Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump désigne un nouveau chef intérimaire des services de renseignement

Le vice-amiral à la retraite Joseph Maguire comparaissant devant le Comité du renseignement du Sénat à Washington, le 25 juillet 2018.( Archives)

Le président américain Donald Trump a annoncé jeudi son intention de désigner Joseph Maguire comme chef intérimaire des services de renseignement pour remplacer Dan Coats, qui quittera ses fonctions le 15 août.

"J'ai le plaisir de vous annoncer que l'honorable Joseph Maguire, actuel directeur du centre national du contreterrorisme, sera nommé directeur intérimaire du renseignement national à compter du 15 août", a tweeté le locataire de la Maison Blanche.

"L'amiral Maguire a effectué une longue et remarquable carrière dans l'armée (...) occupant des postes de commandement à tous les niveaux", a-t-il ajouté. "Je suis sûr qu'il effectuera un excellent travail!"

Donald Trump avait annoncé juste avant, sur Twitter également, que l'actuelle numéro deux des services de renseignement Susan Gordon quitterait ses fonction le 15 août en même temps que Dan Coats.

Le milliardaire républicain avait dans un premier temps fait part de sa volonté de désigner John Ratcliffe, élu du Texas à la Chambre des représentants, pour remplacer M. Coats.

Mais le choix de ce candidat, ancien maire d'une banlieue aisée de Dallas, et procureur fédéral pendant tout juste un an, en 2007, avait été critiqué notamment par des démocrates, en raison du manque d'expérience de l'élu et de son dévouement au président.

M. Trump avait financement renoncé à choisir M. Ratcliffe, dénonçant au passage "la manière très injuste" dont il avait été traité par les médias.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président a fréquemment ignoré l'avis de son chef des services de renseignement et l'a tenu à l'écart de certains dossiers, notamment des relations avec la Russie.

Le départ de M. Coats sera le dernier en date d'une longue série au plus haut niveau de l'administration Trump.

Ont notamment quitté leurs fonctions depuis le début de son mandat le ministre de la Défense Jim Mattis, la ministre de la Sécurité intérieure Kirstjen Nielsen, le chef de cabinet de la Maison Blanche John Kelly et le secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

Avec AFP

Toutes les actualités

Menace de récession, Trump toujours confiant

Menace de récession, Trump toujours confiant
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:36 0:00

Moi, Diego, coiffeur des présidents américains

Moi, Diego, coiffeur des présidents américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Un projet unique pour les 400 ans de l'esclavage

Un projet unique pour les 400 ans de l'esclavage
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Trump affirme qu'"aucun président" américain n'a autant aidé Israël que lui

Le président américain Donald Trump rencontre le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son épouse Sara en présence de la première dame Melania Trump à la Maison Blanche le 5 mars 2018 à Washington, DC.

Donald Trump a affirmé mercredi qu'"aucun président" des Etats-Unis n'avait fait autant que lui pour Israël, alors qu'il était interrogé sur ses déclarations sur la "grande déloyauté" des électeurs juifs américains votant démocrates, dénoncées par certains comme étant antisémites.

"Je suis responsable de choses formidables pour Israël", a répondu le républicain à un journaliste qui l'interrogeait sur ses propos concernant la "loyauté" des électeurs juifs américains, en précisant dans sa question qu'il s'agissait d'un "célèbre cliché antisémite".

Sans répondre aux accusations d'antisémitisme, Donald Trump a insisté: "Aucun président n'est proche d'en avoir fait autant que moi" pour Israël.

Citant notamment sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, ainsi que de la souveraineté israélienne sur la partie du Golan syrien annexée par Israël en 1981, le milliardaire a alors de nouveau accusé des parlementaires dont l'Américano-palestinienne Rashida Tlaib, d'être "antisémites".

"Elles sont anti-Israël", a-t-il ajouté lors d'une longue conférence de presse improvisée devant la Maison Blanche.

"Selon moi, si vous votez pour un démocrate, vous êtes déloyaux envers le peuple juif et très déloyaux envers Israël", a-t-il réitéré. "Les démocrates se sont vraiment éloignés d'Israël. Je ne peux pas comprendre comment ils peuvent faire ça".

Ses déclarations mardi soir sur la "grande déloyauté" des électeurs juifs votant démocrate lui ont valu une volée de critiques de la part d'associations de lutte contre l'antisémitisme et de parlementaires démocrates.

Selon eux, elles rappellent le stéréotype sur la "double allégeance" supposée des juifs, qui ne seraient pas "loyaux" envers le pays où ils vivent.

Le candidat à la Maison Blanche Bernie Sanders a tweeté: "Je suis fier d'être juif et je n'ai aucune inquiétude sur le fait de voter démocrate".

En pleine controverse, Donald Trump a consacré trois tweets mercredi matin à rapporter les propos d'un commentateur de radio conservateur, qui aurait déclaré: "Le président Trump est le meilleur président pour les juifs et pour Israël de l'histoire de l'humanité (...) Et les juifs en Israël l'adorent comme si c'était le roi d'Israël".

"Merci Wayne Allyn Root pour ces mots très gentils", a écrit le président des Etats-Unis.

Le "hashtag" #kingofIsrael ("roi d'Israël") figurait parmi les sujets les plus commentés sur Twitter aux Etats-Unis mercredi après-midi.

Le coiffeur des présidents américains

Le coiffeur des présidents américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG