Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Trump annonce des droits de douane sur tous les produits mexicains

Le président du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, le 9 juillet 2018.

Donald Trump a annoncé jeudi que les Etats-Unis prélèveraient à partir du 10 juin des droits de douane de 5% sur tous les produits importés du Mexique et que ces taxes, progressivement relevées, seraient en vigueur tant que les flux de migrants clandestins ne seraient pas stoppés.

Il s’agit d’une escalade dans les relations entre le président américain et son voisin du sud, sur fond de recrudescence du nombre de migrants arrivant à la frontière entre les deux pays pour demander l’asile aux Etats-Unis.

Donald Trump avait plus tôt dans l’année menacé de fermer la frontière mexicaine ou d’imposer des droits de douane sur les voitures importées en provenance du Mexique si les autorités mexicaines n’étaient pas plus actives pour stopper les “caravanes” de migrants venus d’Amérique centrale.

“Les droits de douane vont progressivement augmenter jusqu’à ce que le problème d’immigration illégale soit résolu”, auquel cas ces tarifs douaniers seront alors supprimés, a déclaré le président américain sur Twitter.

Dans un communiqué transmis par la Maison blanche, il précise que son administration relèvera les droits de douane à 10% au 1er juillet et continuera de les augmenter chaque mois jusqu’à ce qu’ils atteignent 25% au 1er octobre prochain.

Des droits de douane de 25% resteront alors en vigueur tant que le Mexique n’aura pas “stoppé considérablement” le flux de migrants arrivant à la frontière avec les Etats-Unis, ajoute-t-il.

Cette annonce a provoqué des remous sur les marchés financiers, qui craignent que des tensions commerciales supplémentaires aient un impact négatif sur l’économie mondiale. Le peso mexicain reculait à un plus bas en trois mois face au dollar suite aux déclarations de Trump.

“DÉSASTRE”

Andres Manuel Lopez Obrador a dit vouloir éviter une “confrontation” avec les Etats-Unis et a ordonné à son ministre des Affaires étrangères de se rendre dès vendredi à Washington pour des discussions.

Dans une lettre adressée à son homologue américain, le président mexicain déclare que le Mexique assume ses responsabilités en faisant tout pour empêcher le passage de migrants tout en respectant les droits de l’homme.

Le ministère mexicain des Affaires étrangères a dénoncé une mesure injustifiée, inattendue et “très extrême”.

Cela serait un “désastre” si Donald Trump venait effectivement à mettre en oeuvre sa menace, a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères, Jesus Seade.

Il a ajouté que Mexico privilégiait la conclusion d’un accord commercial mais était prêt à répondre “avec fermeté”.

Donald Trump, qui entend lutter contre le flux de migrants venus d’Amérique centrale pour demander l’asile sur le territoire américain, a jusqu’à présent échoué à convaincre le Congrès américain de durcir les lois en matière d’immigration et de lui allouer les fonds pour la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

Selon des représentants américains, 80.000 migrants clandestins ont été placés en détention, avec en moyenne 4.500 arrivées illégales par jour, un flux face auquel les équipes aux frontières se retrouvent en difficulté.

Un représentant de haut rang de la Maison blanche a déclaré que Donald Trump était particulièrement préoccupé par l’arrestation de 1.036 migrants qui traversaient illégalement la frontière mexicaine mercredi. Il s’agit, selon des membres de l’administration, du plus important groupe de migrants arrivés depuis octobre dernier.

D’après une source proche du président américain, un débat a eu lieu au sein de la Maison blanche autour des mesures commerciales à engager ou non à l’égard du Mexique.

“La coopération passive du Mexique dans cette intrusion de masse présente une urgence et une menace extraordinaire à la sécurité nationale et à l’économie des Etats-Unis”, déclare le président américain dans le communiqué.

“Le Mexique a des lois très strictes en matière d’immigration et pourrait facilement stopper le flux de migrants clandestins, notamment en les renvoyant dans leurs pays d’origine”, ajoute-t-il.

Des représentants américains affirment que le système d’immigration est dépassé par l’arrivée de milliers de migrants, notamment car les installations aux frontières ne sont suffisantes pour accueillir ces migrants venus pour la plupart avec des enfants.

Avec Reuters

Toutes les actualités

Coronavirus: Le Panama et le Pérou réglementent les sorties sur la base du sexe

Bénévole du Plan de solidarité du Panama portant un masque alors qu’il livre de la nourriture aux familles à faible revenu du quartier El Chorrillo de Panama City en période de pandémie de coronavirus, 1er avril 2020. (Photo Luis Acosta/AFP)

Une moitié de la semaine, seuls les hommes peuvent sortir faire des courses. L'autre, c'est au tour des femmes. Ces deux pays d'Amérique latine disent avoir mis en place cette mesure pour combattre la pandémie de coronavirus.

Jusqu'à présent, le Panama avait fermé ses frontières, suspendu les classes, interdit l'entrée aux étrangers et mis en place un confinement obligatoire, avec des sorties limitées à deux heures par jour pour les achats essentiels. La décision, prise lundi, est entrée en vigueur mercredi. Ces nouvelles mesures doivent durer deux semaines.

Désormais, les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi, tandis que les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. Et le dimanche, personne ne sort, sans exception.

Les autorités panaméennes dénoncent le non-respect des mesures de confinement prises par les autorités depuis le 24 mars. Le "mécanisme le plus simple" à mettre en place pour réduire le nombre de personnes dans la rue était donc "d'attribuer certains jours pour circuler aux femmes et certains jours pour circuler aux hommes", a estimé le ministre de l'Intérieur Juan Pino.

La communauté des personnes transgenres dit craindre des arrestations. L'Association des hommes et femmes neufs du Panama (AHMNP), qui défend les droits de la communauté LGBT+, dénonce "l'effroi" provoqué par cette mesure.

Ces jours-ci, les barrages de police et les contrôles se sont multipliés dans les rues de la capitale panaméenne. Des vigiles contrôlent aussi l'identité des clients à l'entrée des supermarchés.

Le président péruvien Martin Vizcarra a annoncé jeudi soir une mesure identique, jusqu'à la fin du confinement prévue le 12 avril. Trois jours de sortie pour les hommes (lundi, mercredi, vendredi), trois jours également pour les femmes (mardi, jeudi, samedi) et le dimanche, aucune sortie pour personne comme au Panama.

M. Vizcarra a souligné que les militaires et policiers qui patrouillent devraient respecter les homosexuels et transsexuels.

Arrivée d’un navire-hôpital à New York

Arrivée d’un navire-hôpital à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

La convention du parti démocrate reportée

La convention du parti démocrate reportée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG