Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Un ex-militaire arrêté en pleine préparation d'un attentat en Californie

Une photo de Mark Domingo, 26 ans, affichée à Los Angeles le 29 avril 2019, en Californie.

Les autorités californiennes ont annoncé lundi l'arrestation d'un ancien militaire américain qui tentait d'organiser un attentat près de Los Angeles, selon lui pour venger les attaques commises contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande en mars.

Mark Steven Domingo, 26 ans, a été appréhendé vendredi après avoir reçu ce qu'il croyait être une bombe mais qui était en réalité un engin factice livré par un policier sous couverture, a précisé Nick Hanna, procureur fédéral pour la Californie centrale.

Selon les enquêteurs de la police fédérale (FBI), cet ancien combattant ayant servi notamment en Afghanistan entre 2012 et 2013 prévoyait de faire exploser une bombe artisanale lors d'un rassemblement d'extrême droite le 28 avril à Long Beach, au sud de Los Angeles.

Ce rassemblement devait réunir des nationalistes prônant la suprématie de la race blanche, à l'appel d'un groupe baptisé "Front national patriote uni". Mais il n'a finalement pas eu lieu.

Sur internet et au cours de conversations avec un agent du FBI sous couverture, Mark Domingo a non seulement revendiqué son soutien aux jihadistes mais il a aussi affiché sa détermination à devenir un martyr de sa religion, a insisté M. Hanna.

Selon le FBI, M. "Domingo a acheté, les 23 et 24 avril 2019, plusieurs centaines de clous afin de s'en servir comme mitraille dans un engin explosif". Il a "remis ces clous à quelqu'un qu'il pensait être un complice mais qui était en réalité un agent des forces de l'ordre travaillant pour le FBI", a précisé le procureur.

- "Dévoré par la haine" -

"Cette enquête a réussi à empêcher une menace très sérieuse représentée par un soldat entraîné au combat qui a répété à maintes reprises qu'il souhaitait causer le plus grand nombre possible de victimes", a affirmé le procureur.

"C'était un homme dévoré par la haine", a-t-il résumé.

"Je suis très heureux d'annoncer que nous avons déjoué un potentiel attentat terroriste", a de son côté lancé Paul Delacourt, l'un des responsables du FBI à Los Angeles, soulignant qu'"à aucun moment le public n'avait été en danger".

D'après le dossier d'accusation, M. Domingo a mis en ligne le 2 mars une vidéo où il disait son appartenance à la religion musulmane.

Le lendemain, il en ajoutait une autre où il estimait que "l'Amérique a besoin d'un autre Las Vegas" --référence à la fusillade qui a fait 58 morts lors d'un concert en octobre 2017-- pour "lui faire goûter à la terreur qu'elle répand allègrement partout dans le monde."

Après les attaques meurtrières commises le 13 mars dans deux mosquées à Christchurch (Nouvelle-Zélande), il avait écrit: "Il doit y avoir des représailles". Ce message avait mis en alerte le FBI qui avait noué contact avec lui pour le surveiller.

C'est dans le cadre de ces contacts que Mark Domingo a envisagé "d'attaquer différentes cibles, dont des juifs, des officiers de police, des églises et un site militaire", selon les enquêteurs.

Au cours d'autres conversations avec une "source anonyme" du FBI, il aurait parlé d'un mitraillage à l'aide d'un fusil d'assaut de type AK-47 en sa possession --arme qu'il aurait ensuite apportée à un rendez-vous avec cette source-- "pour montrer que je suis sérieux" selon ses dires.

Le 3 avril, le suspect aurait explicitement apporté son soutien au groupe jihadiste Etat Islamique (EI). "Si l'EI venait ici, je prêterais allégeance à l'EI", a-t-il dit, selon le dossier d'accusation.

Mark Domingo est accusé d'avoir fourni et tenté de fournir une aide matérielle à des terroristes. Il encourt une peine maximale de 15 ans de réclusion s'il est reconnu coupable.

Le lendemain de son arrestation, un adolescent de 19 ans inconnu des services de police a ouvert le feu dans une synagogue de Poway, dans le sud de la Californie, tuant une personne et en blessant trois autres, avant que son arme ne s'enraye.

John Earnest, arrêté peu après la fusillade, aurait publié un pamphlet antisémite et raciste sur un forum en ligne pour revendiquer cette attaque ainsi qu'une tentative d'incendie commise contre une mosquée de la région quelques semaines plus tôt.

Avec AFP

Toutes les actualités

La pandémie du coronavirus frappe de manière disproportionnée les Amérindiens

La pandémie du coronavirus frappe de manière disproportionnée les Amérindiens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Les Etats-Unis vont annuler les visas des étudiants étrangers si les cours sont seulement en ligne

Les Etats-Unis vont annuler les visas des étudiants étrangers si les cours sont seulement en ligne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:22 0:00

Washington se retire officiellement de l'OMS, revers pour l'Éthiopien Tedros Ghebreyesus

Le president americain Donald Trump (à g.) et le directeur général de l'OMS Dr Tedros Ghebreyesus.

Le président Donald Trump a officiellement lancé la procédure de retrait des Etats-Unis de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), qu'il accuse d'avoir tardé à réagir face à la pandémie de coronavirus, ont indiqué mardi des responsables américains.

"Le Congrès a reçu la notification que le président a officiellement retiré les Etats-Unis de l'OMS au beau milieu d'une pandémie", a écrit sur Twitter Robert Menendez, membre démocrate de la Commission sénatoriale des Affaires étrangères.

La notification sera effective au terme d'un délai d'un an, soit le 6 juillet 2021, ont précisé plusieurs responsables du gouvernement américain, plus gros contributeur de l'organisation onusienne.

Elle a été envoyée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, "qui est le dépositaire pour l'OMS", ont-ils dit.

Les Nations unies ont également confirmé avoir reçu lundi la lettre de retrait américain.

Le porte-parole de M. Guterres a précisé que les Etats-Unis, membres fondateurs de l'OMS en 1948, devaient remplir deux conditions pour se retirer de l'organisation: respecter un délai d'un an et être à jour dans leurs contributions.

L'annonce a été fustigée par la Fédération des scientifiques américains. Elle intervient "au moment où on a le plus besoin de coopération internationale" et ce retrait "ne fera que nuire à la lutte mondiale contre le Covid-19", a-t-elle réagi.

Le président américain avait annoncé fin mai "mettre fin à la relation" entre son pays et l'OMS, qu'il accuse depuis le début de la pandémie de se montrer trop indulgente avec la Chine, où le coronavirus est apparu en décembre avant de se répandre sur la planète.

Le retrait américain constitue un véritable revers pour l'Éthiopien Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS. Les Etats-Unis apportent 15% du budget de l'agence onusienne et en sont de loin le premier bailleur de fonds. Désormais, ils vont "rediriger ces fonds vers d'autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent", avait-il déclaré à la presse.

La semaine dernière, un haut responsable américain de la santé avait toutefois assuré que les Etats-Unis continuaient de travailler au jour le jour avec l'OMS.

"Je n'ai pas été rappelé, je n'ai reçu aucune instruction pour que je me retire", avait déclaré Brett Giroir, secrétaire adjoint à la Santé, et membre du conseil exécutif de l'OMS.

Reconfinement des villes à cause de la hausse des cas d'infection au coronavirus

Un policier dirige la circulation à un barrage routier dans la banlieue de Melbourne, en Australie, le jeudi 2 juillet 2020. (Daniel Pockett / AAP Image via AP)

Dans certains pays, les autorités ont décidé de reconfiner des villes pour éviter l'expansion des nouvelles infections. Le président brésilien a été testé positif tandis que son homologue américain est prêt à financer un vaccin contre la maladie COVID-19.

En Algérie, les autorités ont ordonné le reconfinement pour quinze jours, et ce, à compter de mercredi, de 18 communes de la wilaya de Sétif, la deuxième préfecture la plus peuplée du pays, en raison d'une hausse des contaminations au nouveau coronavirus.

Même disposition à Melbourne, deuxième ville d'Australie, où plus de cinq millions de personnes devront retourner en confinement pour au moins six semaines à partir de minuit, après une flambée des cas de nouveau coronavirus.

Les Etats-Unis restent le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas. Le virus a encore fait près de 55.000 nouvelles contaminations en une journée hier.

Le gouvernement américain a annoncé ce mardi avoir accordé 1,6 milliard de dollars à la biotech américaine Novavax pour son projet de vaccin contre la maladie COVID-19, garantissant aux Etats-Unis la priorité des 100 millions de premières doses en cas d'efficacité prouvée.

L'Iran a annoncé un nouveau record de morts avec 200 décès en une journée. Le pays fait face depuis plusieurs semaines à une hausse des nouveaux cas confirmés et des décès.

"L'augmentation du nombre de morts est très douloureuse pour nous tous", a regretté Sima Sadat Lari, porte-parole du ministère de la santé. C'est "le résultat de notre comportement et des nos actions à tous."

L'Iran, qui a déclaré ses premiers cas de contamination par le virus en février, est le pays le plus durement touché par la pandémie au Moyen-Orient.

Le président brésilien Jair Bolsonaro, qui s'est toujours dit sceptique, a annoncé ce mardi avoir été testé positif au nouveau coronavirus. Depuis le début de pandémie, il n'a jamais cessé de la minimiser, alors qu’elle a déjà fait plus de 65.000 morts dans son pays.

Pékin a annoncé mardi zéro nouveau malade du Covid-19 sur les 24 dernières heures dans la capitale chinoise, une première depuis un rebond le mois dernier.

Ce mardi, 11 millions de lycéens chinois ont entamé les épreuves du bac avec un mois de retard, avec mise à l'écart des candidats pris d'une soudaine quinte de toux.

L'assassinat du général iranien Soleimani: illégal et arbitraire, selon l'ONU

L'assassinat du général iranien Soleimani: illégal et arbitraire, selon l'ONU
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:28 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG