Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Un Casque bleu du Bangladesh tué au Soudan du Sud


Les Casques bleus arrivent à Juba, au Soudan du Sud, le 8 août 2017.

Un Casque bleu du Bangladesh a été tué mardi dans l'attaque d'un convoi humanitaire dans le sud du Soudan du Sud, alors même que le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar discutent de paix au Soudan voisin, a annoncé la Mission de l'ONU au Soudan du Sud (Minuss).

Cet officier de liaison "faisait partie d'un convoi mené par des Casques bleus népalais assurant la protection de travailleurs humanitaires entre Yei et Lasu", a indiqué la Minuss dans un communiqué. Le convoi a été pris pour cible par des inconnus armés.​

Le convoi a été pris pour cible par des inconnus armés. "Les Casques bleus népalais ont immédiatement riposté en ouvrant le feu et les assaillants se sont repliés dans la forêt", a ajouté la Minuss, selon laquelle le soldat bangladais est décédé de ses blessures "peu de temps après".

>> Lire aussi : Le président sud-soudanais et son rival expriment leur espoir de paix à Khartoum

Le convoi apportait "une aide humanitaire à des civils vulnérables dans la région d'Equatoria Central", a précisé la Mission de l'ONU au Soudan du Sud.

Plus de 50 Casques bleus ont été tués depuis le début de la mission de l'ONU dans ce pays en 2011, lorsque ce dernier a accédé à l'indépendance, selon le site internet de la Minuss. La guerre civile a débuté en décembre 2013.

Le chef de la Minuss, David Shearer, a présenté ses condoléances à la famille et aux collègues du militaire bangladais, regrettant qu'il soit mort "alors qu'il travaillait pour aider ceux qui sont dans le besoin et pour protéger les vies d'autres personnes".

>> Lire aussi : Nouvelle rencontre de deux ennemis sud-soudanais lundi à Khartoum

Deux ans après sa partition avec le Soudan, le Soudan du Sud s'est enfoncé dans une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts, près de quatre millions de déplacés et provoqué une crise humanitaire catastrophique.

Depuis, de nombreux cessez-le-feu ont été signés, sans jamais être respectés.

Le président Salva Kiir et le chef rebelle Riek Machar discutaient mardi à Khartoum pour donner une nouvelle chance à la paix, quelque jours après leur première rencontre en deux ans à Addis Abeba.

La guerre au Soudan du Sud a été particulièrement meurtrière pour les travailleurs humanitaires. Début juin, le Norwegian Refugee Council avait indiqué à l'AFP que 101 travailleurs humanitaires avaient été tués dans cette guerre.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG