Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump privilégie un accord commercial global avec Pékin

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping lors d'une réunion en marge du sommet du G-20 à Osaka, dans l'ouest du Japon, le 29 juin 2019. (Photo AP / Susan Walsh, Fichier)

Donald Trump a annoncé lundi qu'il privilégiait un accord commercial global avec Pékin plutôt qu'un traité partiel, quelques jours avant la reprise, à Washington, des négociations pour tenter de sortir de l'impasse de la guerre des tarifs douaniers.

"Je penche plutôt pour un grand accord", a déclaré le président américain en marge de la signature d'un traité commercial partiel avec le Japon.

Un accord partiel avec la Chine "n'est pas du tout ce que nous préférons", a-t-il ajouté, tout en se félicitant que les Chinois "commencent à acheter beaucoup de produits agricoles" américains.

Comme lors des rondes de tractations précédentes, c'est le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, qui dirigeront les discussions avec une délégation chinoise emmenée par le vice-Premier ministre Liu He, a indiqué lundi matin la Maison Blanche dans un communiqué.

De plus, comme pour répondre à certains médias américains affirmant que les autorités chinoises ont considérablement réduit le champ des contentieux qu'elles sont disposées à aborder cette semaine, la Maison Blanche assure que tous les sujets seront sur la table, y compris celui des subventions massives des entreprises d'Etat chinoises que Pékin ne souhaiterait plus discuter.

"Les sujets de discussion comprendront le transfert forcé de technologie, les droits de propriété intellectuelle, les services, les barrières non tarifaires, l'agriculture et l'application des lois", ont ainsi détaillé les services du président.

Le principe d'une rencontre entre les deux camps avait été annoncé il y a plusieurs semaines, mais jusqu'à présent aucune date n'avait été officiellement actée.

Les discussions reprendront dans un climat refroidi par la décision américaine lundi de placer sur liste noire 28 organisations gouvernementales et commerciales chinoises dont Washington reproche l'implication dans la campagne de répression des autorités chinoises visant notamment la minorité musulmane ouïghoure.

Les Etats-Unis "ne peuvent pas tolérer et ne tolèreront pas la suppression brutale des minorités ethniques à travers la Chine", a justifié dans un communiqué Wilbur Ross, secrétaire américain au Commerce.

Ces entités se voient privées de la possibilité d'importer des produits depuis les Etats-Unis.

- Pression maximale -

Vendredi, Donald Trump avait une nouvelle fois donné le ton: il veut "un bon accord" ou pas d'accord du tout.

Et, selon lui, les Etats-Unis sont en position de force. "La Chine veut vraiment un accord" car les tarifs douaniers imposés par Washington sont en train de tuer son économie, a-t-il répété.

Le président républicain, en campagne pour sa réélection, avait déclaré le 21 septembre qu'il n'avait pas besoin d'aboutir à un accord commercial avec Pékin avant l'élection de 2020, insistant sur la bonne santé de l'économie américaine.

Pour l'heure, l'issue des tractations reste pourtant incertaine et l'économie américaine commence à pâtir des incertitudes créées par ce conflit qui dure depuis plus d'un an et demi.

Selon le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow, l'imposition de droits de douane punitifs réciproques n'est pas responsable du ralentissement économique aux Etats-Unis.

Interrogé par ailleurs sur la possibilité de nouer un accord provisoire avec la Chine plutôt que d'un traité global, le conseiller avait pris le contrepied du président et répondu: "Nous verrons ce qu'ils mettent sur la table (...) Nous sommes ouverts à cette idée".

L'hôte de la Maison Blanche brandit toujours la menace de nouveaux tarifs douaniers sur les importations en provenance de Chine. Cette stratégie de pression maximale s'est révélée infructueuse jusqu'à présent.

Les négociations vont se tenir avant l'échéance du 15 octobre: à cette date, une nouvelle hausse de droits de douane portant sur 250 milliards de dollars de biens chinois pourrait entrer en vigueur. Ils passeraient de 25% actuellement à 30%.

Donald Trump avait consenti de reporter cette hausse de 15 jours à la demande de Pékin.

Le président, qui avait affirmé début 2018 que les guerres commerciales étaient "bonnes et faciles à gagner", a lancé l'offensive pour mettre fin à des pratiques commerciales jugées "déloyales", en particulier le transfert forcé de technologies américaines, les subventions massives aux entreprises d'Etat chinoises ou encore le vol de la propriété intellectuelle.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving

Les Américains défient les consignes de voyage pour Thanksgiving
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Donald Trump accorde une grâce présidentielle à son ancien collaborateur Michael Flynn

Le conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn, fait une déclaration lors d'un briefing quotidien à la Maison Blanche à Washington, le 1er février 2017.

Le président américain Donald Trump a gracié mercredi son ancien conseiller à la sécurité nationale Michael Flynn qui avait plaidé coupable d'avoir menti au FBI lors de l'enquête sur l'ingérence russe dans les élections présidentielles de 2016.

"C'est un grand honneur pour moi d'annoncer que le général Michael T. Flynn a obtenu une grâce complète. Félicitations à @GenFlynn et à sa merveilleuse famille, je sais que vous allez maintenant passer un Thanksgiving vraiment fantastique !", a écrit M. Trump sur Twitter.

Général d'armée à la retraite, M. Flynn a plaidé coupable en 2017 d'avoir menti au FBI sur les interactions qu'il a eues avec l'ambassadeur de Russie aux États-Unis dans les semaines précédant l'inauguration de Trump en janvier 2017.

Il a depuis lors cherché à retirer son plaidoyer, arguant que les procureurs avaient violé ses droits et l'avaient dupé pour qu'il accepte de plaider coupable. Sa condamnation a été reportée à plusieurs reprises.

Il s'agit de la grâce la plus médiatisée accordée par M. Trump depuis son entrée en fonction. Entre autres controverses, le président américain avait auparavant suscité un tollé en graciant les militaires accusés de crimes de guerre en Afghanistan. Il a aussi essuyé des critiques en accordant la grâce présidentielle à Joe Arpaio, ancien shérif du comet de Maricopa, en Arizona, accuse de racism notoire.

Le général Flynn, 61 ans, a été le premier conseiller à la sécurité nationale du président Trump. Il est limogé en 2017 après 24 jours à son poste à cause d’une controverse liée aux contacts de l'ancien général avec l'ambassadeur russe à Washington de l'époque, Sergei Kislyak.

Avant d’intégrer l’équipe de M. Trump, Michael Flynn était à la tête de l'Agence de renseignement du Pentagone, un poste qu’il est contraint de quitter en 2014, en partie à cause de son style de gestion et de ses opinions sur la manière de lutter contre le militantisme islamiste.

C’est en 2016 qu’il entre dans l’équipe de campagne de M. Trump.

Outre le general Flynn, d'autres anciens collaborateurs du president ont été condamnés pour divers crimes à l’échelle fédérale, notamment Roger Stone, conseiller et ami de longue date de M. Trump, et Paul Manafort, son ancien directeur de campagne.

Selon le quotidien USA Today, la grâce accordée à M. Flynn a suscité une réaction rapide de la famille du général qui a salué cette decision, que l'opposition démocrate a vite fait de condamner.

Correspondant VOA: Décrets présidentiels

Correspondant VOA: Décrets présidentiels
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:00 0:00

Melania Trump reçoit le sapin de Noël de la Maison Blanche

Melania Trump reçoit le sapin de Noël de la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Un mystérieux objet métallique apparait dans le désert

Un mystérieux objet métallique apparait dans le désert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG