Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Commerce : la Chine va exempter de surtaxes douanières certains produits américains

Le président Donald Trump et le président chinois Xi Jinping à Mar-a-Lago en Floride le 7 avril 2017.

La Chine a publié mercredi une liste de produits américains qui seront exemptés des surtaxes douanières mises en place l'an dernier, au moment où Pékin et Washington doivent se retrouver en octobre pour des pourparlers commerciaux.

Les deux pays se livrent depuis 2018 une guerre commerciale qui s'est traduite par l'imposition mutuelle de droits de douane sur des centaines de milliards de dollars d'échanges bilatéraux.

Les exemptions annoncées mercredi couvriront 16 catégories de produits, à compter du 17 septembre et pour un an: elles vont des pesticides aux lubrifiants, en passant par certains produits pharmaceutiques, a annoncé la Commission des droits de douane du gouvernement chinois.

C'est la première fois que la Chine publie une telle liste depuis l'application l'an passé de surtaxes de 25% sur une série de produits importés des Etats-Unis.

Des droits de douane punitifs continueront de s'appliquer sur de grandes catégories de produits agricoles made in USA, comme le soja et la viande de porc.

Le gouvernement chinois a toutefois précisé mercredi que d'autres listes de produits soustraits aux surtaxes douanières pourraient être annoncées après étude et "en temps voulu".

Malgré les tensions bilatérales, la Chine et les Etats-Unis assurent maintenir le dialogue. Des négociateurs des deux pays doivent se retrouver début octobre à Washington.

Toutes les actualités

Retrait d’une circulaire sur le voile obligatoire à l’école dans une province pakistanaise

Ecolières pakistanaises, Peshawar, Pakistan, 18 avril 2016.

Une circulaire obligeant les écolières à se couvrir d'un voile dans deux grandes villes du nord-ouest du Pakistan a été retirée mardi après un tollé sur les réseaux sociaux.

Lundi, des responsables éducatifs des districts de Peshawar, la capitale du Khyber-Pakhtunkhw, et de Haripur, une autre ville de cette province conservatrice, avaient sommé les élèves d'écoles publiques de porter le voile, l'abaya ou le tchador pour "se protéger de tout accident contraire à l'éthique".

Mais la directive avait été vivement critiquée à l'échelle nationale, notamment sur les réseaux sociaux, de nombreuses voix dénonçant une nouvelle entrave aux droits des femmes dans ce pays musulman profondément patriarcal. La circulaire a ainsi été retirée.

"C'est donc sur les écolières que pèse le fardeau des comportements contraires à l'éthique et non sur les pervers qui harcèlent les filles, qu'elles soient couvertes ou non", avait tonné une utilisatrice sur Twitter.

La mesure, même si elle a été retirée, "n'a pas redoré l'image du Pakistan", a observé Tahira Abdullah, une militante pakistanaise des droits des femmes. "Alors que le reste du monde va de l'avant sur l'éducation, la protection et le développement de ses enfants, le Pakistan recule", a-t-elle poursuivi.

Amna Haleem, étudiante en géologie à l'université de Peshawar, a réclamé le droit pour une femme de choisir de se couvrir ou non. "L'État ne devrait pas s'immiscer dans ces questions et les laisser à la discrétion des femmes", a-t-elle déclaré.

Siraj-ud-din Khan, un parlementaire régional, a notamment averti que son parti radical, le Jamaat-e-Islami, allait protester et "forcer le gouvernement à faire respecter cet ordre dans toute la province".

Une frappe contre les talibans aurait tué 40 civils en Afghanistan

Des familles de victimes attendent devant les services d'urgence de l'hôpital de Helmand, en Afghanistan, le 23 septembre 2019.

Le ministère afghan de la Défense a annoncé lundi enquêter sur une opération de ses forces contre les talibans dans le sud qui aurait tué environ quarante civils, selon des parlementaires locaux.

"Le ministère de la Défense va enquêter sur les allégations de pertes civiles dans le district de Musa Qala", selon un communiqué qui précise que ses forces ont mené dimanche une opération dans laquelle "22 membres étrangers des talibans ont été tués et 14 arrêtés".

"Parmi les prisonniers se trouvent des membres d'Al-Qaïda incluant des citoyens pakistanais et bangladais", a précisé le chef de la police de la province de Helmand, Ahsamuddin Helmandi.

Cinq Pakistanais et un Bangladais ont été arrêtés, a précisé le ministère de la Défense.

Son porte-parole Fawad Aman a expliqué à l'AFP que "les forces spéciales ont attaqué un repaire utilisé par les talibans et des terroristes étrangers appartenant à Al-Qaïda". Selon lui les occupants ont résisté pendant une heure, avant que "l'un d'eux déclenche sa veste-suicide et qu'un dépôt de munitions explose".

Plusieurs responsables locaux ont affirmé que l'opération avait tué environ 40 civils.

Le chef du conseil de la province, Attaullah Afghan, a dit que "trois endroits ont été la cible de frappes. La première a visé un poste taliban, avec l'explosion d'un dépôt de munitions, qui a détruit une maison adjacente".

Le ministère de la Défense avait indiqué peu auparavant que l'opération, menée par les forces afghanes, visait "un groupe terroriste étranger impliqué dans la préparation d'attaques terroristes", et avait permis de détruire un entrepôt d'équipement destiné à ces attaques.

Selon Attaullah Afghan les deux autres frappes ont touché "une maison et un camion transportant des femmes et des enfants", qui se rendaient à une cérémonie d'avant-mariage. Aucune image n'était disponible pour corroborer son affirmation.

Selon un sénateur du conseil de la province, Sher Mohammad Akhundzada, "il était dix heures du soir et une opération terrestre et aérienne a été menée lors d'une fête de henna (célébration avant un mariage) à Musa Qala, avec 40 morts et treize personnes transférées aux urgences. Six talibans ont été aussi tués".

Un membre du conseil de la province, Majeed Akhundzada, qui a repris ces chiffres, a évoqué une "opération conjointe des forces afghanes et étrangères".

La province du Helmand est en grande partie contrôlée par les talibans. L'usage de moyens aériens pour les combattre implique souvent des forces américaines.

Le porte-parole du ministère de la Défense a indiqué qu'"il n'y a pas eu besoin de frappe aérienne dans cette opération".

Nouvelles sanctions de Washington contre l'Iran

Nouvelles sanctions de Washington contre l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Les dégâts sur le site de l'installation pétrolière Aramco

Les dégâts sur le site de l'installation pétrolière Aramco
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

L’Arabie saoudite promet des preuves de l’implication iranienne dans les attaques de samedi

L’Arabie saoudite promet des preuves de l’implication iranienne dans les attaques de samedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG