la substance prisée des jihadistes de l'EI, qui peut être fabriquée avec des produits disponibles dans le commerce.

Le suspect est un demandeur d'asile arrivé en février 2015, soit plusieurs mois avant la grande vague de migrants de l'automne.

Son projet présumé d'attentat a relancé le débat autour d'un contrôle renforcé des réfugiés, dont un nombre record - 890.000 - est arrivé l'an dernier en Allemagne dans le cadre de la politique d'ouverture en 2015 d'Angela Merkel.

L'un des responsables du parti conservateur de la chancelière, Michael Kretschmer, a appelé lundi à ce que "les services secrets aient accès aux données" des demandeurs d'asile.

"Les services de renseignements extérieurs et intérieurs doivent être davantage impliqués dans les interrogatoires et les vérifications des migrants", lui a fait écho un responsable de la branche bavaroise de la CDU (CSU), Stephan Mayer.

Toutefois, un dirigeant du syndicat de policier BDK, Sebastian Fiedler, a souligné que l'arrestation du suspect par d'autres Syriens devait précisément conduire à éviter les amalgames contre les migrants. "C'est un signal très positif qui montre que tous ne doivent pas être soupçonnés", a-t-il dit.

L'Allemagne a connu en juillet deux attentats commis par des réfugiés et revendiqués par l'EI. Et plusieurs autres ont été déjoués ces derniers mois.

Avec AFP

Toutes les actualités

La Camerounaise Djaïli Amadou Amal récompensée par le Goncourt des Lycéens

L'écrivaine camerounaise Djaili Amadou Amal à Paris, le 17 novembre 2020.

L'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a remporté le 33e Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes", roman poignant sur la condition des femmes au Sahel.

"L'écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C'est un livre subtil qui permet d'observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant", a déclaré par visio-conférence la présidente du jury lycéen Clémence Nominé.

"Les Impatientes", publiée par la maison d'édition Emmanuelle Colas, est la reprise d'un roman publié dans son pays en 2017 sous un autre titre, "Munyal", mot peul qui signifie patience. S'inspirant de sa propre expérience de femme mariée de force à 17 ans à un polygame, Djaïli Amadou Amal met en scène plusieurs de ces femmes contraintes comme elle d'accepter les codes d'une société patriarcale oppressante.

Emue, Djaïli Amadou Amal s'est dite "très sensible" au choix des lycéens. Pour elle, l'intérêt porté par les jeunes au sujet des violences faite aux femmes "signifie un espoir pour l'avenir".

Pour la phase finale, un jury national composé de 12 lycéens a débattu mercredi matin à huis clos et en distanciel. Créé il y a plus de 30 ans, Le Goncourt des Lycéens est un des prix qui entraîne les meilleures ventes de livres.

Saisie record de 2,5 tonnes de cocaïne près de Rio

La superficie de terres sur lesquelles les trafiquants de drogue récoltent la coca pour faire de la cocaïne augmente régulièrement depuis 2013. Sur cette photo, des soldats déracinent des arbustes à San Jose del Guaviare en Colombie, le 22 mars 2019. (AP/Fernando Vergara)

Près de 2,5 tonnes de cocaïne ont été saisies par la police mercredi dans la banlieue nord de Rio de Janeiro, un record pour cet Etat du Brésil et une des plus grandes prises de l'histoire du pays.

Deux suspects ont été arrêtés lors de l'opération policière menée à Duque de Caxias, ville de la Baixada Fluminense, banlieue pauvre et minée par la violence située au nord de Rio.

"Une organisation criminelle utilisait un hangar pour stocker les stupéfiants", a expliqué la police fédérale dans un communiqué illustré par des photos de centaines de pains de cocaïne.

Le Brésil est devenu ces dernières années une plaque tournante du trafic de cocaïne, avec de grandes cargaisons envoyées par bateau en Europe.

De nombreuses saisies ont eu lieu dans des ports, notamment en 2018, quand deux tonnes de drogue avaient été retrouvées dans des conteneurs au Port de Santos, le plus grand d'Amérique Latine.

La semaine dernière, une opération internationale de grande envergure a permis de saisir 52 tonnes de cocaïne et d'arrêter 45 suspects au Brésil, en Belgique, en Espagne et aux Emirats Arabes Unis.

Selon Europol, le réseau criminel avait des contacts avec des cartels de la drogue au Brésil et dans d'autres pays d'Amérique du Sud qui étaient chargés de la préparation et de l'expédition de la cocaïne, transportée en Europe via des conteneurs maritimes.

Un collectionneur privé paie 274.000 euros pour un tronçon d'escalier de la Tour Eiffel

Un collectionneur privé paie 274.000 euros pour un tronçon d'escalier de la Tour Eiffel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Quels sont les effets durables du coronavirus?

Quels sont les effets durables du coronavirus?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Coronavirus: le père Noël derrière un écran de verre

Coronavirus: le père Noël derrière un écran de verre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG