Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Seize morts dans une attaque et des représailles intercommunautaires


L’hôpital Yalgado Ouédraogo, plus grand centre hospitalier du Burkina Faso, 7 décembre 2018. (VOA/Lamine Traoré)

Au moins 16 personnes ont été tuées mardi dans une attaque armée dans un village et dans des représailles qui ont suivi contre des éleveurs peulh à Yirgou, un village de la commune de Barsalogo dans le centre-nord du pays, a précisé mercredi à la télévision nationale Siméon Sawadogo, ministre de l’Administration territoriale.

"Hier aux environs de 7h30, des hommes armés sont arrivés dans le village de Yirgou et ils ont abattu le chef de ce village, qui est en même temps un conseiller municipal de la commune, avec trois de ses fils et son petit-frère", a expliqué à VOA Afrique dans une interview, le maire de Barsalogho, Abdoulaye Pafadnam.

Il a ajouté que l’attaque a été perpétrée par des hommes armés non identifiés venus des provinces du Nord.

Cinq candidats ont pu passer le test des parrainages
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

"Au total, six personnes ont été abattues", mardi matin, selon M. Pafadnam, par les assaillants qui sont repartis d’où ils sont venus. Selon le ministre Sawadogo, une septième personne est morte durant cette attaque et deux autres dans un autre village de la région lors d’actes de représailles.

Les populations du village se sont mobilisés et ont fait appel aux forces d’autodéfense, appelées Koglweogo, pour les aider dans la traque des agresseurs. Ces représailles ont entrainé l’exécution de sept éleveurs peulh de la zone.

"Ils ont cherché d’abord à suivre les traces de ces assaillants, mais sans résultat. Au retour sur les lieux, tout le monde était hors de lui. Et toutes les personnes qui ont été identifiées comme étant de présumés complices ont été exécutées. Ils ont jugé que ces individus étaient de mèche avec ceux qui sont venus abattre le vieux", rapporte le maire.

Il a précisé que le bilan pourrait bien s’alourdir parce que, dit-il, dans plusieurs autres villages de la région, "les populations ont poursuivi les éleveurs peuls" qu’ils accusent d’être des complices des assaillants.

Des renforts de gendarmes et de policiers sont arrivés sur place.

Les Mossis sont l'ethnie majoritaire au Burkina. Les Peuls sont des éleveurs nomades présents dans toute l'Afrique de l'Ouest, qui dénoncent leur assimilation aux groupes jihadistes de la région, rejoints par certains membres de leur communauté.

Lundi, le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a décrété l'état d'urgence dans plusieurs régions du pays, pour contrer la menace terroriste des islamistes armés.

Le Burkina Faso est confronté depuis trois ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières. D'abord concentrées dans le nord du pays, elles se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin.

Les attaques attribuées notamment aux groupes jihadistes Ansaroul Islam et Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) ont fait plus de 270 morts depuis 2015. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises.

XS
SM
MD
LG