Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Un deuxième policier de Baltimore acquitté un an après la mort de Freddie Gray

Caesar Goodson, l'un des six policiers jugés pour la de Freddie Gray, jeune noir américain mort, dans un véhicule de la police, à Baltimore, Maryland, 23 juin 2016

Un deuxième policier de Baltimore a été acquitté jeudi de l'homicide de Freddie Gray, ce jeune noir américain mort il y a plus d'un an après une interpellation musclée, dans un procès emblématique des brutalités policières aux Etats-Unis.

Caesar Goodson, l'un des six policiers jugés séparément dans la cité portuaire de la côte est américaine, a été reconnu "non coupable" des sept chefs d'accusation retenus contre lui.

L'agent Goodson était au volant de la camionnette dans laquelle le Noir de 25 ans avait été installé le 12 avril 2015 pour être emmené au poste. Le jeune homme a subi, dans des circonstances qui n'ont jamais été clairement établies, une fracture des vertèbres cervicales lors du transport, les membres entravés, avant de succomber à ses blessures le 19 avril.

Les procureurs avaient affirmé pendant le procès que le chauffeur, un policier noir, avait volontairement adopté une conduite brutale afin que Freddie Gray, arrêté quelques minutes plus tôt pour un simple regard, soit percuté contre les parois du fourgon.

Mais faute de preuves, le juge Barry Williams a décidé d'acquitter Caesar Goodson, qui était notamment inculpé pour homicide involontaire.

En rendant son verdict, le juge a affirmé qu'aucune preuve d'une allure excessive du véhicule ni d'"actions ou intentions" malveillantes n'a été apportée. L'accusation n'a pas non plus été capable de démontrer que l'officier Goodson avait une raison particulière de s'en prendre à Freddie Gray.

Le jeune homme n'était pas attaché par une ceinture de sécurité. Mais là aussi, le juge Williams a considéré que le policier ne porte pas une responsabilité directe.

Les blessures de Freddie Gray, a encore détaillé le magistrat, ne permettent pas d'identifier indubitablement où et quand il a été touché, renvoyant dos à dos les experts médicaux qui ont défilé à la barre.

"Une simple négligence est insuffisante pour établir la culpabilité de l'accusé", a-t-il résumé, ajoutant qu'"aucune preuve crédible n'a été présentée lors de ce procès".

'Il y aura une révolte'

Un an et deux mois après le décès, aucun des six policiers n'a été condamné.

Caesar Goodson, qui faisait face aux chefs d'inculpation les plus graves parmi les six agents, est le troisième policier à être jugé dans cette affaire. Le premier procès, en décembre, avait débouché sur un non-lieu surprise, les jurés n'étant pas parvenus à se mettre d'accord sur un verdict.

Un deuxième policier, Edward Nero, avait lui été reconnu non coupable le 23 mai dernier.

"Maintenant que l'affaire pénale est finie, le policier Goodson va faire l'objet d'une enquête administrative" de la police, a indiqué dans un communiqué la maire de Baltimore, Stephanie Rawlings-Blake, demandant aux habitants de la ville d'être "patients" et de rester "calmes".

L'affaire Freddie Gray avait déclenché de violentes émeutes dans Baltimore et pris une dimension nationale aux Etats-Unis, devenue pour beaucoup le symbole des violences policières envers la communauté noire.

"Il y aura une autre révolte", promet à l'AFP Lee Patterson, venu manifester devant le tribunal. "Parce que les gens ne vont pas rester les bras croisés et tolérer des policiers tueurs qui abattent comme bon leur semble des personnes noires, métisses, pauvres. Ils pensent que les vies des Noirs ne valent pas un sou".

Des déclarations qui réveillent le spectre des émeutes, pillages et actes de vandalisme qui avaient poussé l'an dernier les autorités à déclarer l'état d'urgence, instaurer un couvre-feu et appeler les militaires de la garde nationale en renfort.

Deux autres policiers doivent être jugés en août et un dernier en septembre.

Outre les quelques dizaines de personnes devant le tribunal de Baltimore jeudi, de nombreux internautes ont exprimé leur déception.

