Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Trois personnes tuées par balles dans une manifestation dans l’Est

Les manifestants crient à côté d'un barrage routier au milieu de l'avenue principale de Beni lors d'une manifestation contre le report des élections sur le territoire des Beni et de la ville de Butembo le 27 décembre 2018.

Trois personnes ont été tuées lundi par des balles tirées par la police dans la répression d'une manifestation contre l'insécurité dans une région de l'est de la République démocratique du Congo, où des tueries sont quasi quotidiennes.

"Il y avait une manifestation au cours de laquelle trois personnes viennent de mourir : un jeune garçon d'environ 25 ans a reçu une balle au niveau de l'abdomen, il est mort à l'hôpital; un pygmée a été atteint par balle, il est mort sur place; un enfant a été atteint aussi par balle et est aussi décédé", a déclaré à l'AFP Donat Kibwana, administrateur du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Cet incident a eu lieu à Oicha, cité située à 30 km au nord de la ville de Beni. Les manifestants protestaient contre une attaque survenue la veille et attribuée aux milices ougandaises musulmanes des Forces démocratiques alliées (ADF), au cours de laquelle deux personnes avaient été tuées.

"La police a dispersé les manifestants par des tirs à balles réelles et du gaz lacrymogène, pour l'instant le bilan est de trois morts dont une femme pygmée", a accusé Noella Katongerwaki, présidente de la société civile du territoire de Beni.

Les activités sont "paralysées dans la cité d'Oicha. Nous demandons à l'armée de faire son travail. Nous ne pouvons pas comprendre que notre armée n'arrive toujours pas à nous sécuriser contre les ADF", a ajouté un autre activiste, Janvier Kasairio.

La police a accusé certains manifestants de détenir des armes et a annoncé l'arrestation d'au moins deux d'entre eux.

"Nous avons vu des jeunes gens surgir dans la rue, d'autres barricadaient la route principale, nous les avons dispersés mais certains parmi eux étaient armés. Deux sont déjà aux arrêts, ils étaient en possession d'une arme à feu", a affirmé le colonel Umbi Azalendanya, chef de la police du territoire de Beni, interrogé par l'AFP.

-'Encadrer les manifestants au lieu de les tuer'-

"On ne peut pas tuer les citoyens parce qu'ils manifestent, c'est inacceptable. La police aurait dû encadrer les manifestants au lieu de les tuer. Nous exigeons des enquêtes pour que ces policiers tueurs soient jugés", tempête Jean-Paul Ngahangondi, un élu provincial de Beni.

La maison d'un policier accusé d'être l'auteur du tir qui a coûté la vie au jeune homme de 25 ans a été incendiée par des habitants en colère. L'après-midi, l'ambulance de l'armée circulait dans les rues d'Oicha, ont rapporté des témoins.

Un peu plus au sud, à Butembo, important carrefour commercial, des membres de Veranda Mutshanga, un groupe de pression, ont barricadé la route, brûlé des pneus en signe de protestation contre les tueries de Beni. La police les a dispersés sans causer de dégâts, selon des témoignages recueillis par l'AFP.

"Une journée ville morte a été observée à l'appel de Veranda Mutshanga, la population a bloqué quelques artères, des magasins sont fermés", a nuancé une source onusienne.

Beni et ses environs - considérés comme zone d'action des miliciens ougandais ADF et repaire de nombreux groupes armés - sont la cible d'attaques meurtrières d'hommes armés depuis octobre 2014.

Cette série de massacres attribués à ce groupe armé sanguinaire a fait plusieurs centaines des morts parmi des civils. Depuis, des actions militaires s'y déroulent sans mettre un terme aux tueries dans cette région érigée en zone opérationnelle.

La semaine dernière, l'armée congolaise avait mis en garde contre toute formation des jeunes aux métiers des armes en dehors des canaux légalement établis dans le Nord-Kivu.

"Les jeunes désireux de servir la patrie sous le drapeau doivent obligatoirement suivre le processus normal de recrutement (...) Autrement, tout mouvement de jeunesse armée, toute milice armée sera considérée comme une force négative et traitée comme telle", avait averti l'armée.

L'Est congolais est en proie à l'insécurité depuis 25 ans. Un récent rapport de l'ONG Human Rights Watch et du Groupe d'étude sur le Congo a répertorié plus de 130 groupes armés dans la seule région du Kivu.

Toutes les actualités

Coronavirus: Bukavu isolée du reste de la RDC pendant 15 jours

Coronavirus: Bukavu isolée du reste de la RDC pendant 15 jours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:14 0:00

Ebola de retour: entretien avec le gouverneur de l'Équateur

Ebola de retour: entretien avec le gouverneur de l'Équateur
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo

Nouveaux cas d'Ebola dans le nord-ouest du Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Destitution du maire de la ville de Beni, dans l'est congolais

Des militants du mouvement de la société civile, Lutte pour le changement (Lucha),à la procession funéraire d'un activiste congolais pro-démocratie tué à Goma, le 14 juin 2018.

Le maire de la ville-martyre de Beni dans l'est de la République démocratique du Congo a été démis de ses fonctions après avoir accusé le gouverneur et les élus d'entretenir l'insécurité dans cette ville, a-t-on appris dimanche de source administrative.

Après le décès le 21 mai à Beni d'un activiste du mouvement Lutte pour le changement (Lucha) dans la dispersion d'une manifestation contre des massacres des civils par des membres du groupe Forces démocratiques alliées (ADF), des jeunes avaient appelé à la démission du maire.

"Ceux qui tuent à Beni sont les politiciens", a dit le maire Bwanakawa Nyonyi, accusant "les députés nationaux et les députés provinciaux, malheureusement en complicité avec le gouvernement provincial" du Nord-Kivu (est) d'avoir instrumentalisé ces jeunes, dans une interview à une radio locale.

L'objectif poursuivi par ces responsables provinciaux, selon lui, est que la ville de Beni "puisse paraître comme ingouvernable", afin de justifier son remplacement par une personnalité choisie par le gouvernement provincial.

En réaction le gouverneur a décidé de le suspendre "par mesure d'ordre" public, peut-on lire dans l'arrêté consulté par l'AFP.

Le gouverneur reproche au maire suspendu d'avoir "brillé par des actes subversifs allant jusqu'à jeter l'opprobre sur l’exécutif", ainsi que d'avoir manqué au devoir "de réserve sur le plan communicationnel".

Le territoire et la ville de Beni sont le théâtre de massacres effectués par des membres du groupe armé violent ADF qui ont tué au moins 427 civils dans la province du Nord-Kivu depuis novembre, en représailles aux opérations militaires menées contre leurs fiefs.

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes

La fermeture des frontières terrestres RDC-Rwanda affame les commerçantes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG