Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Sept ans après Katrina, Isaac menace la Louisiane

La Nouvelle Orléans lors du passage dévastateur de Katrina en 2005, VOA
Le premier jour de la convention nationale du parti républicain à Tampa en Floride aura été perturbé ce lundi par la tempête tropicale Isaac, qui a suivi sa route en direction du Golfe du Mexique.

Le Centre National des Ouragans indique qu’Isaac devrait se transformer en ouragan mardi. Jusqu’ici, des vents d’environ 100 km/heure ont été enregistrés sur la trajectoire de la tempête qui s’est abattue sur Haïti et Cuba, et qui se déplace à environ 22 km/heure pour atteindre la côte du Golfe quelque part entre la Floride et la Louisiane, estiment les météorologistes.

L’état d’urgence a été déclaré en Alabama, Floride, Louisiane et dans le Mississipi, où il faut s’attendre à plus de 46 centimètres de pluie.

Le maire de la Nouvelle-Orléans, Mitch Landrieu, a averti la population qu’elle pourrait se retrouver sans eau ni électricité pendant plusieurs jours. Il a également prévenu qu’il faudrait respecter tout ordre d’évacuation, le cas échéant, car lors du passage dévastateur de Katrina en 2005, une grande partie de la population était restée sur place. Quelques 1800 personnes avaient alors péri, et des milliers se sont retrouvées sans domicile. Ce mercredi 29 août marquera d’ailleurs le septième anniversaire de Katrina.

Avant de passer samedi dernier dans l’est de Cuba, Isaac aura tué au moins 19 personnes en Haïti, où environ 400.000 personnes vivent encore dans des camps de déplacés, suite au terrible tremblement de terre de 2010, qui avait fait plus de 250.000 morts.

Selon la protection civile d’Haïti, Isaac aura détruit ce weekend plus de trois cent maisons et endommagé plus de deux mille autres, tandis qu’environ quinze mille personnes ont été évacuées, a-t-elle précisé.

Toutes les actualités

Donald Trump menace de déplacer la convention républicaine, prévue fin août en Caroline du Nord

Donald Trump menace de déplacer la convention républicaine, prévue fin août en Caroline du Nord
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:25 0:00

Ce que Memorial Day représente pour les Américains

Ce que Memorial Day représente pour les Américains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Première sortie publique de Joe Biden depuis le 15 mars

L'ancien vice-président Joe Biden parle lors de la troisième journée de la Convention nationale démocrate à Philadelphie, 27 juillet, 2016. (AP Photo / J. Scott Applewhite)

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Joe Biden, a fait lundi sa première sortie publique en plus de deux mois, avec un masque, pour une brève cérémonie de dépôt de gerbe sur un monument aux anciens combattants américains près de son domicile, en ce jour férié de Memorial Day.

"Cela fait du bien de sortir de chez moi", a lâché le candidat, 77 ans, reclus depuis mi-mars avec sa femme, Jill, dans sa maison de Wilmington dans le Delaware, dont il sortait tout de même pour des promenades périodiques à pied et à vélo, selon lui.

Joe Biden n'avait participé à aucun événement public depuis un débat dans un studio de télévision contre son ex-rival des primaires Bernie Sanders le 15 mars, un confinement handicapant en pleine campagne présidentielle, alors que son adversaire Donald Trump est très présent dans l'actualité et sort régulièrement de la Maison Blanche.

Le président, lui, ne porte pas de masque en public. Il a repris le golf ce week-end, après plus de deux mois d'interruption, alors que le déconfinement est largement engagé dans l'ensemble des Etats-Unis.

La campagne de l'ancien vice-président de Barack Obama s'était brusquement arrêtée avec les premières décisions de confinement en mars. Un meeting dans l'Ohio avait été annulé à la dernière minute le 10 mars et remplacé par un discours dans une salle à demi-vide à Philadelphie ce soir-là, puis il avait fait une conférence de presse dans un hôtel de Wilmington le 12 mars.

C'est confiné qu'il a célébré sa victoire aux primaires, et depuis plus de deux mois, il tente de faire campagne à distance, depuis un studio installé dans sa maison, pour le scrutin présidentiel de novembre.

Lundi, il a échangé quelques mots avec des soutiens et des journalistes, à bonne distance, et en gardant son masque sur le visage, ce qui a rendu la compréhension difficile. "N'oublions jamais les sacrifices de ces hommes et femmes. N'oublions jamais", a-t-il dit.

Accusations contre le président de la BAD : Washington demande une enquête indépendante

Le président Trump avec des dirigeants africains. De gauche à droite, le président kenyan, le président de l'UA Alpha Condé, le président de la BAD Akinwumi Adesina, le vice-président nigérian et le Premier ministre éthiopien, à Taormina, Italie, le 27 mai 2017. (AP/A. Medichini)

Les Etats-Unis ont demandé à la Banque africaine de développement (BAD) de lancer une enquête indépendante sur les accusations de prévarication contre son président Akinwumi Adesina, dans une lettre du secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin obtenue par l'AFP lundi.

Faisant part de ses "sérieuses réserves" sur la décision de la BAD de blanchir son président de toutes les accusations, Steven Mnuchin demande "une enquête approfondie sur ces allégations par un enquêteur extérieur indépendant", dans son courrier daté du 22 mai, adressé à la présidente du bureau du conseil des gouverneurs de la BAD, la ministre ivoirienne du Plan et du développement Kaba Nialé.

Sur recommandation de son comité d'éthique, la BAD avait totalement disculpé M. Adesina de multiples accusations telles que "comportement contraire à l'éthique, enrichissement personnel et favoritisme", formulées début avril par des "lanceurs d'alerte" anonymes se présentant comme un groupe d'"employés inquiets".

Ancien ministre nigérian de l'Agriculture, devenu président de la BAD en 2015, M. Adesina, 60 ans, est seul candidat à sa réélection pour un nouveau mandat de cinq ans. L'institution panafricaine de développement doit élire son nouveau président fin août - le scrutin initialement prévu fin mai ayant été reporté à cause de l'épidémie de coronavirus.

"Considérant l'étendue, la gravité et la précision des allégations contre le seul candidat au leadership de la Banque pour les cinq prochaines années, nous pensons qu'une enquête plus approfondie est nécessaire pour que le président de la BAD bénéficie du soutien et de la confiance complets des actionnaires", précise le secrétaire américain au Trésor.

Dans une lettre longue et détaillée, les "lanceurs d'alerte" reprochaient à M. Adesina diverses malversations, ainsi que son favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians. Il était aussi accusé d'avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraudes ou de corruption, ou de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ, sans les sanctionner.

Affirmant "avoir procédé à un examen point par point de toutes les allégations contenues dans la plainte", le Comité d'éthique de la BAD avait conclu qu'elle "ne reposait sur aucun fait objectif et solide".

Les lanceurs d'alerte avaient alors réclamé une enquête indépendante.

La BAD, une des cinq principales banques multilatérales de développement au monde, a réalisé en octobre 2019 une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars, considérée comme un succès personnel pour le président Adesina.

La BAD compte 80 pays actionnaires (54 pays africains et 26 non africains, d'Europe, d'Amérique et d'Asie).

Escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis

Escalade des tensions entre la Chine et les États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG