Liens d'accessibilité

Un homme fonce en voiture sur des passants en France

  • VOA Afrique

Des policiers français sont placés l'extérieur du FMI, à Paris, le 16 mars 2017.

Un automobiliste a "délibérément" foncé vendredi sur des passants dans le Sud-Ouest de la France, blessant trois étudiants chinois dont un grièvement, selon la police et la justice qui ont écarté a priori tout acte terroriste.

"Nous avons été avisés à 15h45 (14h45 GMT) qu'un homme au volant de son véhicule avait foncé volontairement sur trois personnes", a déclaré sur place le procureur de la République local, Pierre-Yves Couilleau, précisant que le mis en cause avait "indiqué qu'il souhaitait renverser ces personnes".

L'individu, âgé de 28 ans, n'était pas fiché S (pour radicalisation) mais faisait l'objet d'une recherche pour des faits de droit commun.

Le procureur a insisté sur le "profil psychiatrique" de l'automobiliste, précisant que le jeune homme était suivi dans le cadre de deux sursis mise à l'épreuve avec obligation de soins mentaux.

Il était suivi pour de lourds antécédents psychiatriques et avait été hospitalisé d'office jusqu'en décembre 2016, a précisé la vice-procureure.

Interrogé sur d'éventuelles motivations terroristes, M. Couilleau a répondu qu'"il n'y avait rien de cet ordre-là".

Les Services de la police judiciaire, et non ceux de l'antiterrorisme, ont été chargés de l'enquête, ouverte pour "tentative d'assassinats", a précisé le ministère public.

L'automobiliste a renversé trois étudiants qui empruntaient un passage piéton devant un campus regroupant plusieurs instituts d'enseignement secondaire à Blagnac, une ville de la banlieue de Toulouse où se situe l'aéroport.

Préparé depuis un mois

L'individu mûrissait ce projet depuis environ "un mois", a indiqué ensuite le procureur sur la chaîne française d'information continue BFM-TV.

Une jeune femme de 23 ans a été plus grièvement blessée dans l'attaque. Son pronostic vital n'est cependant pas engagé. Un jeune homme et une autre jeune femme, respectivement âgés de 22 et 23 ans, ont été plus légèrement atteints, a précisé le procureur.

Arrêté très rapidement à proximité des lieux de son acte, où il semblait attendre, l'automobiliste a été placé en garde à vue.

Cet acte intervient peu après un appel pressant de la Chine, qui a exigé que la France "assure la sécurité" de ses ressortissants, qui ont été à plusieurs reprises visés en France par des vols ou agressions.

Le 2 novembre, quatre agresseurs ont fait irruption près d'un groupe de touristes chinois massés devant leur hôtel trois-étoiles près de Paris, qu'ils ont aspergé de gaz lacrymogène pour pouvoir faire main basse sur leurs sacs.

Vendredi soir, le ministre français de l'Intérieur Gérard Collomb a "salué" dans un tweet "la réactivité de la @PoliceNationale qui a interpellé le conducteur. C'est l'enquête qui déterminera la nature de son acte."

Cet attaque intervient alors que la France vit sous une constante menace terroriste depuis la vague d'attentats jihadistes sans précédent, parfois de masse, qui ont fait 241 morts depuis 2015.

La dernière attaque meurtrière date du 1er octobre lorsque sur le parvis de la gare Saint-Charles à Marseille (sud), un Tunisien de 29 ans avait tué au couteau deux cousines, avant d'être abattu par la police. L'organisation Etat islamique a revendiqué ces assassinats, mais les enquêteurs français n'ont pas trouvé d'élément reliant l'assaillant à l'organisation jihadiste.

Les précédentes attaques ont souvent ciblé les forces de l'ordre - policiers et militaires participant notamment à l'opération Sentinelle dans les rues de France.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG