Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un député pro-Tshisekedi élu à la tête de l'Assemblée congolaise


Christophe Mboso Nkodia (à dr.) salue ses pairs à l'Assemblée nationale à Kinshasa, République démocratique du Congo, le 3 février 2021.

Un partisan du président Félix Tshisekedi, Christophe Mboso, a été élu mercredi à la tête de l'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo, trois semaines après la destitution de sa présidente pro-Kabila, Jeannine Mabunda.

Sur 466 votants, M. Mboso a été élu président de l'Assemblée avec 389 voix, a constaté l'AFP.

Candidat unique et doyen de l'Assemblée, M. Mboso, 79 ans, s'est rallié officiellement au président Tshisekedi en décembre après avoir quitté l'ex-président Joseph Kabila et son Front commun pour le Congo (FCC), comme une bonne partie de la classe politique.

"Un cirque grotesque"

Avant même le vote de mercredi, certains Congolais étaient déjà sceptiques. "Peut-on encore parler d’élections à ce stade, où s’agit-il plus de nominations?", s'est interrogée l'activiste Youyou Muntu Mosi, via Twitter.

"Ce qui se passe dans notre pays ressemble de plus en plus à un cirque grotesque. Les incompétents d’hier, sont redevenus les seuls candidats d’aujourd’hui au nom de l’Union Sacrée", a tweeté pour sa part Kibu Yassin, un autre internaute.

Proclamé vainqueur de la présidentielle de décembre 2018, M. Tshisekedi dirigeait jusqu'à novembre en coalition avec son prédécesseur Kabila. Il a ensuite mis fin à cette coalition et s'est lancé dans une conquête de tous les leviers du pouvoir face à M. Kabila, qui s'est replié dans son fief du Katanga (sud-est).

Avec l'élection d'un de ses partisans à la tête de la chambre basse, M. Tshisekedi a entièrement retourné l'ex-majorité parlementaire fidèle à Joseph Kabila, depuis qu'il a annoncé le 6 décembre la fin de la coalition au pouvoir avec son prédécesseur.

L'élection du nouveau président de l'Assemblée intervient quelques jours après la destitution du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, à l'issue d'un vote contre son gouvernement à l'Assemblée nationale, sous la présidence provisoire de M. Mboso.

Parallèlement, le président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba, dernier proche de M. Kabila à la tête d'une institution, fait face à une double offensive judiciaire et politique.

XS
SM
MD
LG