Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Ukraine : menacé d'une cinglante défaite, Porochenko demande une seconde chance

Le président de l’Ukraine, Petro Porochenko.

Menacé d'une cinglante défaite à la présidentielle en Ukraine, le président sortant Petro Porochenko a demandé jeudi aux électeurs de lui "pardonner" ses erreurs et de lui confier un second mandat, pointant les risques pesant sur son pays.

Cinq ans après avoir été porté au pouvoir par la révolution pro-occidentale du Maïdan, le président de 53 ans est largement devancé dans les sondages par le comédien Volodymyr Zelensky, un novice en politique de 41 ans qui a fait campagne sur les réseaux sociaux.

A trois jours du scrutin et à la veille d'un débat très attendu avec son rival, il s'est livré lors d'une allocution télévisée à une autocritique pour son incapacité à mettre fin au conflit avec des séparatistes prorusses qui a fait près de 13.000 morts depuis 2014 dans l'est de l'Ukraine, et à mener à bien la lutte contre la corruption.

"Je vous demande sincèrement pardon", a-t-il assuré. "Je sais à quel point il vous est difficile de me pardonner mes erreurs et de me croire. Oui, c'est de ma faute. Pour achever ce qui a été commencé et ne pas perdre ce qui a été fait, je demande votre soutien le 21 avril".

Malgré ses efforts, la tâche s'annonce titanesque pour rattraper son rival, arrivé largement en tête du premier tour avec plus de 30% des voix.

Symbole pour ses partisans de bouffée d'air frais dans une classe politique incapable d'améliorer le niveau de vie et de mettre fin à la corruption qui ronge le pays, Volodymyr Zelensky est crédité de 73% des intentions de vote pour le second tour, contre 27% à son rival, selon un sondage publié jeudi par l'institut Rating.

Il semble donc bien parti pour l'emporter dimanche, dans un nouveau soubresaut de la vague mondiale de rejet des élites.

- Débat dans un stade -

Au-delà de sa promesse de maintenir le cap pro-occidental pris en 2014, la politique que mènerait M. Zelensky reste une grande inconnue même s'il a tenté entre les deux tours de renforcer sa crédibilité, s'entourant de conseillers plus expérimentés et se rendant à Paris pour rencontrer la semaine dernière le président Emmanuel Macron.

Face à l'humoriste, le président sortant ne cesse d'insister ces derniers jours sur son expérience de commandant en chef en temps de guerre et d'interlocuteur incontournable sur la scène diplomatique, à la tête d'un Etat à l'emplacement stratégique entre l'Union européenne et la Russie.

Il a une nouvelle fois jeudi brandi les menaces considérables qui pèsent sur son pays. Vladimir "Poutine compte sur le fait qu'il y aura un novice faible, non préparé et incompétent au poste de président ukrainien", a lancé M. Porochenko.

Il s'en est pris aussi à un jugement annulant un sauvetage bancaire majeur de son mandat, dans l'un de ces revirements dont l'Ukraine a le secret mêlant justice, finance, politique et un sulfureux oligarque.

La décision prononcée par un tribunal administratif de Kiev annule la nationalisation en catastrophe de PrivatBank fin 2016. Cette opération aux enjeux majeurs pour les économies des Ukrainiens est explosive politiquement en raison de l'identité du principal actionnaire de l'établissement au moment du sauvetage: Igor Kolomoïski, ennemi de Petro Porochenko accusé d'oeuvrer à l'élection de Volodymyr Zelensky.

"Une telle aventure menace des dizaines de millions de clients d'une perte de leur argent, et le pays entier d'une faillite et d'une nouvelle crise économique", a insisté M. Porochenko, convoquant une réunion du Conseil national de sécurité et de défense.

L'ambassade américaine en Ukraine, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) et la Banque mondiale ont réitéré jeudi leur soutien à la nationalisation de PrivatBank, promettant de "suivre de près" la situation.

Vendredi les deux candidats doivent débattre à 16H00 GMT devant les 70.000 spectateurs du plus grand stade du pays.

Dès le soir du premier tour, le président a défié son rival de participer à un face à face, comptant mettre en exergue le flou de son programme. Mais Volodymyr Zelensky a transformé cet appel en feuilleton rocambolesque en posant ses conditions, exigeant qu'il ait lieu dans le plus grand stade du pays ou encore que des tests de dépistage de drogue et d'alcoolémie soient conduits.

"Après ce qui a été fait ces cinq dernières années, je pense que je peux me contenter de ne rien dire du tout, et je dois gagner pour donner une chance au pays", a tranché le candidat dans un entretien publié jeudi par le site RBC-Ukraine.

Avec AFP

Toutes les actualités

Indignation à Brazzaville suite à la mise aux enchères d'un avion présidentiel en France

Le président Denis Sassou N'Guesso arrivé à Oyo par son jet, aéroport d'Ollombo, le 24 juin 2020. (VOA/Arsène Séverin)

A Brazzaville, de nombreux citoyens demandent un audit de la dette du Congo vis-à-vis de l’homme d’affaires franco-libanais Moshen Hojeij qui réclame une créance de plus d’un milliard d’euros.

Depuis la saisie et l'autorisation de la vente aux enchères de l’avion du président Denis Sassou Nguesso en France, plusieurs réactions alimentent le discours populaire à Brazzaville.

Le litige date pourtant de la fin des années 1990. Mais il revient fréquemment à la surface quand l’homme d’affaires Moshen Hojeij pose un acte contre le Congo.

Vente aux enchères de l'avion présidentiel: ce que pensent les Brazzavillois
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:56 0:00

A Brazzaville, des voix s’élèvent pour soutenir le règlement définitif de cette affaire. Alain Akouala, ancien ministre de la communication du président Sassou N’Guesso, appelle à l’audit de cette dette, aujourd’hui fixée à plus d’un milliard d’euros, soit environ 655 milliards de francs CFA.

"Ce qui serait raisonnable, c’est de faire une espèce de péréquation : regarder ce que le Congo lui doit. Raisonnablement, on ne peut pas passer d’un million d’euros à un milliard d’euros, même si la justice internationale est intervenue", soutient-il.

"En tant que Congolais, je considère que c’est indigne ce qu’on fait à notre pays", déplore l'ancien ministre.


La saisie et la vente aux enchères de l’avion présidentiel décidées en juin dernier par un juge français n'est qu'une énième attaque.

Elle intervient au terme d’une procédure qui aurait démontré que l’avion saisi n’avait pas de statut diplomatique, puisque le chef de l’Etat congolais ne l’utilise essentiellement que pour ses déplacements à l’intérieur du pays.

Mais, pour le politologue Constant Blanc Ebara Pea, le Congo peut encore faire appel devant un autre juge français. "Il y a encore des voies de recours. Donc on peut espérer, car les avocats maîtrisent bien le dossier", explique-t-il.

Ces dernières années, la crise financière a révélé une dette insoutenable pour le Congo dont plus de 40% de créances sont détenues par la Chine. Les traders eux refusent de négocier.

L’économiste Assen Bozire estime que le Congo risque gros. "Si nous n’arrivons pas à rembourser, cela veut dire que plus personne ne pourrait nous prêter de l’argent. Et ceux qui nous ont déjà fait des prêts vont tout faire pour recouvrer leur argent, même en nous trainant devant les tribunaux, ce qui est humiliant", indique l’économiste.

Pour l’analyste Alphonse Ndongo, ce genre de saisies des biens de l’Etat a déjà eu lieu par le passé. Il cite la saisie des comptes de dépôt du port autonome de Pointe-Noire, et aussi celle des avions de la compagnie Ecair en France.

"Heureusement qu’il a été prouvé par des artifices financiers que cet argent ou ces biens n’appartenaient pas directement au trésor public congolais", souligne Alphonse Ndongo.

Par ailleurs, les opérateurs économiques nationaux s'activent pour obtenir le paiement de la dette intérieure. Cette dette n’a toujours pas été évaluée, selon le Fonds monétaire international. En début de cette année, des titres de paiement ont été remis aux opérateurs économiques, mais personne n’est encore passé au guichet.

Droits humains: Londres sanctionne 25 entités russes et 20 saoudiennes

Un espace de la sainte mosquée réservée aux femmes à la Mecque, Arabie saoudite, 8 septembre 2017. (VOA/Siriki Barro)

Le Royaume-Uni a annoncé lundi des sanctions contre 49 personnes et organisations, notamment russes et saoudiennes, dans le cadre d'un nouveau mécanisme mis en place par Londres pour punir les violations des droits humains.

Une liste noire a été publiée par le ministère des Affaires étrangères. Elle comprend notamment 25 Russes accusés d'être impliqués dans la mort en détention en 2009 de Sergueï Magnitski, juriste du fonds d'investissement Hermitage Capital. Parmi eux figure Alexandre Bastrykine, patron du puissant Comité d'enquête, organisme dépendant directement du Kremlin chargé des principales enquêtes.

La liste inclut aussi 20 Saoudiens soupçonnés d'avoir joué un rôle dans l'assassinat de l'éditorialiste Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul.

Y figurent aussi deux généraux birmans soupçonnés d'exactions envers la minorité musulmane des Rohingyas et deux organisations impliquées dans "du travail forcé, de la torture et des meurtres dans les camps de Corée du Nord".

Devant les députés, le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab a décrit ces sanctions comme "un outil permettant de viser les auteurs (de violations des droits humains, ndlr) sans punir plus largement la population d'un pays".

Elles "envoient un message clair du peuple britannique à ceux qui ont du sang sur leurs mains, aux hommes de main des despotes, aux sbires des dictateurs: ils ne peuvent pas venir dans ce pays acheter des propriétés sur King's Road, venir faire leurs achats de Noël à Knightsbridge ou siphonner leur argent sale via les banques britanniques", a-t-il averti en référence à des quartiers chic de Londres, prisés des riches visiteurs étrangers.

Ce mécanisme permet au Royaume-Uni, centre financier où transitent ou sont placés des actifs appartenant à de nombreuses grandes fortunes de la planète, d'adopter de manière autonome des sanctions spécifiques aux droits humains, indépendant de l'ONU ou de l'Union européenne. Cela constitue une première pour le Royaume-Uni depuis sa sortie de l'UE en janvier dernier.

"Cela va permettre au Royaume-Uni de travailler de manière indépendante avec des alliés comme les Etats-Unis, le Canada, l'Australie et l'Union européenne", a précisé la diplomatie britannique.

Vente aux enchères de l'avion présidentiel: ce que pensent les Brazzavillois

Vente aux enchères de l'avion présidentiel: ce que pensent les Brazzavillois
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:56 0:00

Verdict Habyarimana: Me Léon-Lef Forster "satisfait" du non-lieu

Verdict Habyarimana: Me Léon-Lef Forster "satisfait" du non-lieu
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:21 0:00

Allemagne: le Bayern se balade en finale de Coupe et rêve désormais de triplé

David Alaba, défenseur autrichien du Bayern, lève les mains à la victoire de son équipe contre Besiktas au parc de Besiktas à Istanbul, 14 mars 2018.

Grandissime favori de la finale de Coupe d'Allemagne, le Bayern Munich s'est baladé contre Leverkusen (4-2) samedi à Berlin, scellant son doublé Coupe-Championnat; de quoi se tourner désormais vers la Ligue des champions en août en rêvant de rééditer le retentissant triplé de 2013.

Un coup franc absolument imparable de David Alaba à l'entrée de la surface de réparation au bout du premier quart d'heure de jeu, puis une frappe croisée parfaite de Serge Gnabry dix minutes plus tard: en l'espace d'une demi-heure, les joueurs de Hansi Flick ont tué tout suspense dans cette finale pour s'assurer la 20e Coupe de leur histoire, après le 30e titre de champion conquis mi-juin.

Et c'est au moment où Leverkusen allait légèrement mieux dans la rencontre, peu avant l'heure de jeu (grosse occasion de Kevin Volland, entré au retour des vestiaires), que Robert Lewandowski, sur une frappe sèche, a aggravé le score. Le Polonais a profité d'une énorme erreur du portier Hradecky pour inscrire son 50e but de la saison, toutes compétitions confondues.

Mais comme en demi-finale contre l'Eintracht Francfort (victoire 2-1), les Munichois ont alors vu leurs adversaires se montrer beaucoup plus entreprenants qu'en première période.

Les joueurs de Peter Bosz ont d'abord réduit le score par Sven Bender, puis sont passés tout près de se relancer complètement dans la finale, mais Volland et Kai Havertz, la nouvelle pépite du football allemand, étaient trop courts pour reprendre le centre de Moussa Diaby.

Insuffisant pour faire trembler les Munichois qui ont parachevé leur succès par un doublé de Lewandowski à la 89e minute, son 51e but cette saison, le meilleur total en Europe.

- 25e victoire en 26 matches -

A Berlin samedi, difficile de se souvenir de la victoire de Leverkusen (2-1) obtenue à Munich fin novembre 2019. Une éternité en foot. Depuis, il y a eu le limogeage de Niko Kovac, son remplacement par Flick et la résurrection du grand Bayern.

Et puis des victoires à la chaîne: les coéquipiers de Manuel Neuer n'ont plus perdu depuis le 7 décembre, remportant 25 de leurs 26 derniers matches officiels (une défaite en amical en janvier). L'interruption de deux mois du foot en Allemagne pour cause de crise sanitaire liée au Covid-19 n'a en rien enrayé la mécanique.

Désormais, les Munichois peuvent avoir la tête à la Ligue des champions, reportée en août à cause de la Covid-19. Une première étape les attend début août avec le 8e de finale retour contre Chelsea, les Bavarois ayant survolé le match aller 3-0 en terre londonienne début mars.

Vu sa dynamique du moment, Munich fait figure de favori pour remporter la compétition-reine du football européen. Avec toutefois une grosse interrogation: comment l'équipe va-t-elle gérer les cinq semaines sans match officiel jusqu'au match retour contre Chelsea, alors que l'Angleterre, l'Espagne et l'Italie seront encore dans le rythme avec des championnats se terminant dans les prochaines semaines.

En 2013, le Bayern possédait dans ses rangs le duo "Robbery" -Arjen Robben et Frank Ribéry- pour tout emporter sur son passage. Dans sa forme actuelle, Lewandowski ne demande qu'une seule chose: leur succéder dans la légende munichoise.

Voir plus

XS
SM
MD
LG