Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump à la frontière avec le Mexique: "Rien de tel qu'un mur"

Le Président des États-Unis, Donald Trump, sur les rives du Rio Grande lors de sa visite à la frontière américano-mexicaine à Mission, au Texas, le 10 janvier 2019.

Le président américain Donald Trump a défendu jeudi à McAllen, ville texane frontalière avec le Mexique, son projet de mur, source d'un vif conflit avec les démocrates qui a provoqué la paralysie partielle de l'administration fédérale.

"C'est du bon sens. Ils ont besoin d'une barrière, ils ont besoin d'un mur. Sans cela, il n'y aura que des problèmes. Et la mort, beaucoup de morts", a lancé M. Trump, casquette blanche "Make America Great Again" vissée sur le crane.

"La roue fonctionne, le mur fonctionne. Rien de tel qu'un mur", a-t-il ajouté lors d'une table ronde, évoquant les migrants illégaux qui profitent selon lui des zones "où il est impossible de déterminer si vous êtes au Mexique ou aux Etats-Unis".

Le locataire de la Maison Blanche réclame 5,7 milliards de dollars pour l'édifice promis avec force lors de sa campagne. Ses adversaires refusent catégoriquement de débloquer des fonds pour un projet qu'ils jugent "immoral", coûteux et inefficace.

L'impasse des discussions budgétaires a des conséquences très concrètes: depuis plus de deux semaines, quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux ne sont plus payés.

Une paralysie prolongée du gouvernement fédéral aurait "un effet notable" sur la première économie du monde, a par ailleurs mis en garde le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell.

Avant d'atterrir au Texas, M. Trump a, d'un tweet, annoncé qu'il annulait sa participation au Forum économique mondial de Davos, qui aura lieu du 21 au 25 janvier, mettant en avant "l'intransigeance des démocrates".

"Je pense qu'il est beaucoup plus facile de négocier avec la Chine qu'avec le parti d'opposition", avait-il affirmé depuis les jardins de la Maison Blanche, une déclaration pour le moins surprenante de la part d'un président américain.

Le record du plus long "shutdown" de l'histoire pourrait tomber si aucun compromis n'est trouvé d'ici samedi. Il est de 21 jours, et remontre à 1995-1996, sous la présidence de Bill Clinton.

- "Caprice" présidentiel -

Preuve des tensions politiques qui bloquent toute avancée à Washington, Donald Trump a abruptement quitté mercredi une rencontre avec les ténors démocrates.

"Le président s'est levé et est parti", a relaté Chuck Schumer, leader des démocrates au Sénat, juste après cette brève réunion, évoquant un "caprice" présidentiel.

Nancy Pelosi, présidente démocrate de la Chambre des représentants, a de son côté accusé le président d'être obnubilé par cette construction et d'en oublier la dimension humaine de la crise budgétaire en cours pour les fonctionnaires concernés.

"Il pense peut-être qu'ils peuvent juste demander plus d'argent à leur papa. Mais ils ne peuvent pas", a-t-elle lancé dans une allusion à peine voilée aux sommes énormes que Donald Trump a reçues de son père au début de sa carrière.

Pour le sénateur républicain de Louisiane John Kennedy, les choses sont claires: le président n'a pas l'intention "de céder d'un millimètre".

Ces derniers jours, l'idée a refait surface de réintroduire dans les négociations la question sensible du "Daca", programme offrant un permis de séjour temporaire à plusieurs centaines de milliers de jeunes clandestins, qui avait été créé par Barack Obama puis supprimé par Donald Trump.

Depuis le Texas, le milliardaire républicain a une nouvelle fois évoqué l'hypothèse de déclarer une "urgence" nationale pour activer des pouvoirs extraordinaires, une procédure qui plongerait le pays dans un extraordinaire affrontement politico-judiciaire.

Les autorités mexicaines ont annoncé jeudi la découverte de 21 corps --dont certains carbonisés-- près de la frontière américano-mexicaine après une fusillade entre gangs criminels, à moins de 100 km de McAllen, où se trouvait Donald Trump.

Le Tamaulipas, qui jouxte le Texas, est devenu l'un des Etats les plus violents du Mexique. Des narcotrafiquants s'y affrontent pour contrôler les routes de la drogue vers le nord.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les pays membres de l'OIT ratifient une convention sur le travail des enfants

Un membre du personnel de l'OIT debout à côté d'un panneau montrant le logo de l'OIT, avant l'ouverture de la 95e Assemblée de l'Organisation internationale du travail (OIT) au siège européen des Nations Unies à Genève , Suisse, mercredi 30 mai 2007. (KEYSTONE / Salvatore Di Nolf

Vingt-et-un ans après son élaboration, une convention visant à éradiquer les pires formes de travail des enfants a été adoptée par l'ensemble des 187 États membres de l'Organisation internationale du travail, avec la ratification mardi de Tonga.

"Pour la première fois dans l'histoire de l'OIT, une convention internationale du travail a été ratifiée par tous les États membres, la convention 182 sur les pires formes de travail des enfants, après sa ratification par le royaume de Tonga", un État polynésien (Pacifique Sud), a annoncé Guy Ryder, le directeur général de l'OIT lors d'une conférence de presse en ligne.

Pour Guy Ryder, cela "reflète un engagement mondial selon lequel les pires formes de travail des enfants, telles que l'esclavage, l'exploitation sexuelle, l'utilisation des enfants dans les conflits armés ou d'autres travaux dangereux ou illicites qui compromettent la santé, la moralité et le bien-être psychologique des enfants, n'ont pas leur place dans notre société".

Si théoriquement, désormais "tous les enfants du monde entier bénéficient d'une protection juridique essentielle contre les pires formes de travail des enfants", le directeur général de l'OIT a reconnu qu'il restait "d'énormes défis" à surmonter.

Selon une étude conjointe de l'Organisation des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et de l'OIT, institution spécialisée de l'ONU, le nombre d'enfants qui travaillent dans le monde a diminué de 94 millions depuis 2000.

Cependant, 152 millions d'enfants restaient contraints au labeur, dont 73 millions accomplissaient des travaux dangereux, selon les dernières estimations de l'OIT portant sur la période 2012-2016.

Et les progrès dans la réduction de ce nombre "ralentissent" aujourd'hui, voire pourraient être anéantis par la pandémie de Covid-19.

La crise découlant de la pandémie risque de conduire pour la première fois en vingt ans à une hausse globale du travail des enfants, avec des millions supplémentaires forcés de travailler quand leurs familles plongent dans la pauvreté, a déjà averti l'ONU.

Soixante-dix pour cent de l’ensemble du travail des enfants concernent l’agriculture et sont essentiellement liés à la pauvreté et aux difficultés de leurs parents à trouver un travail décent.

Selon le texte de la convention, "tout pays qui (la) ratifie doit prendre des mesures immédiates et efficaces pour assurer l'interdiction et l'élimination des pires formes de travail des enfants et ce, de toute urgence".

Parmi ces pires formes, sont compris notamment, l'esclavage, la servitude pour dettes, le travail forcé ou obligatoire, y compris en vue de leur utilisation dans des conflits armés, toute activité illicite (prostitution, pornographie, production et trafic de stupéfiants) ou nuisible à la santé, la sécurité ou la moralité de l'enfant.

"Lorsqu'un pays s'engage légalement à agir d'une certaine manière, cela nous donne un véritable levier pour progresser", a estimé M. Ryder.

"Cela fait une différence mais ce n'est pas une solution miracle", a-t-il reconnu.

L'ouragan Isaias frappe la côte Est des Etats-Unis

L'ouragan Isaias frappe la côte Est des Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Un ancien lieutenant-colonel rwandais recherché pour avoir pris part au génocide

Un ancien lieutenant-colonel rwandais recherché pour avoir pris part au génocide
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:40 0:00

Une frange du parti républicains bat compagne contre le président Trump

Une frange du parti républicains bat compagne contre le président Trump
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:29 0:00

Donald Trump a adopté une politique de plus en plus dure face à Pékin

Donald Trump a adopté une politique de plus en plus dure face à Pékin
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG