Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump assure que Kim et lui sont "tombés amoureux"

Le président des États-Unis, Donald Trump, serre la main du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lors de leurs premières rencontres au resort de Capella sur l'île de Sentosa, le 12 juin 2018 à Singapour.

Le président américain Donald Trump a assuré que Kim Jong Un et lui étaient "tombés amoureux", saluant les "magnifiques lettres" que lui avait écrites son homologue nord-coréen.

S'adressant samedi à ses partisans lors d'un meeting à Wheeling, en Virginie occidentale, M. Trump a fait monter d'un nouveau cran la chaleur de ses relations avec le leader nord-coréen, qu'il veut persuader d'abandonner l'arme nucléaire.

"Et puis nous sommés tombés amoureux - enfin pas concrètement, OK ? Il m'a écrit de belles lettres, ce sont de magnifiques lettres. Nous sommes tombés amoureux", a expliqué le président américain à ses supporters.

Lundi dernier, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, M. Trump avait déjà vanté les qualités de Kim Jong Un, dont il avait pourtant menacé un an plus tôt de "détruire totalement le pays".

"Le président Kim a vraiment été très ouvert et, honnêtement, il a été formidable", avait alors lancé le locataire de la Maison Blanche. Les deux dirigeants se sont rencontrés pour la première fois en juin à Singapour et un deuxième sommet est désormais envisagé.

Donald Trump a également affirmé mercredi avoir reçu "une lettre extraordinaire" du dirigeant nord-coréen, affichant son optimisme sur l'issue des négociations en cours.

Nombre d'analystes pointent toutefois du doigt l'absence d'avancées concrètes sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne.

Avec AFP

Toutes les actualités

Tigré: les États-Unis appellent à une "cessation totale des combats"

Tigré: les États-Unis appellent à une "cessation totale des combats"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Biden tiendra-t-il sa promesse d'augmenter les salaires?

Biden tiendra-t-il sa promesse d'augmenter les salaires?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:13 0:00

Washington sanctionne une société chinoise accusée de soutenir la censure au Venezuela

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, montre lors d'une apparition télévisée des équipements saisis, Caracas, 4 mai 2020.

Les États-Unis ont annoncé lundi des sanctions contre une grande société publique chinoise spécialisée dans l'électronique, accusée d'aider le Venezuela à censurer les détracteurs du pouvoir sur internet.

Le Trésor américain va geler les éventuels avoirs aux États-Unis de la China National Electronics Import and Export Corporation (CEIEC) et de toute entreprise dont la compagnie d'État détiendrait au moins 50% du capital. Ces sanctions leur bloquent aussi l'accès au système financier américain.

Selon Washington, la CEIEC apporte son expertise à l'entreprise publique de télécommunications du Venezuela, qui a bloqué des médias indépendants ainsi que des retransmissions en streaming du chef de l'opposition Juan Guaido, reconnu comme président par intérim par le gouvernement américain et de nombreux autres pays européens et sud-américains.

La société chinoise offre, d'après le Trésor américain, une "version commerciale du +Great Firewall+ de Pékin" -- jeu de mots sur la Grande Muraille de Chine (Great Wall) et le pare-feu (firewall) pour décrire le filtre mis en place par le pouvoir communiste afin d'éviter tout accès des Chinois à des informations qu'il juge politiquement sensibles.

"Les États-Unis n'hésiteront pas à viser tous ceux qui étouffent la volonté démocratique des Vénézuéliens et d'autres à travers le monde", a prévenu le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin dans un communiqué.

La Chine est un des principaux soutiens et partenaires commerciaux du Venezuela du président Nicolas Maduro, qui résiste à la pression économique de Washington pour le chasser du pouvoir.

Caracas organise dimanche des élections législatives à l'occasion desquelles le dirigeant socialiste espère reprendre le contrôle de l'Assemblée nationale, seule institution contrôlée par l'opposition.

Juan Guaido appelle au boycott de ce qu'il considère, à l'instar de nombreux observateurs internationaux, comme un processus truqué.

Selon le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, la CEIEC "soutient les efforts vicieux du régime Maduro pour réprimer la contestation politique et saper les processus démocratiques depuis 2017".

"Les tentatives désespérées de Maduro pour manipuler les processus démocratiques montrent sans l'ombre d'un doute que toute élection organisée par un régime illégitime ne sera ni libre ni juste, à commencer par les élections parlementaires du 6 décembre", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe

Le président élu Joe Biden continue de bâtir son équipe
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19

Les États-Unis se préparent à faire face à une nouvelle flambée de cas de covid-19
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG