Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

Trois morts après une manif anti-Condé

La police guinéenne arrête un manifestant

Trois Guinéens ont été tués par balle lors des heurts survenus jeudi à Conakry après la dispersion par les forces de sécurité d'une nouvelle manifestation d'opposants au président Alpha Condé, selon un bilan mis à jour vendredi auprès de l'opposition et de l'hôpital.

Ces décès portent à au moins 20 le nombre de civils tués depuis le début, le 14 octobre, d'une mobilisation contre un éventuel troisième mandat du président Condé. Un gendarme a également été tué.

Les Guinéens sont à nouveau descendus en masse jeudi dans les rues de la capitale à l'appel du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), qui mène la contestation. Des violences ont éclaté sur le trajet de la marche, puis se sont étendues à plusieurs quartiers.

Alpha Souleymane Diallo, 16 ans, Abdouramane Diallo, 19 ans, et Amadou Oury Barry, 32 ans, ont été tués par les forces de sécurité au cours "d'expéditions punitives" et "en dehors de toute manifestation", a rapporté le FNDC sur les réseaux sociaux.

Au moins 66 personnes ont été blessées, dont 26 par des balles tirées par les policiers ou les gendarmes, a dit à l'AFP Abdoulaye Oumou Sow, un responsable de ce collectif de partis d'opposition, de syndicats et de membres de la société civile.

Amadou Oury Barry a été touché par balle "alors qu'il était enfermé dans une boutique", a dit un proche de la famille.

Les trois décès ont été confirmés par une source médicale à l'hôpital de l'Amitié sino-guinéenne.

Aucun commentaire n'a été obtenu auprès des autorités qui n'ont fait état jusqu'alors que d'un mort.

La Guinée, coutumière des protestations et des répressions brutales, est en proie à l'agitation depuis que le FNDC a appelé à faire barrage au projet prêté à M. Condé, élu en 2010 et réélu en 2015, de briguer sa propre succession en 2020 et de réviser dans ce but la Constitution, qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels.

Guinée: Amnesty International met en garde contre les violations des droits humains avant les élections de 2020
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

La veille de la manifestation de jeudi, les forces de sécurité avaient fait l'objet d'un rapport accusateur d'Amnesty International. Il dénonce l'usage excessif de la force, les interdictions de manifestations pacifiques, les arrestations "massives" et "arbitraires", les cas de torture et l'impunité des gendarmes et policiers.

Le gouvernement s'est défendu contre un rapport ignorant selon lui ses efforts.

A 81 ans, M. Condé, ancien opposant historique qui fut le premier président démocratiquement élu après des décennies de régimes autoritaires et militaires, entretient le flou sur ses intentions, mais a lancé en septembre des consultations sur la Constitution.

Toutes les actualités

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen

Ebola: préparatifs d'une équipe de riposte dans un centre médical guinéen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Retour d'Ebola: les experts optimistes

Retour d'Ebola: les experts optimistes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:48 0:00

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée

Les vaccinations contre le virus Ebola se poursuivent en Guinée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola

Arrivée en Guinée des vaccins contre Ebola
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Début de la vaccination anti-Ebola en Guinée

Des agents de la santé, vêtus d’équipement de protection contre le virus Ebola, transportent sur une civière les restes d'un enfant nouveau-né suspecté mort après avoir contracté l’épidémie, à Dubreka, Guinée, le 19 juin 2015

Plus de 11.000 doses de vaccin contre la fièvre hémorragique Ebola sont arrivées lundi soir par avion en Guinée pour commencer mardi la vaccination après la réapparition de la maladie dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Les 11.300 doses de vaccin Merck fournies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) devaient initialement atterrir dimanche, mais l'avion en provenance de Genève a été empêché de se poser par d'épais nuages saisonniers de poussière et a été dérouté sur le Sénégal et Dakar.

Un avion de United Mining Supply, entreprise de transport et de logistique spécialisée dans l'activité minière en Guinée, a été dépêché au Sénégal pour assurer le transbordement et convoyer les vaccins.

Les lourds cartons frappés du sigle OMS ont été débarqués en Guinée après 20H00 (locales et GMT), a rapporté un correspondant de l'AFP.

Une partie d'entre eux doit continuer son chemin vers Gouecké et Nzérékoré (sud-est), en Guinée forestière, région voisine de la Sierra Leone, du Liberia et de la Côte d'Ivoire où Ebola a récemment fait cinq morts.

C'est la première résurgence d'Ebola en Afrique de l'Ouest depuis l'épidémie de 2013-2016 qui a causé plus de 11.300 décès, principalement en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Ebola est également réapparu récemment en République démocratique du Congo.

La vaccination est prévue à partir de mardi à Conakry et en Guinée forestière.

Mercredi, 8.700 doses supplémentaires sont attendues en Guinée en provenance des Etats-Unis.

Le virus Ebola se transmet à l'homme par des animaux infectés. La transmission humaine se fait par les liquides corporels, avec pour principaux symptômes des fièvres, vomissements, saignements, diarrhées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG