Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Changement à la tête de l'Agence nationale de renseignements

Le président Félix Tshisekedi à la cité de l’Union africaine, Kinshasa, RDC, le 18 mars 2019. (Présidence RDC)

Le nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a annoncé mardi soir des changements à la tête de la très redoutée et très critiquée Agence nationale de renseignements (ANR) avec le départ de son patron, sous sanctions de l'Union européenne.

En poste depuis 2011, l'actuel administrateur général de l'ANR Kalev Mutond est remplacé par son numéro 2 Inzun Kakiak, selon une ordonnance présidentielle lue sur la chaîne d'Etat RTNC.

M. Tshisekedi a également nommé trois hauts responsables (administrateur-adjoint, chef du département intérieur et extérieur) à la tête du puissant organe chargé de la sûreté de l'Etat et ses dirigeants en RDC.

Très proche de l'ancien président, Kalev Mutond est l'une des 14 personnalités congolaises sanctionnées par l'UE pour la répression des manifestations de l'opposition dans les dernières années du régime Kabila.

Très présente sur tout le territoire, l'ANR est régulièrement accusée d'arrêter et de détenir hors toute procédure judiciaire des opposants politiques ou des défenseurs des droits de l'homme.

Mercredi dernier, M. Tshisekedi avait ajouté à la liste de ses nombreux conseillers un haut-responsable de l'ANR, également sous sanction de l'UE, Roger Kibelisa, nommé "assistant du conseiller spécial du chef de l'Etat en matière de sécurité".

Proclamé vainqueur de l'élection présidentielle du 30 décembre, M. Tshisekedi a été investi le 24 janvier en présence de M. Kabila, première transmission pacifique du pouvoir dans l'histoire agitée du Congo.

Lié par un accord à M. Kabila, qui conserve une solide majorité au Parlement, M. Tshisekedi n'a cependant toujours pas nommé de Premier ministre.

Toutes les actualités

Le petit prince en Tshiluba

Le petit prince en Tshiluba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

Une radio engagée dans la lutte contre l’Ebola ferme ses portes

Une radio engagée dans la lutte contre l’Ebola ferme ses portes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Arrêt de "toutes discussions" avec le Front Commun pour le Congo

Arrêt de "toutes discussions" avec le Front Commun pour le Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

RDC: retour d'exil d'un opposant de l'ancien régime Kabila

Des militants des mouvements citoyens Lucha, Filimbi et Réveil des indignés réclament le départ du pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat s’est terminé le 19 décembre 2016. VOA/Ernest Muhero

L'un des fondateurs du mouvement citoyen Filimbi, Floribert Anzulini, est rentré dimanche à Kinshasa après plus de quatre ans en Belgique où il avait fui le régime de l'ancien président Joseph Kabila.

Joint par l'AFP, M. Anzulini a jugé le moment "propice" pour son retour plus de neuf mois après l'investiture du nouveau chef de l'Etat Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection du 30 décembre.

Il se félicite que "la mobilisation interne et externe" ait empêché Joseph Kabila de se représenter, puis d'imposer son "dauphin", Emmanuel Ramazani Shadary, comme vainqueur de la présidentielle.

"Pour nous ce processus électoral n'a pas été suffisamment transparent et démocratique", ajoute-t-il cependant.

"Le système que nous continuons à combattre est toujours en place", a-t-il ajouté. "Notre rôle va être d'éradiquer pacifiquement toutes les racines du système et ses différents maux: corruption, mauvaise gouvernance, détournement des fonds publics, violences politiques...".

Le président Tshisekedi, qui gouverne en coalition avec son prédécesseur, affirme également vouloir lutter contre la corruption.

"Il nous faut aujourd'hui bien plus que des promesses. C'est dans les actes que nous jugerons", a commenté M. Anzulini.

Cadre bancaire spécialisé dans la gestion des risques, M. Anzulini avait quitté la République démocratique du Congo en mars 2015 après un coup de filet de la police visant Filimbi et des activistes des mouvements Balai citoyen (Burkina Faso) et Y'en a marre (Sénégal).

En son absence, quatre militants de son mouvement Filimbi ("coup de sifflet" en swahili) ont été emprisonnés près d'un an sous l'ancien régime de Joseph Kabila. Ils ont été libérés juste avant les élections du 30 décembre 2018.

Plusieurs opposants sont rentrés de l'étranger en RDC depuis l'investiture du président Tshisekedi. Le plus célèbre est l'ancien gouverneur du Katanga minier Moïse Katumbi, rentré le 20 mai dernier après trois ans en Belgique.

Une école pour les enfants handicapés à Lubumbashi

Une école pour les enfants handicapés à Lubumbashi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:01 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG