Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Guinée

13 condamnations à perpétuité pour l'assassinat d'un prédicateur saoudien

Policiers à Conakry, en Guinée, le 22 mars 2018.

Un tribunal de l'est de la Guinée a condamné lundi à la prison à perpétuité 13 personnes, dont 12 par contumace, pour l'assassinat par balle d'un prédicateur saoudien en janvier 2018, a-t-on appris mardi de sources judiciaires.

L'assassinat de ce Saoudien, membre d'une mission de prédication et de construction de mosquées dans cette région frontalière du Mali et de la Côte d'Ivoire, avait été imputé à un groupe de chasseurs traditionnels. Au lendemain du meurtre, dans le village de Kantébalandougou, un chef des chasseurs locaux avait été assassiné à son tour à coups de poignard.

Parmi les 13 prévenus, un seul a comparu, les autres ayant pris la fuite, notamment vers la Côte d'Ivoire et d'autres pays voisins, selon une source proche du tribunal de Kankan.

"Seul Moussa Kanté, le cerveau de l'affaire, a comparu devant le tribunal, plaidant non coupable", a déclaré à l'AFP le juge, Kpoulomou Gbamon.

Tous reconnus "coupables d'assassinat et de tentative d'assassinat" -- sur un habitant qui accompagnait en moto le prédicateur et avait été grièvement blessé -- ils ont été condamnés à perpétuité avec une période de sûreté de 30 ans, selon la même source.

En outre, ils ont été condamnés au civil à payer un franc symbolique aux héritiers du défunt et 500 millions de francs guinéens (48.000 euros) au blessé, à titre de dommages et intérêts, a précisé le juge.

Le procureur, Aly Touré, qui avait requis le perpétuité contre l'ensemble des accusés, s'est félicité du verdict. Au nom du collectif des avocats de la défense, Me Moussa Kanté a annoncé qu'ils faisaient appel de cette décision.

Selon les premiers éléments de l'enquête, le Saoudien avait organisé un prêche "en compagnie de deux de ses compatriotes, prêche qui n'a pas été du goût d'une partie de la population locale, notamment des chasseurs traditionnels qui ont monté une embuscade contre lui", avait affirmé à l'époque une source de sécurité, sans pouvoir en préciser la teneur.

Les groupes wahhabites d'inspiration saoudienne, pratiquant un islam rigoriste, se développent en Afrique de l'Ouest, notamment depuis les années 1990 en Guinée, sous l'influence de jeunes formés dans les systèmes éducatifs arabes.

Le phénomène se traduit par la propagation du port du voile intégral, dans ce pays musulman à 85% avec un islam réputé tolérant.

Toutes les actualités

La Guinée a limogé son entraineur

Paul Put au stade d'Alger, en Algérie, le 9 juillet 2017

Le sélectionneur de l'équipe de football de Guinée, Paul Put, a été limogé mardi après les mauvais résultats du pays lors de la CAN 2019, a annoncé la Fédération guinéenne de football, alors que le Belge occupait ce poste depuis mars 2018.

La Guinée a été éliminée en 8e de finale de la CAN, en cours en Egypte, par l'Algérie (0-3), le 7 juillet. Au premier tour, elle avait fait match nul (2-2) avec Madagascar, suivi d'une défaite (0-1) face au Nigeria, puis d'une victoire (2-0) sur le Burundi.

"Le coach est remercié. Nous allons discuter avec lui des conditions de son départ. La Feguifoot (Fédération guinéenne de football) a mis fin à la collaboration avec Paul Put", a affirmé Antonio Souaré, président de la Fédération, lors d'une conférence de presse mardi, affirmant que M. Put n'avait pas atteint l'objectif qui lui avait était fixé.

"Sur 12 matches officiels disputés par l'équipe nationale sous le coaching de Paul Put, nous avons enregistré un résultat qui n'est pas satisfaisant, qui s'est soldé par cinq défaites, quatre matches nuls et trois victoires", a-t-il dit.

La Fédération a également dissous ses six commissions et suspendu deux de ses responsables mis en cause dans la fraude sur l'âge de deux joueurs cadets ayant abouti à l'élimination de la Guinée pour la prochaine Coupe du monde dans cette catégorie.

L'entraîneur national des cadets, Mohamed Maléah Camara, et les deux joueurs concernés par cette fraude sur l'âge, Aboubacar Conté et Ahmed Tidiane Keita, ont également été suspendus, en attendant que le Tribunal arbitral du sport se prononce sur le dossier.

Dr. Diene Keita, Guinéenne avant-gardiste

Dr. Diene Keita, ministre guinéenne de la Coopération et de l'Intégration Africaine.

La ministre guinéenne de la Coopération et de l’Intégration africaine œuvre pour le leadership des jeunes et des femmes. Experte en économie internationale et droit du développement, Diene Keita a occupé divers postes à responsabilité au sein de l’Onu.

Dans un entretien avec Mme Keita, nous avons abordé la question de la représentation des femmes dans les instances de décision. Plusieurs pays d’Afrique ont adopté des systèmes de quotas au sein de leurs gouvernements et parlements.

Pour l’heure, la Guinée compte seulement quatre femmes dans un gouvernement de 30 ministres. La ministre a toutefois assuré que des efforts sont en cours, basés sur le principe de la parité hommes/femmes.

"Quand on tombe, on se relève et on continue le combat", Diéné Keita, ministre guinéenne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:22 0:00

Voici un extrait de l’entretien:

Dr. Diene Keita: Au sein de tous nos ministères, chacun d'entre nous a fait l'effort maximum pour recruter encore plus de femmes.

VOA: Donc vous avez un système de parité au sein même de votre ministère?

D. Keita: Absolument. Bon, il y a des cadres qui sont là, que l'on n'allait pas enlever, mais parmi tous les nouveaux cadres qu'on a amenés, effectivement, cela a été fait de manière paritaire, et en tenant compte aussi de la jeunesse. Je suis très fière de mon cabinet, où j'ai mis des jeunes gens et des jeunes femmes. J'en ai même de moins de 30 ans.

Dr. Diene Keita (G) et une jeune femme de son cabinet avant une session parlementaire à Conakry le 4 juillet 2019.
Dr. Diene Keita (G) et une jeune femme de son cabinet avant une session parlementaire à Conakry le 4 juillet 2019.

VOA: Quels sont les obstacles que vous rencontrez en tant que femme?

D. Keita: Il y en a beaucoup, il faut le reconnaitre... Mais on n'arrive pas à ce niveau de fonction sans avoir la carapace un peu dure. Donc, quand on tombe, ou quand on est secoué, on se relève avec dignité et on avance, mais on a aussi la coopération et la collaboration des autres collègues. Quand il y a des missions un peu dures, on n'y va pas seul, on y va en groupe pour les différents secteurs.

Moi, je suis ministre de la Coopération et de l'Intégration africaine, donc mon travail aussi, c'est de mettre en avant le travail remarquable que font mes collègues sectoriels afin de mobiliser pour eux.

Donc, la difficulté ne se sent pas telle quelle, comme je dis, j'ai 30 ans d'expérience derrière moi et j'ai travaillé dans toutes sortes de conditions… On n’est jamais vraiment blindé, mais assez pour se rendre compte que, quand on tombe, on se relève et on continue le combat.

"On fait confiance à nouveau à la Guinée", Diéné Keita, ministre de la Coopération
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:57 0:00

VOA: Dans votre ministère, avez-vous des programmes qui s'adressent en particulier aux femmes?

D. Keita: Oui, absolument. Nous avons énormément de programmes qui s'adressent aux femmes, surtout avec l'organisation sous régionale Cédéao. Nous en avons également avec l'Union Africaine. Nous en avons aussi avec la Mano River ; mais avec les donateurs occidentaux, vous savez, on mobilise également beaucoup d'argent en faveur des femmes pour la Guinée, et je crois que cela est vraiment remarquable…

Des commerçantes au marché de Kindia en Guinée, le 21 août 2002.
Des commerçantes au marché de Kindia en Guinée, le 21 août 2002.

Je voudrais signaler une chose ici: on est peut être que quatre femmes (ministres) mais avec des portefeuilles importants. Une est ministre de l'Agriculture, une autre est ministre du Plan et du Développement économique, la troisième est ministre de l'Action sociale et de la famille, et moi de la Coopération. Ce sont des portefeuilles énormes, où, si nous faisons la différence, nous contribuerons à cette image remarquable de femmes au travail.

Des agricultrices après dix heures de travail dans les rizières de Nerica près de Maférénya en Guinée, le 19 août 2002.
Des agricultrices après dix heures de travail dans les rizières de Nerica près de Maférénya en Guinée, le 19 août 2002.

VOA: Auriez-vous un mot à dire sur les femmes en Guinée, sur la vie qu'elles mènent, les efforts qu'elles fournissent pour nourrir la famille, notamment les femmes chefs de famille?

D. Keita: Elles sont remarquables, toutes, dans les différentes catégories. Vous savez, quand on parle d'éducation aujourd'hui, toutes n'ont pas été à l'école, mais elles ont le sens de l’entreprenariat, une grande capacité de survie, à faire vivre leur famille. Et c'est cela qui fait la force de ce pays, parce qu'elles n'abandonnent jamais. Et elles sont, depuis l'histoire, battantes, et je crois que s’il y a quelque chose qui fonctionne bien en Guinée, c'est cette voix des femmes. Quand il faut parler, elles ne s'inquiètent pas, elles parlent, et elles défendent leur cause.

28 personnes ont été blessées jeudi à N'Zérékoré

28 personnes ont été blessées jeudi à N'Zérékoré
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Le débat s’intensifie entre partisans et opposants à une nouvelle constitution

Le débat s’intensifie entre partisans et opposants à une nouvelle constitution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Le gouvernement guinéen favorable à une nouvelle Constitution

Le gouvernement guinéen favorable à une nouvelle Constitution
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG