Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Ukraine: trois défis très sérieux pour le président humoriste

Volodymyr Zelensky célèbreau siège de son parti sa victoire face au président sortant Petro Porochenko., le 21 avril 2019. REUTERS / Stringer .

Pendant 20 ans, il a tourné en dérision sur scène la politique ukrainienne. Désormais président, Volodymyr Zelensky va être confronté à des défis très sérieux avec des interlocuteurs redoutables, que ce soit Vladimir Poutine, le FMI ou une classe politique frondeuse.

- Un conflit dans l'impasse

C'était l'argument essentiel de son adversaire, le président sortant Petro Porochenko: "Un acteur sans expérience ne peut pas faire la guerre avec l'agresseur russe".

Volodymyr Zelensky hérite d'un conflit à l'origine de près de 13.000 morts en cinq ans, qui prive l'Ukraine de contrôle sur le bassin houiller et industriel du Donbass et sur une partie de sa frontière avec la Russie.

Kiev et les Occidentaux accusent Moscou de soutenir militairement les séparatistes pro-russes à la tête de ces régions, ce que démentent les autorités russes malgré les constatations de plusieurs médias dont l'AFP.

Les accords de Minsk de début 2015, signés sous l'égide de Paris, Berlin et Moscou, ont permis de réduire l'intensité des combats, sans mettre fin au conflit ni apporter de solution politique.

M. Zelensky a promis dimanche de "relancer" ce processus après avoir émis pendant sa campagne l'idée d'associer les Etats-Unis ou le Royaume-Uni au processus de paix.

S'il s'est dit prêt à négocier avec Vladimir Poutine, il reste ferme: ces territoires doivent revenir pleinement dans le giron ukrainien, sans statut particulier.

Pour le politologue Mykola Davidiouk, plutôt qu'une solution militaire, "il essaiera à tout prix soit de conclure des accords personnellement avec Poutine soit d'utiliser des méthodes politico-diplomatiques avec l'aide de l'Union européenne et des Etats-Unis".

Voulant tendre la main aux populations qui vivent dans ces territoires, Volodymyr Zelensky a promis en fin de campagne une "guerre de l'information" visant à les convaincre "que l'Ukraine a besoin d'elles, qu'elles ont besoin de l'Ukraine" et des "mesures humanitaires" en leur direction.

- Urgence financière

Au bord du gouffre financier, l'Ukraine a bénéficié en 2014 d'un plan d'aide occidental, mené par le Fonds monétaire international (FMI). Mais les crédits ont été débloqués au compte-gouttes en raison de la difficulté à adopter certaines mesures de rigueur ou anticorruption exigées en contrepartie.

Espéré d'ici deux mois, le versement de la prochaine tranche (1,3 milliard de dollars) reste incertain, laissant les comptes en situation précaire.

"Dans les trois prochaines années, l'Ukraine devra rembourser plus de 20 milliards de dollars de dette publique, et on ne sait pas vraiment comment", avertit Olexandre Parachtchi, analyste de la banque Concorde Capital, soulignant l'"importance critique" de continuer à travailler avec le FMI.

Reste à voir si le futur président compte faire avaler à la population qui l'a massivement élu qu'elle doit consentir à des mesures de rigueur alors que le pays est l'un des plus pauvres d'Europe et qu'il se remet à peine d'un effondrement économique en 2014-2015.

M. Zelensky a insisté vouloir améliorer les conditions de vie pour enrayer l'hémorragie de main d'oeuvre subie par l'Ukraine en direction de ses voisins de l'UE.

Il se montre en revanche ferme sur la corruption, exigence majeure des Occidentaux qui n'ont pas caché leur agacement ces dernières années face au manque de progrès contre ce fléau. Il s'est aussi adjoint les services d'un ancien ministre des Finances respectés des milieux financiers, Oleksandre Daniliouk.

Très vite, Volodymyr Zelensky risque de se trouver face à une situation financière délicate. A trois jours du second tour, la justice a annulé le sauvetage fin 2016 de la première banque ukrainienne, PrivatBank, où repose une part non négligeable des économies des Ukrainiens. Les bailleurs de fonds de Kiev ont fait savoir qu'ils suivaient de près ce dossier clé pour l'assainissement financier du pays.

- Une classe politique hostile

Pour le politologue Mykola Davydiouk, "le premier risque, et le plus important, ne proviendra pas de l'armée ni de la guerre, mais de la formation de son équipe".

S'il a dit vouloir moderniser le pouvoir en introduisant une procédure de destitution, déménageant de la présidence au profit d'un "open space" ou se déplacer en vols réguliers, Volodymyr Zelensky n'a pas de majorité au Parlement pour former un gouvernement.

Les élections législatives ne sont prévues que le 27 octobre, dans une éternité à l'échelle de la vie politique ukrainienne. Les avancer pour bénéficier de l'élan de la présidentielle est très compliqué légalement.

"Zelensky aura beaucoup de mal à s'assurer du soutien du Parlement", qui lui sera "très hostile", estime Anatoli Oktysiouk, du centre d'analyse Democracy House.

Autre difficulté, selon cet expert, "les relations avec les oligarques", très puissants en Ukraine, et en premier lieu avec Igor Kolomoïski, adversaire farouche de Petro Porochenko accusé d'avoir organisé la candidature de M. Zelensky.

Avec AFP

Toutes les actualités

Boris Johnson reconnaît avoir besoin de la "coopération" des Européens

Boris Johnson, favori pour succéder à Theresa May à la tête du parti conservateur et du Royaume Uni.

Boris Johnson, favori pour succéder à la Première ministre britannique Theresa May et fervent défenseur d'un Brexit dur, a reconnu lundi soir avoir besoin de "la coopération" de l'Union européenne pour amortir les chocs en cas de sortie sans accord.

Dans une interview à la BBC, Boris Johnson a assuré que s'il devenait Premier ministre d'ici fin juillet, son gouvernement n'imposerait en aucun cas "de contrôles ni de frontières dures en Irlande du Nord".

Et cela même si, le 31 octobre, jour de la date-butoir du Brexit, le Royaume-Uni quittait l'UE sans accord, comme a plusieurs fois mis en garde Boris Johnson.

"Bien sûr, cela ne dépend pas juste de nous", a reconnu l'ancien ministre des Affaires étrangères. "Cela dépend de l'autre côté aussi. Il y a bien sûr un élément très important: celui de la réciprocité et de la coopération".

Il a également évoqué "une période de transition", clause que prévoyait déjà l'accord conclu entre Theresa May et Bruxelles en novembre mais que Boris Johnson estime "mort", après que le Parlement britannique l'a rejeté trois fois.

"Mais on va avoir besoin d'une sorte d'accord, et c'est bien ce que je vise, pour obtenir une période de transition", a dit l'ancien maire de Londres. Et pour ce faire, il faut "préparer sérieusement et avec détermination" une sortie sans accord ou sur les termes de l'Organisation Mondiale du Commerce pour prouver "le sérieux" du Royaume-Uni aux Européens.

Il faudra surtout convaincre Bruxelles de rouvrir les négociations. En cas d'échec, Boris Johnson a promis que le Royaume-Uni quitterait l'UE le 31 octobre, même sans accord.

Boris Johnson a par ailleurs évité de répondre à la journaliste qui l'interviewait au sujet de la récente scène de ménage avec sa compagne Carrie Symonds.

"J'en ai fait une de mes règles (de conduite) depuis beaucoup, beaucoup d'années (...): je ne parle pas de choses qui impliquent ma famille, les gens que j'aime", a-t-il dit, jugeant "injuste" de "les traîner" dans ses affaires politiques.

Vendredi, la police londonienne s'était rendue au domicile du couple après avoir reçu un appel d'un voisin faisant état d'une bruyante dispute, de hurlements et de claquements de porte.

Avec AFP

Mondial-2019: La France au rendez-vous, les Anglaises battent les Camerounaises

L'attaquante française Viviane Asseyi (R) affronte la milieu de terrain française Grace Geyoro lors de la rencontre de football entre la France et le Brésil, le 23 juin 2019, au stade Oceane à Le Havre, au nord-ouest de la France.

Le rendez-vous avec les Américaines est pris: La France a décroché son billet au bout du suspense pour le quart de finale le plus attendu de cette Coupe du monde de football féminin, en battant le Brésil (2-1), dimanche au Havre.

Les Tricolores ont eu bien chaud face à des Brésiliennes solides techniquement et qui avaient clairement haussé leur niveau de jeu par rapport aux matches du premier tour. Mais elles ont su aller au bout d'elles-mêmes, pour inscrire le but décisif à l'entame de la seconde période de la prolongation.

Malgré un match haché par les fautes, les Bleues ont su démontrer qu'elles avaient les épaules pour assumer leur statut de favorites. Et espérer peut-être battre les tenantes du titre américains, vendredi.

Il ne reste plus aux coéquipières d'Alex Morgan qu'à valider leur qualification en battant des Espagnoles prêtes à en découdre lundi.

Dans l'autre affiche de ces huitièmes, la logique a été respectée avec une large victoire (3-0) des Anglaises, 3e mondiales, face au Cameroun, 46e. Malgré les coups de sang des Lionnes indomptables, qui ont à deux reprises refusé de reprendre le jeu pour contester les décisions de la VAR en leur défaveur, l'Angleterre file en quart pour la cinquième fois de son histoire.

Elle y retrouvera un adversaire coriace, avec les Norvégiennes venues à bout aux tirs aux buts de l'Australie samedi soir.

Le tableau des quarts de finale:

Jeudi 27/06

(21H00/19H00 GMT)

Norvège - Angleterre

Vendredi 28/06

(21H00/19H00 GMT)

France - Etats-Unis ou Espagne

Samedi 29/06

(18H30/16H30 GMT)

Allemagne - Suède ou Canada

Les 8e de finale restant à jouer:

Lundi 24 juin

(18H00/16h00 GMT) Espagne - Etats-Unis (21H00/19h00 GMT) Suède - Canada

Mardi 25 juin

(18H00/16h00 GMT) Italie - Chine

(21H00/19h00 GMT) Pays-Bas - Japon

Boris Johnson affrontera Jeremy Hunt

Boris Johnson affrontera Jeremy Hunt
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Ferland Mendy honoré de rejoindre le Real Madrid

Ferland Mendy honoré de rejoindre le Real Madrid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Les 'Américains accidentels' obtiennent gain de cause

Les 'Américains accidentels' obtiennent gain de cause
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:44 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG