Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Tshisekedi promet un gouvernement bientôt mais dit refuser d’être un président protocolaire

Le président Félix Tshisekedi et son épouse à Windhoek, en Namibie, le 27 février 2019. (Twitter/Présidence RDC)

Le nouveau président congolais a affirmé, lors d’une rencontre avec des Congolais de la diaspora à Windhoek (en Namibie), qu’un gouvernement pourra être formé dans un avenir proche mais il a souligné qu’il refusait d’être un simple président protocolaire.

"Il y a un groupe qui prétend être la majorité, on attend de l’identifier comme il se doit pour confirmer cette majorité-là, ensuite nous irons dans des discussions parce que le président que je suis n’acceptera pas d’être juste un président qui règne mais qui ne gouverne pas," a déclaré Félix Tshisekedi.

Plus d’un mois après l'investiture du président Tshisekedi, le gouvernement sortant est toujours en place, assurant les affaires courantes, faute d’une nouvelle équipe gouvernementale.

Un débat a lieu dans la classe politique sur la formation du gouvernement en RDC. Le Front commun pour le Congo (FCC), coalition qui est sous l’autorité de Joseph Kabila, le président sortant, affirme avoir la majorité parlementaire avec plus de 350 députés sur les 500 attendus, de même dans les assemblées provinciales.

La famille politique de l’ancien Chef de l'Etat congolais réclame donc la Primature et soutient qu’il n’est nullement besoin d’identifier une majorité déjà connue.

La Constitution congolaise prévoit que le président de la République nomme un "informateur" pour identifier la majorité. Ensuite, il devra nommer un "formateur" du gouvernement après concertations avec la majorité identifiée.

Lors de la rencontre avec la diaspora congolaise, M. Tshisekedi a aussi annoncé qu’il interdisait aux forces de l’ordre d’arrêter les Congolais qui le critiquent. Car, il considère avoir été élu par la majorité mais pas tous les Congolais.

Il a aussi indiqué qu’il mettait un accent sur la jeunesse.

Il a quitté la capitale namibienne où il effectuait son 5ème voyage officiel, pour retourner à Kinshasa après deux jours de séjour en Namibie.

See all News Updates of the Day

Une pionière de la santé mentale

Une pionière de la santé mentale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Premières tensions à l’Assemblée Nationale

Premières tensions à l’Assemblée Nationale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Deuil national décrété après un naufrage en RDC

Le président de la RDC, Felix Tshisekedi, arrive le 16 avril 2019 dans un centre de traitement Ebola de l'hôpital général de Beni.

Treize personnes sont mortes et 114 sont portées disparues après le naufrage d'une embarcation sur le lac Kivu dans l'est de la RDC où le président Félix Tshisekedi a décrété une journée de deuil national, a indiqué jeudi la présidence.

"Le président de la République a décrété un jour de deuil national (vendredi) à la suite du naufrage d'un bateau" dont le bilan est de 13 morts et de "114 personnes qui manquent à l'appel", indique la présidence congolaise dans un communiqué.

Le président Tshisekedi a fait cette annonce dans la région du Kivu où il se trouve depuis dimanche. Le chef de l’État a aussi décidé du port obligatoire de bouées de sauvetage par des passagers voyageant sur le lac Kivu.

Mardi, la présidence congolaise avait avancé dans un tweet le chiffre de "150 disparus", repris par des grands médias et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui a proposé son aide à la RDC, avait évoqué de "nombreux disparus".

Ce bateau avait embarqué dans la nuit de lundi à mardi "49 adultes et sept enfants", selon le "manifeste" (liste des passagers) établi par le commissaire fluvial de Kalehe, consulté par l'AFP. Cette liste omet souvent des passagers clandestins.

En RDC, les naufrages se soldent souvent par des bilans très lourds en raison de la surcharge et de la vétusté des embarcations, de l'absence de gilets de sauvetage à bord et du fait que beaucoup de passagers ne savent pas nager.

Voir plus

XS
SM
MD
LG