Le twittos @BenJealous s'est par exemple demandé s'il ne valait pas mieux "mettre le van en procès pour la mort de Freddie Gray".

Avec AFP

Toutes les actualités

Ruth Bader Ginsburg: derniers hommages solennels au Capitole

Le cercueil de la regrettée Ruth Bader Ginsburg, juge associée à la Cour suprême, arrive au Capitole américain à Washington, aux États-Unis, le 25 septembre 2020. (Photo: REUTERS/Joashua Roberts)

La dépouille de la juge progressiste de la Cour suprême Ruth Bader Ginsburg a reçu vendredi ses derniers hommages solennels au Capitole des Etats-Unis, en présence du candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden et de sa colistière, Kamala Harris.

Une semaine tout juste après le décès à 87 ans de cette icône féministe et progressiste, son cercueil, drapé d'un drapeau américain, a quitté le siège du Congrès, traversant une haie d'honneur formée, en vaste majorité, par des femmes.

L'ancien vice-président Joe Biden, son épouse Jill Biden, ainsi que la candidate démocrate à la vice-présidence, Kamala Harris, tous masqués, s'étaient plus tôt recueillis devant sa dépouille, après une courte cérémonie dans la salle des Statues.

"Sa disparition est une perte incalculable pour notre démocratie et tous ceux qui luttent pour construire un meilleur avenir à nos enfants", a écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Ruth Bader Ginsburg est la première femme à recevoir ce niveau d'hommage ("to lie in state") au Capitole et la "première personne de confession juive", avait-elle expliqué jeudi en soulignant toutes les barrières que la magistrate avait franchies au cours de sa vie.

Une femme rabbin a prononcé un discours et chanté des psaumes. Une soprano américaine accompagnée d'une pianiste figurait aussi au programme des hommages à cette grande amatrice d'opéra.

Avant elle, la dépouille de Rosa Parks, figure de la lutte pour les droits civiques, avait été exposée sous la rotonde en 2005.

Pompes au Capitole

Dans ce cadre solennel, une curieuse scène a surpris.

Devant le cercueil, un homme s'est soudainement mis au sol pour faire trois pompes. Il s'agissait de Bryant Johnson, l'entraîneur personnel de la juge dont la petite taille, 1,54 m, et frêle stature cachait une grande énergie.

Avec lui "je fais 10 pompes, puis je respire, puis j'en fais dix autres. Puis +la planche+, que je trouve plus difficile, durant 30 secondes, puis je me relâche, et 30 secondes supplémentaires", avait-elle raconté en 2016 à propos de ses deux rendez-vous par semaine.

L'entraîneur avait même publié un livre d'exercices de gym à l'effigie de la magistrate devenue icône pop en 2017.

Absence notable dans l'assemblée au Capitole: les chefs des républicains au Sénat, Mitch McConnell, et à la Chambre, Kevin McCarthy.

A la fin de la cérémonie, des élues républicaines et démocrates du Congrès, et une poignée d'hommes, se sont rassemblés, main sur le coeur, dans une haie d'honneur sur les marches du Capitole. Un rare signe d'union alors que son décès a précipité une bataille politique acharnée.

Sous les huées, Donald Trump était venu se recueillir jeudi devant la dépouille de "RBG" exposée à l'entrée de la Cour suprême.

Le milliardaire républicain a engagé au pas de course le processus pour la remplacer et ancrer durablement la Cour suprême dans le conservatisme, ce qui pourrait profondément modifier la société américaine: il doit annoncer samedi qui il souhaite nommer à ce poste influent.

Ruth Bader Ginsburg sera inhumée dans l'intimité la semaine prochaine au cimetière national d'Arlington, proche de Washington.

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique

L'ONU en format virtuel: craintes de piratage informatique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:55 0:00

Eco: l'économie touristique malgache en berne

Eco: l'économie touristique malgache en berne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid

L'Union Européenne appelle à durcir les mesures de contrôle anti-Covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Les candidats à la présidentielle américaine font la Une des médias

Les candidats à la présidentielle américaine font la Une des médias
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG