Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Iran/ USA: la famille d'un ex-agent du FBI disparu en Iran "indignée"

Missing American Iran

La famille de l'ex-agent du FBI Robert Levinson disparu il y a 9 ans en Iran s'est dite "abattue et indignée" du fait qu'il ne fasse pas partie des prisonniers échangés ce week-end entre Téhéran et Washington.

"Pourquoi mon père n'a-t-il pas été inclus dans l'échange de prisonniers avec l'Iran ?" écrit sur CNN.com Sarah Moriarty, fille de l'ex-agent.

Quatre Irano-américains ont été libérés samedi par Téhéran, après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire historique entre l'Iran et les grandes puissances. Les États-Unis ont en échange "accordé leur clémence" à sept Iraniens. Téhéran a également relâché hors accord un cinquième Américain en signe de "bonne volonté".

"Nous sommes heureux pour leurs familles. Nous avons partagé leur douleur. Mais cette nouvelle nous blesse profondément. Et nous ne pouvons retenir notre abattement, sans parler de notre colère", ajoute Sarah Moriarty.

"Nous pensons que le gouvernement américain n'a pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour que mon père soit rapatrié", écrit-elle encore.

Dimanche, le président Barack Obama a rappelé les efforts des Etats-Unis pour retrouver l'ancien agent, affirmant dans un discours à la Maison Blanche qu'ils "n'oublieraient jamais Bob".

Robert Levinson, 67 ans, a disparu dans de mystérieuses circonstances en mars 2007, alors qu'il était déjà retraité du FBI depuis une dizaine d'années, sur l'île de Kish, dans le Golfe.

Les Etats-Unis ont à plusieurs reprises demandé des explications à l'Iran sur cette disparition. Mais Téhéran a toujours déclaré n'avoir aucune information sur son sort.

La Maison Blanche a toujours affirmé que Levinson n'oeuvrait pas pour le gouvernement américain au moment de sa disparition. Le secrétaire d'Etat John Kerry avait même déclaré qu'il était en "voyage d'affaires". Mais selon le Washington Post, Levinson travaillait pour la CIA et devait rencontrer un informateur au sujet du programme nucléaire iranien.

Père de sept enfants, Levinson souffrait de diabète et d'hypertension, ce qui a fait craindre à sa famille qu'il ne reçoive pas des soins appropriés.

S'il est encore en vie, Levinson serait l'otage le plus longuement retenu de l'histoire américaine.

"Nous ne resterons pas silencieux. Nous ne renoncerons jamais, nous ne cesserons jamais - jusqu'à ce que mon père soit à la maison", conclut sa fille.

Avec AFP

Toutes les actualités

MeToo et l’espace de travail

MeToo et l’espace de travail
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:40 0:00

Une femme noire abattue à son domicile au Texas par un policier blanc

la police de Dallas aux USA

Un policier blanc américain faisait l'objet d'une enquête lundi après avoir abattu une femme noire à son domicile de Fort Worth, au Texas, lors d'une banale opération de contrôle.

La famille d'Atatiana Jefferson, 28 ans, a demandé lors d'une conférence de presse que la police de Fort Worth, qui dirige les investigations, soit dessaisie du dossier et que l'agent soit inculpé "rapidement".

Le drame intervient moins de deux semaines après la condamnation à dix ans de prison d'une policière blanche qui avait tué un voisin noir en affirmant se tromper d'appartement en 2018 à Dallas, à une cinquantaine de kilomètres de Fort Worth.

Il suscite une forte émotion dans cette ville de 900.000 habitants, où des centaines de personnes ont exprimé leur colère dimanche soir lors d'une veillée en mémoire de la victime, et relance le débat sur les violences policières envers les Afro-américains, dénoncées par le mouvement Black Lives matter ("les vies des Noirs comptent", en français).

Cette fois, l'affaire a débuté par un appel à la police, dans la nuit de vendredi à samedi, émis par un homme inquiet de voir la porte d'entrée de sa voisine ouverte depuis plusieurs heures.

Dépêchés sur les lieux, deux agents ont contourné le domicile et ont "observé une personne debout près d'une fenêtre", selon un communiqué de la police. "Percevant une menace, un policier a sorti son arme de service et tiré un coup de feu", selon ce document.

L'agent, un homme blanc employé depuis avril 2018 par la police de Fort Worth, "n'a pas annoncé qu'il était un policier avant de tirer", a reconnu le lieutenant Brandon O'Neil.

- Vidéo -

Mme Jefferson était en train de jouer à des jeux vidéo avec son neveu de 8 ans quand elle a entendu un bruit dans le jardin, a précisé l'avocat de sa famille, Lee Merritt.

Selon lui, elle s'est dirigée alors vers sa fenêtre pour regarder ce qui se passait. Elle est morte avant l'arrivée des secours.

Diplômée en biologie, elle travaillait dans une entreprise pharmaceutique, a précisé sa famille. Elle avait ouvert la porte pour laisser l'air circuler et rafraîchir la maison, ont-ils ajouté.

La police de Fort Worth, qui assure "partager les graves inquiétudes du public", s'est engagée à la plus grande transparence.

Elle a diffusé des extraits d'une vidéo de l'intervention. On y voit les agents vérifier les abords de la maison avec des lampes torches. Après un mouvement à une fenêtre, l'un d'eux crie "Mains en l'air, montrez-moi vos mains!" et tire quasi immédiatement.

Le policier a été immédiatement suspendu et doit subir un interrogatoire lundi, mais la famille de la jeune femme souhaite qu'un service fédéral s'empare de l'enquête. "Il n'y a aucune justification possible à ses actions", a déclaré la sœur de la victime, Ashley Carr.

La maire de Fort Worth, Betsy Price, envisage de faire venir un tiers pour mener une enquête distincte, selon le journal Star-Telegram.

Bras de fer entre Trump et les démocrates

Bras de fer entre Trump et les démocrates
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:49 0:00

L'ambassadeur Sondland témoignera malgré l’interdiction

L'ambassadeur Sondland témoignera malgré l’interdiction
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

La justice valide la transmission de documents financiers de Trump au Congrès

USA, Washington, Departement de la justice

Une cour d'appel a confirmé vendredi que le Congrès américain pouvait exiger des documents sur les finances de Donald Trump, infligeant un nouveau revers au président républicain dans son bras de fer avec les parlementaires démocrates.

Cette décision, qui peut toujours faire l'objet d'un recours devant la Cour suprême, plus haute juridiction des Etats-Unis, s'inscrit dans une procédure lancée avant l'ouverture d'une enquête parlementaire en vue de la destitution du président.

Elle porte sur les affaires de Donald Trump avant et depuis son arrivée à la Maison Blanche. Les démocrates soupçonnent notamment l'ancien magnat de l'immobilier d'avoir gonflé la valeur de ses avoirs pour obtenir des prêts.

Pour en savoir plus, ils avaient ordonné en avril à son ancienne entreprise comptable, la firme Mazar, de leur transmettre toute une série de documents financiers.

La Maison Blanche, qui dénonce un "harcèlement", avait saisi la justice pour bloquer cette injonction, comme elle l'a fait face à d'autres requêtes du Congrès.

Dans son argumentaire, elle avait plaidé que le Congrès n'avait pas besoin de ces informations pour assurer son rôle de législateur.

En mai, un juge de Washington avait rejeté cette lecture et estimé que ces documents pouvaient entrer dans le cadre d'une "enquête fondée".

"Nous confirmons cette décision. Contrairement aux arguments du président, la commission est compétente en vertu des règles de la Chambre mais aussi de la Constitution pour émettre ces injonctions et Mazar doit s'y plier", a écrit le juge David Tatel.

Après avoir pris le contrôle de la Chambre des représentants en janvier, les démocrates ont lancé une série d'enquêtes sur les impôts de M. Trump, ses finances ou les suites à donner à l'enquête russe.

Leurs investigations se sont heurtées à un mur dressé par la Maison Blanche au nom de la défense des "prérogatives présidentielles".

Le 7 octobre, un juge de New York avait, lui aussi, donné tort à Donald Trump en autorisant la transmission de ses déclarations d'impôts. Le président avait immédiatement fait appel, ce qui a suspendu l'application de la décision.

Mais la bataille a pris une autre dimension depuis que les démocrates ont décidé, le 24 septembre, d'ouvrir une procédure pour destitution contre le milliardaire, qu'ils soupçonnent d'avoir fait pression sur l'Ukraine pour l'aider à salir un rival.

Depuis les élus démocrates multiplient les injonctions contre le Département d'Etat, le ministre de l'Energie, l'avocat personnel de Donald Trump ...

La Maison Blanche a refusé mardi toute coopération, dénonçant une procédure "partisane et anticonstitutionnelle".

Voir plus

XS
SM
MD
LG