Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump réaffirme son innocence avant un vote historique au Congrès

Trump Impeachment New York

"Dites une prière!": à quelques heures d'un vote historique au Congrès américain sur sa mise en accusation, Donald Trump a une fois de plus clamé son innocence mercredi matin.

"Pouvez-vous croire que je serai mis en accusation aujourd'hui par la gauche radicale (...) ALORS QUE JE N'AI RIEN FAIT DE MAL!", a écrit sur Twitter le milliardaire républicain, qui devrait devenir le troisième président des Etats-Unis à subir un "impeachment" en vue d'une éventuelle destitution.

La Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, se réunira dans la journée pour un débat d'au moins six heures qui mènera au vote des deux articles de mise en accusation le visant: abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès.

Ces échanges seront divisés de manière équitable entre républicains et démocrates et précédés d'une heure de débats pour adopter ces règles en séance plénière.

Le vote, qui va marquer l'Histoire, est attendu au plus tôt en fin d'après-midi.

Dans une capitale fédérale sous tension après trois mois d'une procédure acrimonieuse, la chambre basse exercera ainsi "l'un des pouvoirs les plus solennels que lui garantisse la Constitution", a confirmé mardi soir la chef des démocrates au Congrès Nancy Pelosi.

Il reviendra ensuite au Sénat d'organiser le procès de Donald Trump, probablement en janvier. Et les républicains qui le contrôlent ont déjà prévenu que le président serait alors acquitté.

Anticipant ce nouvel épisode dramatique d'une présidence en tous points extraordinaire, le milliardaire républicain s'était de nouveau insurgé mardi contre ses adversaires.

"Vous déclarez une guerre ouverte contre la démocratie américaine", s'est-il emporté dans un courrier officiel adressé à Nancy Pelosi. "L'Histoire vous jugera sévèrement".

Une lettre violente, au vitriol. Il s'agit d'Histoire car, avant Donald Trump, seuls Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998 avaient subi telle avanie. Le républicain Richard Nixon, empêtré dans le scandale du Watergate, avait préféré démissionner en 1974 avant une destitution certaine.

Pour Donald Trump, le vote à la Chambre n'est qu'"une tentative de coup d'Etat illégale et partisane", motivé par le ressentiment. "Vous êtes incapable d'accepter le verdict des urnes" de 2016, écrit-il encore, en référence à sa victoire électorale qui avait déjoué la plupart des pronostics.

- 2020 dans le viseur -

Tout en se présentant comme la victime d'une "croisade vicieuse", Donald Trump se dit certain de sortir conforté de cette séquence politique: "Je n'ai aucun doute sur le fait que le peuple américain vous tiendra responsable, avec les démocrates, lors de l'élection de 2020".

Car le président septuagénaire veut transformer cette épreuve en victoire politique. Dans un pays divisé comme jamais, il pense qu'il peut galvaniser sa base et, grâce à la réussite de l'économie américaine, arracher sa réélection le 3 novembre prochain.

Il affirme, et les républicains avec lui, que la procédure de destitution est de moins en moins populaire auprès des Américains.

Les sondages offrent un tableau nuancé. Mais certains l'encouragent dans cette stratégie consistant à nier en bloc toutes les accusations et à affirmer que tout cela n'est qu'une manœuvre politicienne visant à avoir sa peau.

Selon l'une de ces enquêtes, son taux d'approbation n'a jamais été aussi élevé depuis le début de sa présidence. Pour une autre, il battrait n'importe lequel de ses opposants démocrates potentiels à la présidentielle.

Donald Trump appuiera ce message dès mercredi soir, lors d'un meeting de campagne à Battle Creek, dans le Michigan, l'un des Etats où se jouera la présidentielle de 2020.

- Chantage et diplomatie parallèle -

Pour les démocrates, le milliardaire républicain a trahi le serment de sa fonction. "Pire que Nixon", ne cessent-ils de répéter. Et Nancy Pelosi dit n'avoir eu d'autre choix que de lancer, le 24 septembre, cette procédure de destitution.

"Bien tristement, les faits ont montré clairement que le président a abusé de ses pouvoirs pour son bénéfice politique personnel et qu'il a fait entrave au Congrès", a-t-elle expliqué.

En cause, un chantage auquel le milliardaire républicain et quelques-uns de ses proches auraient soumis le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Le 25 juillet, un échange téléphonique entre les deux dirigeants met le feu au poudre.

Donald Trump demande à ce président novice en politique, en proie à un conflit armé avec la Russie, d'annoncer une enquête anti-corruption contre le démocrate Joe Biden et son fils Hunter, ex-membre du conseil d'administration d'une entreprise gazière ukrainienne.

Ancien vice-président, Joe Biden mène la danse dans le primaire démocrate pour l'élection présidentielle et apparaît comme l'adversaire le plus dangereux pour le sortant républicain.

Un faisceau d'informations concordantes et de témoignages semble de plus attester qu'un lien avait été établi entre une annonce éventuelle de ces investigations et le déboursement d'une aide militaire américaine pour l'Ukraine.

Toutes les actualités

Le guide suprême iranien discrédite les manifestations anti-pouvoir

Le guide suprême iranien discrédite les manifestations anti-pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Le procès du président Donald Trump reprend la semaine prochaine devant le Sénat

Le procès du président Donald Trump reprend la semaine prochaine devant le Sénat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Destitution: le célèbre avocat Alan Dershowitz défendra Trump

L'avocat Alan Dershowitz

L'avocat Alan Dershowitz, célèbre constitutionnaliste, fera partie de l'équipe de défense de Donald Trump dans son procès en destitution devant le Sénat la semaine prochaine, a-t-il annoncé vendredi.

L'ex-procureur Kenneth Starr, qui s'est fait connaître mondialement dans les années 1990 pour son enquête sur la relation extra-conjugale entre Bill Clinton et Monica Lewinsky, stagiaire à la Maison Blanche, devrait également rejoindre cette équipe, selon plusieurs médias américains.

"Le professeur Dershowitz s'exprimera en défense durant le procès au Sénat pour présenter les arguments constitutionnels contre la destitution", a indiqué son cabinet.

C'est Pat Cipollone, avocat de la Maison Blanche, qui sera en première ligne.

Plutôt discret, peu habitué des plateaux de télévision, ce fils d'immigrés italiens ayant grandi dans le Bronx, fervent catholique et père de 10 enfants, a peu de choses en commun avec le tempétueux magnat de l'immobilier.

"Il est du genre solide et silencieux", soulignait il y a quelques semaines Donald Trump lors d'une cérémonie à la Maison Blanche ne tarissant pas d'éloge sur "Pat" et son "équipe extraordinaire".

Il va devoir s'adapter à un nouveau rôle, en pleine lumière, devant les sénateurs et des millions de téléspectateurs,

Il s'est jusqu'ici surtout fait remarquer par sa plume incisive: c'est lui qui a rédigé les courriers dénonçant la procédure de mise en accusation du président, à la tonalité très agressive et où l'on sentait le souffle de Donald Trump.

Après un courrier particulièrement agressif daté du 15 mai 2019, il s'était attiré les foudres de Nancy Pelosi. "Cette lettre qui a été envoyée depuis la Maison Blanche était une blague, indigne de la présidence des Etats-Unis (...) Honte à eux".

Ce procès au Sénat prend un relief particulier: la Maison Blanche avait en effet décidé de ne pas participer à l'enquête sur la mise en accusation, conduite à la Chambre des représentants, dominée par les démocrates. Le procès au Sénat, dominé par les républicains, donnera pour la première fois l'occasion aux avocats du président de présenter leurs arguments.

Une caravane de migrants honduriens progresse au Guatemala

Une caravane de migrants honduriens progresse au Guatemala
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Début du procès en destitution de Donald Trump

Début du procès en destitution de Donald Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG