Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un Franco-Algérien considéré comme un cadre d'Al-Qaïda condamné à 14 ans de réclusion


Un officier de police français s'entretient avec le Premier ministre français Edouard Philippe lors de sa visite pour marquer la fin de l'état d'urgence de deux ans imposé en France, Paris, 1er novembre 2017

Il était présenté par les services occidentaux comme un cadre historique d'Al-Qaïda : Naamen Meziche, dit Abou Barae, a été condamné jeudi à 14 ans de réclusion aux assises de Paris pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle".

La justice reproche à cet homme de 47 ans, en détention depuis octobre 2013, de s'être rendu en Afghanistan pour combattre avec le groupe terroriste. Il aurait fait allégeance à l'organisation jihadiste, suivi des entraînements militaires et combattu avant d'intégrer une unité destinée à commettre des attentats en Europe.

L'avocate générale Maryvonne Caillibotte avait réclamé la peine maximale encourue, soit 20 ans de réclusion criminelle, pour "protéger la société", estimant ne pas avoir d'éléments pour affirmer que l'engagement jihadiste de l'accusé "n'était plus et ne serait plus jamais".

>> Lire aussi : Menacé de mort, le journaliste Mohamed Sifaoui revendique "le droit de choquer"

La magistrate a notamment pointé l'enseignement religieux, la formation aux armes et aux explosifs et l'apprentissage des techniques de communication sécurisées reçus par l'accusé, notamment au camp Badr d'Al-Qaïda lors de trois années passées, de mars 2009 à mai 2012, dans la zone pakistano-afghane auprès de l'organisation jihadiste.

"L'accusé qui est dans le box n'est pas le diable, ni Al-Qaïda", avait plaidé son avocat, Nurettin Meseci, selon lequel Meziche "n'a jamais véritablement appartenu à l'organisation terroriste, ni eu de velléité jihadiste". "Ce n'est pas un méchant", avait-il déclaré, en évoquant un acquittement sans formellement le réclamer.

>> Lire aussi : Un homme attaque au marteau un policier devant Notre-Dame de Paris

A l'audience, l'accusé avait expliqué s'être rendu en Afghanistan pour repérer un lieu pour faire la "hijra" avec sa famille (émigration vers une terre d'islam) et s'être retrouvé "coincé", contraint de rejoindre Al-Qaïda pour avoir une chance de retourner en Allemagne, où il résidait. "Mais je n'ai pas réalisé que cela durerait des mois et des mois", a-t-il dit.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG