Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump-Poutine: ce qu'ils ont dit l'un de l'autre

Les présidents russe Vladimir Poutine (g) et américain Donald Trump, le 7 juillet 2017 à Hambourg, lors du sommet du G20.

A la veille de leur premier sommet bilatéral à Helsinki, voici ce qu'ont dit Donald Trump et Vladimir Poutine l'un de l'autre, un florilège d'éloges réciproques contrastant singulièrement avec l'état des relations entre leurs deux pays, au plus bas depuis la guerre froide.

"Mon nouvel ami" ?

En 2013, soit trois ans avant son élection, Donald Trump, surtout connu alors pour son empire immobilier et ses émissions télévisées, projette un voyage à Moscou où se déroule le concours Miss Univers, dont il est propriétaire.

"Pensez-vous que Poutine va venir au concours Miss Univers en novembre à Moscou --si c'est le cas, est-ce qu'il deviendra mon nouveau meilleur ami", tweete le milliardaire.

L'homme fort du Kremlin ne fera pas le déplacement, mais envoie un proche, avec un cadeau pour l'Américain.

L'un "brillant", l'autre "puissant"

En octobre 2015, "The Donald" fait la course en tête en vue des primaires républicaines. Interrogé sur CBS, il estime qu'il pourrait "probablement très bien s'entendre avec Vladimir Poutine".

Le 17 décembre, sans soutenir ouvertement la candidature de Trump, l'ancien chef du FSB (ex-KGB) salue un "homme brillant et plein de talent", "favori incontesté de la course présidentielle".

"Il est un dirigeant fort, il est un dirigeant puissant", réplique Trump. "Si Poutine dit que je suis brillant et d'autres choses très gentilles, je l'accepte au nom de notre pays, car c'est positif pour nous de bien nous entendre avec la Russie".

"Personne, à part nous"

Vainqueur surprise de la présidentielle après une campagne plombée par des accusations d'ingérence russe, Donald Trump est félicité par son homologue russe: "Personne, à part nous, ne croyait qu'il puisse gagner", assure Poutine.

Le 20 janvier 2017, le 45e président des Etats-Unis prend ses fonctions. Les contentieux sont lourds et nombreux entre Washington et Moscou après des années de désaccords sur le conflit syrien, l'annexion de la Crimée, ou encore l'Iran.

Fin janvier, le nouvel occupant du Bureau ovale réaffirme néanmoins sa volonté d'améliorer les relations entre la Maison Blanche et le Kremlin, disant espérer "une relation fantastique".

Première rencontre "formidable"

Les deux dirigeants se rencontrent en juillet 2017, en marge du sommet du G20 en Allemagne.

"Le Trump qu'on voit à la télé est très différent du Trump réel, assure alors Vladimir Poutine. Il perçoit de manière tout à fait adéquate son interlocuteur, répond rapidement aux questions posées". "Je pense que des relations personnelles ont été établies" et des "bases jetées" en vue d'une détente américano-russe, estime le président Russe.

De son côté, Donald Trump qualifie de "formidable" cette première rencontre.

Trump, un "homme bien élevé"

Les deux hommes se recroisent brièvement lors du forum de l'Asie-Pacifique (Apec) en novembre 2017 à Danang au Vietnam. Le temps de poser tout sourire devant les photographes.

Le président russe fait de nouveau l'éloge de Donald Trump, un "homme bien élevé et d'un contact agréable". "Le comportement du président américain est extrêmement correct et bienveillant", souligne-t-il.

Evoquant la rencontre à bord d'Air Force One, le président américain confie avoir eu "un bon feeling".

"Poutine, ça va aller"

Le président américain "est une personne réfléchie, il sait écouter et répondre aux arguments de son interlocuteur", juge encore Vladimir Poutine en juin 2018, après que Donald Trump a proposé de réintégrer la Russie au G7 dont elle a été exclue en 2014.

Dix jours avant le sommet d'Helsinki, Donald Trump affiche sa confiance : "Vous savez quoi ? Poutine, ça va aller, ça va aller pour tout le monde".

Et d'ajouter jeudi à Bruxelles: "Ce n'est pas mon ennemi (...) c'est un concurrent".

Avec AFP

Toutes les actualités

Impact de la traite négrière

Impact de la traite négrière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

1619: l'historique

1619: l'historique
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts pour éviter une récession

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, à la Maison-Blanche le 27 août 2018.

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts et de droits de douane pour éviter une entrée des Etats-Unis en récession, ont rapporté lundi des médias américains, malgré l'insistance de Donald Trump sur la bonne santé de l'économie américaine.

Selon le Washington Post, des responsables de la Maison Blanche étudient plusieurs mesures pour stimuler l'économie américaine, dont une baisse temporaire de la taxe sur les salaires pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs.

D'après le New York Times, les Etats-Unis pourraient également renoncer aux nouveaux droits de douane imposés par l'administration Trump aux imporations chinoises dans le cadre de la guerre commerciale avec Pékin.

Il s'agit de mesures à l'étude, et les responsables qui en ont eu l'idée n'ont pas encore demandé l'avis du président Donald Trump, lequel devrait en outre obtenir l'aval du Congrès, précisent les deux médias.

"Abaisser les taxes sur les salaires n'est pas quelque chose qui soit à l'étude en ce moment", a réagi la Maison Blanche auprès du Washington Post.

La taxe sur les salaires avait déjà été temporairement abaissée en 2011 et 2012 sous le président Barack Obama pour essayer de sortir l'économie américaine de la stagnation consécutive à la crise financière de 2008.

Selon un sondage publié dimanche par la National Association for Business Economists (NABE), près des trois quarts des économistes américains s'attendent à une récession d'ici 2021. Un avis que ne partage pas Donald Trump: "je ne crois pas qu'il y aura une récession. Nous nous portons terriblement bien", a-t-il affirmé à des journalistes dimanche.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG